Les bars à vins

Guides des adresses pour boire un verre de vin ou une bonne bouteille entre amis.

© EChirache

Ah, la France. Son terroir, ses crus exceptionnels... Vous cherchez les meilleurs bars de Paris pour boire un verre ou une bonne bouteille entre amis à tous les prix ? Des grands vignobles de Bordeaux aux petits vignerons indépendants, vins blancs, rouges, rosés, bio, biodynamiques, vins du monde, vins de garde, vins charpentés, tanniques, corsés, légers, fruités, secs, doux, pétillants... Votre palais aime la diversité ? Voici une sélection des bars qui célèbrent Bacchus tous les soirs et chouchoutent leurs clients avec une carte pléthorique de bonnes boutelles originales.

Bars

Chapeau Melon

Nous nous sommes rendus à la table d'hôte du Chapeau Melon un soir de pluie, vêtus de notre imper et armés de notre parapluie. Pataugeant clopin-clopant dans les rigoles qui inondaient l'avenue Simon Bolivar, nous nous sommes plu à imaginer Big Ben sonner, les bus à impériale nous éclabousser et les chapeaux melon nous cerner. Que nenni, ce caviste-table d'hôte du 19e arrondissement, qui se consacre le soir à la cuisine de marché, se trouve bien à Paris, et face à la devanture, le doute n'est plus permis : vitres ouvertes sur la rue, bouteilles de vin dont la lueur virevolte joyeusement et du bois en-veux-tu-en-voilà du sol au plafond. Nous voilà installés, tandis que la vingtaine de places de cette jolie cave se remplissent bien vite. Epiés par les bouteilles indiscrètes qui emplissent les rayonnages, on choisit sur l'ardoise des encornets et leur mystérieux fumet noir ainsi que des huîtres aux accents asiatiques, le tout accompagné d'un vin blanc, naturel bien évidemment, puisque cette maison de vin s'en est fait la spécialité. Les encornets (13 €), cuits à la perfection et enduits d'un beurre noisette qui leur confère une jolie robe dorée, sont réveillés de leur torpeur par la goutte de fumet noir déposée à cet effet. Encre de seiche et notes japonisantes rappelant la sauce teriyaki, on en redemande pour faire danser le petit calamar qui s'est échoué tout à côté. Les huîtres, quant à elles, ne sont pas en reste, fraîches et goûteuses, elles se dégustent avec des notes su

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

En Vrac

Dans un décor néo-nature du plus bel effet, quelques tables font face à un comptoir massif sur fond de cuves en inox emplies de délicieux breuvages. Arbois le Guinguet, Côtes-du-Rhône domaine Gramenon, vins du domaine Rochebin. La liste est exhaustive et de qualité. Ici, on remplit sa bouteille à l'une de ces fontaines de jouvence. Malin et pas cher : entre 3 et 4 euros le verre de vin en vrac, 10,50 euros le demi et 14 euros le litre.On y boit bien, et côté cuisine, on est servis : sardines, poulpes fumés (en boîte de Chez Tricana, 6 euros), frais et léger. En hiver, on fonce volontiers sur la jolie soupe de brocolis (4,50 euros) ou la très bonne part de tarte à la ratatouille. Les  belles assiettes fermières de charcuterie ou de fromages (10,50 euros) complètent parfaitement la dégustation aussi, avec un pain frais et savoureux pour un copieux apéro. Les côtes ne sont pas en reste avec l'assiette marine, qui vient accompagnée de patates chaudes (18,50 euros). Voilà une petite maison d'épicuriens, chaleureuse, où le bon et l'accessible se marient parfaitement. Fortement recommandée pour une réunion entre bons vivants.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

