A triple tour

Notre sélection
1/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux
2/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux
3/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux
4/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux
5/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux
6/6
Vue de l'exposition 'A triple tour' / © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux

Surnommée « l’antichambre de la guillotine » pendant la Révolution, la Conciergerie a eu son lot de prisonniers fameux (Marie-Antoinette en tête). Pas étonnant dès lors que les commissaires de l’exposition aient choisi d’étudier la question de l’enfermement, piochant dans l’immense collection du milliardaire François Pinault pour illustrer leur propos. Traitée de manière concrète (la prison, la dictature, l’asile, la résistance) comme de façon métaphorique (la vieillesse, les névroses, l’aliénation mentale), la notion d’enfermement se décline en autant de nuances qu’il y a d’artistes présents.

Vingt-trois artistes sont ainsi réunis – certains renommés, d’autres qui devraient vite le devenir grâce à leur présence dans la collection de l’un des mécènes les plus importants actuellement. Pendant que la jeune Raphaëlle Ricol aborde le sourire aux lèvres le lourd sujet du terrorisme, le vidéaste Bill Viola nous entraîne dans un angoissant couloir de chuchotements. Boris Mikhaïlov repeint lui avec ironie les albums photos de sa famille pour railler le lustre artificiel que la propagande soviétique donne à leur régime oppressant. Quant à Damien Hirst, il pointe notre dépendance médicamenteuse et nous fait affronter notre peur de mourir, en résonance avec Sun Yuan & Peng Yu qui s’amusent avec la vieillesse, et animent des papys en fauteuil roulant aux airs de dictateurs séniles.

On l’aura compris, l’enfermement est ici un prétexte pour exposer des œuvres souvent très éloignées les unes des autres. Forcément, comme souvent avec ce genre de propositions, l’exposition apparaît inégale, et certaines pièces ne semblent pas à la hauteur de la retenue sobre, sans pathos, relevée d’une pointe d’humour narquoise qui domine ici. Mais la qualité de l’ensemble (on citera également Tetsumi Kudo et Maria Marshall), et l’osmose troublante qui s’instaure entre les œuvres et le lieu envoûtant, suffisent largement à faire d’‘A triple tour’ une exploration réussie de l’art contemporain by Pinault.

> Horaires : tous les jours de 9h30 à 18h.

Téléphone de l'événement 01.53.40.60.80
Site Web de l'événement http://conciergerie.monuments-nationaux.fr
LiveReviews|0
1 person listening