Guilty of Romance (16)

Cinéma

Thriller

Guilty of romance

La note de Time Out:

<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>4</span>/5
 

L’avis de Time Out

Voici un film japonais baroque, poétique, troublant, trash, parfois hilarant. Pour faire court, disons qu’il commence en métamorphosant ‘Madame Bovary’ en polar crado, se poursuit à la manière de ‘Belle de jour(Buñuel, 1967), pour finir comme un récit détraqué de Georges Bataille. Rien que ça.

Le film s’organise essentiellement autour de deux arcs narratifs. Le premier est celui d'un film noir et pluvieux, où une commissaire de police, Kazuko (Miki Mizuno), tente d'identifier le cadavre d'une jeune femme retrouvée morte, sauvagement découpée dans un « love hotel » du quartier de Shibuya, à Tokyo.

En parallèle et en flash-back, le film suit les expérimentations sexuelles d’Izumi (Megumi Kagurazaka), innocente femme au foyer qui, peu à peu, va laisser son désir l'entraîner vers la pornographie, puis la prostitution de luxe, notamment sous l'impulsion de Mitsuko (Makoto Togashi), une prof de littérature perverse qui lui enseigne le sexe comme un langage, dont le dérèglement constituerait selon elle une forme ultime de poésie vécue.

Ici, rappelons que le réalisateur du film, Sion Sono, déjà auteur des remarqués ‘Cold Fish’ et ‘Love Exposure’, a publié au Japon de nombreux recueils de poèmes : aussi faut-il considérer, derrière l’enquête et l’étude de mœurs, le caractère extrêmement poétique de ‘Guilty of Romance’ qui, sous bien des aspects, paraît constituer une sorte d'ode à la féminité transgressive. D'ailleurs, l'enquêtrice elle-même se livre avec son amant à des jeux sexuels assez intenses…

Mais cette portée subversive du film – comparable, d’une certaine manière, à celle du récent ‘La femme qui aimait les hommes’ de Hagar Ben Asher – ne doit pas en masquer l’intelligence narrative, alternant avec souplesse et humour entre les différents genres et registres. Au fond, Sion Sono semble composer son film comme un long poème déviant. Ou un morceau du Velvet (‘Femme fatale’, sans doute). Jouissif, violent, sensuel et profondément romantique : autant dire, pas loin d’être une bonne claque.

0

Critiques

Ajouter +
Notre sélection

Détails

Classification :

16

FR sortie :

Mer juil 25, 2012

Durée :

108 minutes

Casting et Equipe technique

Réalisateur :

Shion Sono

Avec :

Miki Mizuno, Makoto Shinozaki, Megumi Kagurazaka

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5
LiveReviews|0
1 person listening