Journal de France

Difficile de résumer l’ampleur de l’œuvre de Raymond Depardon, cinéaste, photographe, fondateur et directeur de Gamma, voyageur, journaliste… Qu’il sillonne les campagnes françaises (‘Profils paysans’), décortique le travail quotidien de la justice (‘10e chambre, instants d’audiences’), d’un asile psychiatrique (‘San Clemente’) ou les stratégies de conquête du pouvoir politique (‘1974, une partie de campagne’ – sur un Giscard candidat à la présidentielle qui, fraîchement élu, en interdira la diffusion), toujours Depardon impressionne par la pertinence éthique de son regard. Plus concrètement, le dispositif du film, juste et touchant, fait alterner deux espaces-temps. Le premier : des séquences où Depardon photographie, au jour le jour, des villages de France, avec un appareil à plaques argentique antédiluvien. Devant la caméra, sa parole est profonde, directe, et laisse de l’espace au regard, à la réflexion du spectateur. Souvent, cet héroïsme humble et contemplatif de Depardon lui confère une admirable manière d’aller au fond des choses – c’est-à-dire, au sens propre, à leur matérialité.

L’autre partie du film, enchâssée dans ce documentaire sur le photographe, consiste en un montage de rushes accumulés par Depardon-cinéaste depuis 1969. Cette sélection d’extraits inédits, il l’a confiée à Claudine Nougaret, sa compagne et ingé-son depuis vingt-cinq ans. Comme on pouvait s’y attendre, ces fragments oubliés se révèlent très riches. Par leur variété, leurs thèmes, leurs mouvements… Mais surtout, à travers cette présence de Claudine Nougaret (qui commente également les archives en voix-off), ‘Journal de France’ finit par recouvrir une dimension amoureuse, non seulement entre un homme et une femme, mais entre la prise de vue et le montage, les images d’hier et de la voix d’aujourd’hui, les couleurs et les sons, l’actuel et le souvenir… Bref, on ressort immanquablement frustré que tout cela ne dure qu’une petite heure quarante. Une telle odyssée aurait mérité de s’étendre sur des heures ! Aussi, malgré sa tonalité conclusive, ‘Journal de France’ constitue une touchante introduction personnelle, pudique et dynamique, à l’œuvre de Raymond Depardon et à sa quête de réel. Maître du regard, sans jamais un regard de maître. On a envie de dire : chapeau.

Détails de la sortie

Date de sortie mercredi 13 juin 2012
Durée 100 mins

Crédits

Réalisateur Raymond Depardon, Claudine Nougaret
LiveReviews|0
1 person listening