L'Epicerie Musicale

De la Botte dans l’assiette, et de la musique dans l’air. Idéalement installée au bord d’un canal Saint-Martin qui prend doucement les couleurs de l’automne, l’Epicerie Musicale détonne. C’est un rayon de soleil méditerranéen qui vient réconforter l’arrière-saison, un endroit hybride comme on les aime (et comme on aimerait en voir pousser partout dans Paris). Rétro dans le choix du mobilier, avec des allures de vieille cantine sicilienne. Et ce qu'il faut de fraîcheur : des tableaux street art vissés aux murs et des centaines de disques vinyles déposés au milieu d'un beau choix de charcuterie et de fromages frais, directement importés d’Italie. A l’apéro, on les déguste en planche, arrosés d’un bon vin italien, en se laissant bercer par la très bonne bande-son du lieu (jazz, soul et funk, tropical, rétro-latino).A l'heure du déjeuner, ça envoie du carpaccio de bœuf au beurre fondu, accompagné de sauge et de carmine (12 euros), de très belles assiettes mixtes – prosciutto, speck, pancetta, gorgonzola, asiago, etc. –, des salades bien garnies (de 12 à 15 euros) et des paninis, à la soppressa filetée, aux champignons et au pecorino, par exemple (8 euros). Alors on s’assoit et on attend langoureusement. Et puis les plats arrivent, servis par la main chaleureuse des hôtes, dont les accents calabrais régalent autant que la cuisine. C'est savoureux, frais, et suffisamment copieux pour ravir tous les appétits. Accompagné d’un honnête verre de rouge du Haut-Adige à 3,50 euros, c’est p

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Cave Marcadet

Un décor rustique, quelques grandes tables en bois, des récoltes de petits propriétaires et des produits triés sur le volet. A l’exception d’un fond musical un peu faible, l'endroit a tout pour nous plaire. C'est donc une planche Marcadet (22 €) que nous commandons d'abord, composée de burrata, Lou Bren, rillettes fondantes, bœuf Wagyu séché et autres douceurs. Du pur bonheur !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Redd

Dans le quartier Montorgueuil, il n'y a pas que la rue du même nom. Loin de là. C'est même plutôt dans les ruelles adjacentes que l'on découvre les adresses où il vaut le coup de s'attarder. Et particulièrement dans la rue Saint-Sauveur. Dans cette voie étroite où les bars à vin sont légion, des chaises hautes en peau de bête, disposées sur le trottoir minuscule, attirent immédiatement notre regard. Au-dessus, un nom à la fois simple et curieux : le Redd. On entre dans cette petite cave moderne, ouverte sur la rue. La décoration nous met tout de suite dans l'ambiance : pierres brutes, tables hautes en fer, bouteilles au mur, et au fond de la salle, la cave où s'alignent les précieux breuvages. Ici nous boirons du vin, mais pas comme ailleurs. D'abord parce qu'on ne boit pas du vin, mais LE vin sélectionné par la patronne, Markéta. Détail qui a son importance puisque cette jeune femme passionnée était la sommelière de L'Arpège, le restaurant d'Alain Passard (trois étoiles Michelin). Grande spécialiste, elle explique ne sélectionner que des crus qu'elle déniche elle-même aux quatre coins de la France et du monde. Avec un seul but : surprendre ses clients. Par exemple, ce Côtes du Rhône d'un petit producteur qui pratique la biodynamie. L'Energie Yin, un nom aussi surprenant que son nez, qui sent bon la campagne et le foin. Celui-là ne plaira pas à tout le monde, mais côté surprise, c'est réussi. Et vous ne prenez aucun risque à tenter l'expérience : comme au restaurant, Markét

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Les Caves de Prague

Il est des adresses parisiennes qu’on garderait volontiers pour soi, égoïstement. Mais l’implacable rigueur déontologique d’un journaliste de Time Out Paris lui impose de partager cette petite pépite du 12e arrondissement : un simple et pourtant incontournable caviste. Les guides touristiques évoquent systématiquement le sympathique Baron Rouge comme « la » référence pour boire un ballon dans le coin d’Aligre. Quelle erreur lorsqu’on connaît l’existence des Caves de Prague, cinquante mètres plus loin.Le lieu pratique un droit de bouchon plus que raisonnable : pour déguster une bouteille sur place, il faudra rajouter 3 euros par rapport au prix à emporter — et ce à partir de 13 €. Avec un budget minimum de 16 euros donc, on n'hésitera pas à demander conseil au cœur de cet éclectique choix de vins (néanmoins franco-français), naturels ou bio pour une bonne partie d’entre eux. Succès garanti avec Les Débonnaires (Chinon), un Brouilly de Georges Descombes ou Les Cinq Elements de l’excellentissime Frédéric Sigonneau. Côté grignotage, ne pas hésiter à taper dans les divers pâtés et planches, avec du saucisson de foie, le tout servi avec un très bon pain de seigle. En hiver, on s’assied coudes à coudes sur une grande table de campagne, dans un décor rustique et boisé, le reste de l’année, on profitera de la jolie petite terrasse, au calme. Last but not least : un accueil au top grâce à Thomas, caviste passionné pas monomaniaque du vin nature mais toujours à l’affut de nouveaux vigne

