Des hommes, des mondes

Notre sélection
1/14
Romain Bernini, 'Bientôt un pouvoir', 2013 / Courtesy de la galerie Suzanne Tarasiève, Paris / Photo : © Rebecca Fanuele
2/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
3/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
4/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
5/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
6/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
7/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
8/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
9/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
10/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
11/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
12/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
13/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
14/14
Vue de l'exposition 'Des hommes, des mondes' / © TB / Time Out
Libre

« Des. » Article indéfini. Aussi indéfini que les frontières culturelles ou les flux de populations qui traversent notre XXIe siècle bourgeonnant. « Des hommes, des mondes. » Des croyances qui se mêlent et se confondent. L'univers globalisé sur lequel se penchent les artistes réunis au Collège des Bernardins ressemble à un improbable cocktail créolisé. Une bouillabaisse de religions et de folklores où des mecs en baggy jeans se baladent avec des masques africains (Romain Bernini) pendant que le serpent de la Genèse se cache dans une tanière de plumes, de tissus et de perles, comme une espèce de rejeton travesti, né de tous les mythes fondateurs de l’humanité (Rina Banerjee). Dans l’ancien monastère cistercien converti à l’art contemporain depuis 2008, le dialogue des cultures s’est rarement montré aussi intelligent, métissé et harmonieux. Malgré une nuée de visions et de supports, chaque œuvre regarde dans la même direction – c’est-à-dire vers partout et vers nulle part à la fois.

Dans la nef, des voix d'immigrés retentissent comme des murmures de fidèles (Chen Zhen) alors que des poupées vaudou bricolées avec du cristal, des bananes en plastique et des pédales de vélo trônent sur l'ancienne sacristie (Pascale Marthine Tayou). A leurs côtés, une grande colonne de keffiehs s’élève parmi les voûtes gothiques (Stéphane Vigny) – ternes symboles de la lutte palestinienne désormais réduits à un simple accessoire de mode pour occidentaux en mal d’engagement politique. Partout se dressent des portraits hybrides de notre ère mondialisée, traînant derrière eux les lourdes casseroles du colonialisme. Un voyage éclaté et perspicace, au cours duquel les cultures ne s’annulent pas les unes les autres mais s’empilent et s'assemblent. Comme une partie de 'Tetris' qui tracerait son chemin au hasard, sans Dieu ni maître.

> Horaires : du lundi au samedi de 10h à 18h, dimanche et jours fériés de 14h à 18h.

Téléphone de l'événement 01.53.10.74.44
Site Web de l'événement http://www.collegedesbernardins.fr
LiveReviews|0
1 person listening