Jane Eyre

Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Le chef-d’œuvre de Charlotte Brontë plaît beaucoup au cinéma, qui ne s’est pas lassé, au fil des décennies, de portraiturer Jane Eyre. On se souvient encore de la gracile Charlotte Gainsbourg face au bourru William Hurt en 1996, ou bien avant, en 1944, d’Orson Welles et Joan Fontaine. Dans cette nouvelle adaptation, c’est Mia Wasikowska, la 'Alice' de Tim Burton, qui revêt le costume de l’institutrice discrète. Pour lui donner la réplique, Michael Fassbender, omniprésent sur les écrans, incarne Rochester. Physiquement, on pourrait dire que les deux acteurs sont trop beaux pour jouer ces deux êtres plastiquement imparfaits, à la psychologie chancelante, mais force est de rendre grâce à leur talent de composition. Quant à Jamie Bell, qui incarne le pasteur dont la famille recueille Jane, il est à cent lieues du personnage de Billy Elliott, qui le rendit célèbre, dans son rôle d’ascète aussi bon que sérieux.

Parfois, le film flirte avec le fantastique, mettant en avant l’esprit gothique qui règne dans le roman. Filmée par Cary Fukunaga, dont le premier long métrage, ‘Sin Nombre’, avait ravi la critique, la froideur de la campagne anglaise distille tout ce qu’elle a de plus fascinant et de plus mystérieux. Dans cette atmosphère à couper au couteau, et parmi ces personnages graves, affligés, aux prises avec leurs démons nés de rapports familiaux houleux, la figure féministe et romantique de Jane Eyre, l’anti-héroïne, se détache avec force et éclat. Un film beau et fidèle au roman, auquel la sobriété éloquente et l'esthétique léchée confèrent une magie élégante et envoûtante.

Détails de la sortie

Date de sortie mercredi 25 juillet 2012
Durée 115 mins

Crédits

LiveReviews|0
1 person listening