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Cave de Belleville

Attrapez par le coude votre ami le plus distingué – celui qui boit son thé l’auriculaire en l’air, façon reine mère – et dirigez-vous, en sa charmante compagnie, à la Cave de Belleville. De hautes vitrines élégantes, des rangées de bouteilles bien ordonnées, des saucissons et des jambons suspendus comme dans une petite boutique de Cagliari... Non, vous ne rêvez pas, vous êtes bien à Paris.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Inaro

La rue René Boulanger est devenue en quelques années un bon filon en matière de restaurants, bars et bistrots. A l’écart de la place de la République, on y trouve notamment Inaro, un bar à vin de petite taille, à la déco boisée et aux bouteilles alléchantes. « Vous avez réservé ? » demande Johan, l’un des gérants, qui malgré notre réponse négative nous propose tout de suite une table du fond, avec ses tabourets et son fauteuil en cuir presque trop cosy – si vous êtes nombreux, pensez toutefois à réserver ! Pour se mettre en bouche, on commande la cuvée locale, un Corbières de chez Inaro qui se révèle excellent. Tout de suite, Johan nous explique le concept du lieu qu’il a ouvert avec son associé Pierre-Alexandre : un bar à vivre, pour refaire le monde autour de produits de qualité selon les arrivages, les envies, la disponibilité des petits producteurs. Pas de carte fixe, plutôt des « indications » en fonction du prix. Les planches sont à panacher entre charcuterie, fromage et fruits de mer, avec quatre choix : 6 € (« Je passe dire bonjour »), 10 € (« Promis, je reste qu’une heure »), 15 € (« Ce soir, je refais le monde »), 27 € (« D’accord, je partage tout »). Côté vin, idem avec trois prix pour « du bon », « du meilleur » et « de la balle », chaque catégorie se déclinant pour un verre, un pichet ou une bouteille. Si vous n’êtes pas au top financièrement, le premier prix suffit largement à boire du très bon vin avec une bouteille à 22 €. Mais là où vous serez sans doute bluf

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 11ème Domaine

Voici un bar qui pourrait être surnommé le « Roi de la planche », tant ses planches de fromage et de charcuterie s’imposent parmi les meilleures de Paris. Fromages de toutes les couleurs, rouge, vert ou bleu, trônent au milieu de coppa et de rosette à tomber. Mais ce n’est pas seulement pour sa gastronomie, certes délicieuse, que l’on se rue au 11ème Domaine, mais bien pour ses vins et son ambiance. Ici, le sympathique patron Elie et ses serveuses vous conseilleront parmi un choix de vins qui va du sol au plafond (n’hésitez pas à commander les bouteilles du haut, le patron ira les chercher au péril de sa vie), couvrant toutes les régions de France et même quelques vins étrangers - australiens, chiliens, argentins -, sans oublier une jolie sélection de whiskies. Chaque mois, le bar organise également des dégustations et cours d’œnologie dispensés par Valéria Naudin. Les récoltants représentés dans le bar sont tous indépendants, parfois originaires de régions moins fameuses que les classiques Bordelais ou Bourgogne. C’est donc sur un vin rouge basque, un Irouleguy du domaine de Mourguy, que nous jetons notre dévolu. Tannique et léger à la fois, il présente une belle maturité et de jolies touches de fruits rouges. Côté prix, comptez 15 € pour une planche moyenne, de quoi se restaurer à deux, et un droit de bouchon à 4 € plus qu’honnête. Le prix des bouteilles, lui, varie comme d’habitude beaucoup en fonction de l’origine du vin mais reste tout à fait correct. De quoi attirer un

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Joséphine, caves parisiennes

