La Grande Illusion (1937)

Cinéma

Drame

La Grande Illusion

Votre note :

<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>5</span>/5
Commentez
 

L’avis de Time Out

Les 100 meilleurs films français

Ce film est arrivé à la 15e place de notre classement des 100 meilleurs films français de tous les temps - cliquez ici pour voir la liste complète.

« 'La Grande Illusion' est un film sur la guerre où vous ne verrez ni bataille ni espion », promettait la bande-annonce de 1937. Et pour cause, l’histoire prend place dans un camp de prisonniers où les enjeux sont avant tout humains et sociaux. Ce qui intéresse Renoir à cette époque, c’est de montrer que la guerre est aussi ce moment particulier, exceptionnel et limite, qui, en cassant les frontières spatiales, brise aussi celles des classes et des nationalismes. Malgré le conflit, les soldats allemands et français, tous gens du peuple, peuvent ainsi sympathiser à l’intérieur du camp. De la même façon, les aristocrates se souviennent qu’ils appartiennent au même monde en désuétude, celui de l’esprit chevaleresque d’antan. Mais le réalisateur voit plus loin et ne se contente pas d’évoquer cette proximité de classe au mépris des patries. Au contraire, les milieux sociaux s’interpénètrent également « grâce » à la guerre, puisque des personnages aussi différents qu’un homme du peuple comme Maréchal (Jean Gabin), un riche banquier juif comme Rosenthal (Marcel Dalio), un instituteur (Jean Dasté) et l’officier de Boëldieu (Pierre Fresnay) peuvent tous se lier d’amitié. C’est presque la société française dans son ensemble qui est incarnée à l’écran, qui s’engueule et se réconcilie sous nos yeux par l’entremise d’une distribution d’acteurs extraordinaire. Sans faire tomber totalement les barrières qui les opposent en temps de paix et qui persistent à travers de subtils dialogues, la guerre abolit toutefois les contraintes sociales et pousse chacun à voir en l’autre son frère. En fin de compte, la fraternité patriotique l’emporte même sur la solidarité de classe, quand le capitaine de Boëldieu se sacrifie pour que ses camarades puissent prendre la fuite. Deux ans avant 'La Règle du jeu', Jean Renoir nous explique en somme d’ores et déjà que, dans la vie, « tout le monde a ses raisons ». En plein Front populaire, l’humanisme du film ravira la gauche, son patriotisme enchantera la droite, et son pacifisme sera porté aux nues par les deux à la fois. Bref, le cinéaste réussit la prouesse de plaire aux deux camps qui se déchirent sans merci dans une France en proie à ses passions, entre son engouement à l'égard du communisme et sa fascination pour le fascisme. Sans qu’on sache bien si « l’illusion » fait référence à la guerre ou à l’espoir d’une paix entre les hommes, le film reste porteur d'espoir et marque les esprits. Capable d’inspirer à la fois un film d’action comme 'La Grande Evasion' ou un chef-d’œuvre pacifiste comme 'Les Sentiers de la gloire', vénéré par Orson Welles, 'La Grande Illusion' est bien l’une des plus grandes œuvres du patrimoine cinématographique mondial.

Acheter ce DVD sur Amazon

0

Commentaries

Ajouter +

Détails

FR sortie :

1993

Durée :

113 minutes

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
0 people listening
moirant

oui, ce film est un chez d'oeuvre que je m'attendais à voir plus bas dans la liste. Les acteurs y sont mémorables, les simples photos du film sont des tableaux ...l'histoire, la tension, les liens aristocratiques, les colères , les coups de déprime, la fleur coupée...je garde ce film en moi avec émotion et délice. Régulièrement je le repasse à mes élèves de 3°qui, après le choc du noir et blanc et d'une bande son parfois difficilement audible , sont emportés par le jeu des acteurs et l'histoire!