L'Etrange Créature du lac noir

Cinéma

Epouvante-horreur

L'Etrange Créature du lac noir

Notre note :

<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>3</span>/5

Pas encore noté

Soyez le premier...

 

L’avis de Time Out

Un film de monstre de 1954, en noir et blanc mais en 3D : voilà qui ne se refuse pas !

Oui, ‘L’Etrange Créature du lac noir’ de Jack Arnold est bien l’un des tout premiers films à avoir été réalisés en 3D, au milieu des années 1950. Evidemment, la technique de l’époque (avec ses fameuses lunettes aux verres bichromes : rouge et vert) n’était pas complètement au point. D’où cette heureuse restauration du film, en relief et en numérique, qui donne une nouvelle jeunesse à cette variation SF sur le thème de ‘La Belle et la Bête’ (ou de Quasimodo, King Kong…), avec son monstre amphibie, mi-homme mi-grenouille, amoureux d’une jolie brune.

Le scénario est basique : une équipe de scientifiques partent en expédition en Amazonie, et tombent sur une sorte de mutant préhistorico-aquatique – qui, en fait, ressemble surtout à un mec déguisé en batracien géant. D’abord, on se dit que c’est un tantinet kitschouille (juste comme il faut), mais assez vite le film prend, au-delà de son apparente désuétude. On oscille ainsi entre le premier et le second degré – ce qui est un peu tout le but, atteint donc, d’une série Z – avant de se laisser surprendre par quelques étonnantes scènes contemplatives, sur les paysages végétaux ou sous-marins, qui apportent au film un charme à la fois direct, assez documentaire, et poétique.

Au-delà de l’anecdote, et de la sympathie qu’il y a à voir ce film de plus d’un demi-siècle rencontrer la technologie d’aujourd’hui (qu’il anticipait à l’époque), ‘L’Etrange Créature du lac noir’ ne manquera pas, en outre, de surprendre les cinéphiles par l’influence qu’il aura pu avoir sur les ‘Dents de la mer’ : l’utilisation de la musique, le ballet sous-marin du monstre… de nombreux aspects du film d’Arnold ont en effet ostensiblement inspiré le film de Spielberg (qui le reconnaît pleinement). Sympathique, marrant et plutôt bien fichu, ce long métrage, restauré en 3D, constitue donc en plus une plaisante curiosité historique. En effet, ça ne se refuse pas.

0

Commentaries

Ajouter +

Détails

FR sortie :

1954

Durée :

80 minutes

Casting et Equipe technique

Réalisateur :

Jack Arnold

Avec :

Nestor Paiva, Whit Bissell, Antonio Moreno, Richard Denning, Julia Adams, Richard Carlson, Ricou Browning

Scénariste :

Arthur A Ross, Harry Essex

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5
LiveReviews|0
2 people listening