Robot & Frank

Cinéma

Comédie dramatique

Robot and Frank

La note de Time Out:

<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>4</span>/5
 

L’avis de Time Out

Publié le: Jeu août 23 2012

Etats-Unis, futur proche. Frank est un vieil homme qui vit seul. Une fille au Turkménistan, un fils à plus de 10 heures de route... Le paternel commence à frôler la sénilité, si bien que son fils, inquiet pour lui, lui offre le nec plus ultra en matière d’auxiliaire de vie : le VGC-60L, un robot à l’intelligence artificielle hors pair, programmé pour assurer toutes ses tâches quotidiennes et induire un semblant de cadre et de régularité au rythme de vie du vieux bougon. D’abord très circonspect quant à l’utilité d’un tel assistant, le réfractaire, ancien as du cambriolage, se surprend à apprécier peu à peu la compagnie de l’androïde. Jusqu’à ce qu’un événement a priori anodin lui fasse prendre conscience qu’on a oublié d’inculquer à son ami de fer le respect de la loi. De nouvelles perspectives s’ouvrent alors à lui...

Comédie dramatique, film de cambriolage, film d’anticipation, ‘Robot & Frank’ combine beaucoup de genres à lui seul. En résulte une œuvre à la tonalité inédite, sonnant très Sundance, certes — il y a reçu le prix Alfred Sloan qui récompense les films en rapport avec la science et la technologie —, mais dont l’apparente simplicité sert un propos profond et complexe. Les thèmes de la solitude des personnes âgées, de la perte graduelle des facultés intellectuelles, du « vivant » non-organique et de l’obsolescence des supports matériels face au tout-numérique y sont abordés pêle-mêle avec drôlerie et finesse.

Pour leur premier long métrage, le réalisateur Jake Schreier et le scénariste Christopher Ford ont eu la chance de compter parmi leur casting Frank Langella dans le rôle principal, Peter Sarsgaard pour prêter sa voix au robot, ainsi que Susan Sarandon en bibliothécaire désuète. Si le film est réussi, il le doit en grande partie à la performance de Frank Langella, acteur splendide de théâtre et de cinéma (il avait brillé entre autres dans son rôle de Nixon dans ‘Frost/Nixon’ de Ron Howard), dont le style rappelle notre Michel Piccoli national. Le duo qu’il forme avec son acolyte humanoïde donne lieu à des scènes tantôt joyeuses et comiques, tantôt poignantes et d’une tendresse infinie. L’autre élément qui fait à la fois la force et la beauté du film, c’est ce futur que nous pourrions bien connaître. Loin de la science-fiction abracadabrante, l’univers dans lequel interagissent Frank et son robot est on ne peut plus réaliste. Il emprunte moins à l’imagination qu’à une certaine logique évolutive, nous offrant une vision plausible de l’avenir et des questionnements éthiques qui nous attendent ou que nous nous posons déjà. Sondant ainsi le bien-fondé des innovations technologiques, le film pose un regard critique sur des comportements progressistes à la limite de l’extrême (la destruction des livres d’une bibliothèque au profit de la numérisation globale), ou leur strict inverse, représenté par le personnage de la fille de Frank jouée par Liv Tyler, gentille caricature de la militante écologiste et anti-robot. Le résultat, c’est un petit bijou de film indépendant, original et touchant.

0

Critiques

Ajouter +

Détails

FR sortie :

Mer sep 19, 2012

Durée :

85 minutes

Casting et Equipe technique

Réalisateur :

Jake Schreier

Avec :

Frank Langella, Susan Sarandon, James Marsden

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5