Happiness Therapy

Cinéma

Drame

Silver Linings Playbook.JPG

Notre note :

<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>3</span>/5

Pas encore noté

Soyez le premier...

 

L’avis de Time Out

C’est l’exemple typique du film qui, à force d’omniprésence médiatique, finit par convaincre tout le monde qu’il est bien. Alors que les teasers et bandes-annonces pour ‘Happiness Therapy’ envahissaient déjà les cinémas américains il y a six mois, Jennifer Lawrence – l’actrice principale – écumait les soirées hollywoodiennes en quête de votes pour les Oscars. Résultats en janvier : huit nominations. Pourtant, le film de David O. Russell (réalisateur de ‘The Fighter’, sept fois nominé aux Oscars 2011) est loin de les mériter.

On y découvre Pat, un instit’ qui retourne vivre chez ses parents après un passage de huit mois par la case hôpital psychiatrique. Ce trentenaire impulsif, incarné par Bradley Cooper, avait en effet un peu déraillé du boulon après avoir découvert sa femme sous la douche avec un autre. Fraîchement réhabilité, il n’a qu’une seule idée en tête : la reconquérir. Sauf qu’entre-temps, il rencontre Tiffany (Jennifer Lawrence), une névrosée plantureuse qui se console par le sexe depuis la mort de son mari. Le bipolaire et la nymphomane se lient d’amitié après avoir comparé leurs ordonnances, et hop, les voilà bientôt sur le chemin de la rédemption, en lice pour un concours de danse amateur qui les aidera à « voir la vie du bon côté » (c’est ce que signifie le titre en anglais, ‘Silver Linings Playbook’).

L’idée de départ est ambitieuse, un peu trop même : David O. Russell tente d’aborder des thèmes incroyablement lourds – le deuil, la maladie mentale – à travers une comédie romantique. Malheureusement, comme pour ‘Bachelorette’ en octobre dernier, ce mélange des genres est plutôt raté. Visuellement déjà, avec ses travellings loufoques à répétition, le film peine à s’éloigner du registre comique. Quant à Bradley Cooper et Jennifer Lawrence, tous les deux nominés aux Oscars pour leur performance, ils ne réussissent hélas pas à rendre leurs personnages crédibles, forcés d’enchaîner les crises d’hystérie et réactions caricaturales.

Malgré tout, ‘Happiness Therapy’ reste divertissant grâce à ses dialogues corrosifs et son humour noir, mais aussi grâce à des seconds rôles maîtrisés, entre De Niro, si attendrissant qu’il nous a fait verser une larme, Chris Tucker, John Ortiz et Julia Stiles, qu’on avait d’ailleurs découverte en 2001 dans ‘Save The Last Dance’, un film… sur la danse. Avec une complicité manifeste, le casting parvient, dans ses scènes de groupe, à atteindre quelques instants de grâce ; une remarque assassine par-ci, une réconciliation par-là... Ce sont les plus beaux moments du film. Dommage, ils sont trop rares.

0

Commentaries

Ajouter +

Détails

Casting et Equipe technique

Réalisateur :

David O Russell

Avec :

Bradley Cooper, Robert De Niro, Jennifer Lawrence

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5
LiveReviews|0
1 person listening