Trainspotting (12)

Cinéma

Comédie dramatique

Trainspotting

Pas encore noté

Soyez le premier...

 

L’avis de Time Out

Mer avr 25 2012

Choose life, etc.

Au moment de la préparation de cette enquête, pas un seul membre de l'équipe cinéma de Time Out n'aurait imaginé que le deuxième long métrage de Danny Boyle, symbole de toute une époque, film générationnel pour lequel beaucoup ont versé une larme viendrait s'approcher du top 10, et encore moins en faire partie. Mais nous en sommes bien là, et il semblerait que le plus récent 'Slumdog Millionaire' (qui ne fait pas partie du classement) n'ait pas suffi à nous faire oublier l'ambition, le charisme, le pur brio, le sang, la sueur et la crasse de cette adaptation du roman d'Irvine Welsh réalisée en 1996, qui donna à Ewan McGregor un rôle que – pour être honnête – il n'a jamais surpassé.

Le film – qui fait aujourd'hui bizarrement apparaître l'engouement pour le rock alternatif britannique du milieu des années 1990 comme l'apogée culturelle des temps modernes – raconte l'histoire de Mark Renton (McGregor), un insouciant junkie, et celle de sa bande de joyeux drilles, qu'il appellerait de temps à autre ses amis, Spud (Ewen Bremner), Sick Boy (Jonny Lee Miller), Tommy (Kevin McKidd) et Begbie (Robert Carlyle). Le film n'a pas perdu de son entrain, en particulier dans la façon avec laquelle les méandres de la première moitié mettent l'accent sur les bons côtés des batailles dans les pubs, de la drogue, des plans cul et d'une mission sous-marine au fin fond de la plus dégoûtante cuvette du monde, Brian Eno en bande-son, uniquement pour que la seconde partie condamne mieux encore la culture de la drogue (que beaucoup ont prétendu « glamourisée »).

Le réalisateur Danny Boyle avait déjà montré dans son précédent film 'Petits meurtres entre amis' (1994) qu'il pouvait raconter une histoire captivante, centrée sur les personnages, pleine de profondeur et d'ambiguïté mais il place la barre plus haut avec 'Trainspotting', grâce à la diligente manière avec laquelle il utilise le montage et le mouvement de la caméra pour retransmettre le temps, la vie, la violence, l'amour, l'extase et la douleur. A part ça, les cinq premières minutes du film ne forment-elles pas la plus grande scène d'ouverture jamais tournée ?

0

Commentaries

Ajouter +

Détails

Classification :

12

FR sortie :

1996

Durée :

93 minutes

Casting et Equipe technique

Avec :

Jonny Lee Miller, Kelly MacDonald, Pauline Lynch, Ewan McGregor, Irvine Welsh, Kevin McKidd, Ewen Bremner, Robert Carlyle

Réalisateur :

Danny Boyle

Scénariste :

John Hodge

L’avis des utilisateurs

0
<strong>Evaluation: </strong><span class='lf-avgRating'>0</span>/5
LiveReviews|0
2 people listening