Un an de travaux et plusieurs centaines de bouteilles empilées plus tard, Joséphine, caves parisiennes est né. Ce nouveau bar à cocktails maison, vins racés et whiskies rares est situé dans un quartier plutôt pauvre en lieux trendy (qui fleurissent partout à Paris), Ménilmontant. Une bonne idée des patrons du Cannibale voisin, qui n’ont pas lésiné sur la décoration, inspirée par la sensuelle Joséphine Baker et des tatoueurs américains avant-gardistes des années 1940. En entrant on est frappé par l’odeur de peinture et par la magnifique étagère murale en bois qui expose des bouteilles de vins, des whiskies japonais et toutes sortes de fioles d’apothicaires comme dans un petit musée. Au sol, un joli carrelage en mosaïque rappelle les bistrots chics parisiens art déco. Face à nous, un magnifique comptoir à l’ancienne est animé par deux serveurs aux petits soins : vestiaires gratuits, grands sourires, conseils… L'accueil est sans faute. Dans une seconde pièce plus cosy, de nombreuses banquettes confortables, un petit dancefloor et un autre bar (oui, c’est immense) promettent de belles soirées. C’est dans cette salle taillée pour les soirées que des DJ viennent poser leurs platines tous les jeudis, vendredis et samedis, passant du rock, du hip-hop, du disco ou de l'électro. Au sol, des dalles de verre laissent apercevoir une vraie cave, profonde et débordante de bouteilles. Autre surprise, derrière un immense miroir, une porte dérobée cache… un fumoir !  Passons à la carte, qui pr

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Le Tout-Monde

Chaleureux, comptoir accueillant et briques au mur, il se glisse parfaitement dans la petite rue Affre qui, au pied de l'église Saint-Bernard, pourrait rapidement devenir l'une des rues les plus charmantes du quartier. Et les propriétaires le lui rendent bien : du pain qui vient de la savoureuse boulangerie Tembely (rue Myrha, juste de l'autre côté de l'église) à la bière en provenance de la brasserie de la Goutte-d'or, en passant par le caviste Don Doudine, ici on est made in La Chapelle-Barbès, et ça se sent.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Cave à Michel

Anciennement Contre-Etiquette, la Cave à Michel a conservé sa vocation de caviste mais rafraîchi les murs depuis quelques mois, avant de s'apprêter pour cette rentrée 2014 à servir à boire. Autour de quelques charcuteries issues du 31, la merveilleuse boutique espagnole d'en face tenue par Carlos Gutierrez Moya, Fabrice propose désormais des vins de qualité à déguster sur place ou à emporter. Affable et bavard, le gérant invite le flâneur à entrer chez lui ou chez les commerçants d'à côté, plus que des collègues, des amis, des habitants du quartier. Ce quartier, c'est celui la place Sainte-Marthe dans le 10e arrondissement, entre Colonel Fabien et l'hôpital Saint-Louis. Ilot de tranquillité à deux pas du remue-ménage de Belleville, la place et ses rues environnantes voient les nouvelles boutiques se développer à grande vitesse, dans un processus que certains qualifieraient avec une moue péjorative de boboïsation.S'il est certain et inévitable que la zone se « gentrifie », qui peut regretter l'apparition de commerces indépendants, dont les produits sont de qualité, respectueux de l'environnement et hétéroclites ? On aime bien la déco simple et rustique de la Cave à Michel, la table en bois au fond qui donne sur une petite cour, les azulejas portugaises qui ornent le mur derrière le comptoir. Un petit air du Sud qui invite à la découverte. « Certains de nos clients sont des habitants du quartier, raconte Fabrice, mais je vois aussi des jeunes qui autrefois achetaient leur vin a

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

L'Agence

Dingue le nombre de bars et de restos qui ouvrent du côté du canal Saint-Martin. En même temps on ne va pas s’en plaindre, surtout quand il s’agit de lieux comme l’Agence. Lassés de bosser dans la pub, Julien et Laurent métamorphosent leur agence début 2014, et créent un bar à vins-caviste à la place. D’où le nom (malin !). De l’extérieur, de grandes grilles en fer noir cachent les vitres ; impossible donc de deviner la nature de cet endroit, sans la petite ardoise sur la porte. On rentre ensuite pour découvrir une grande pièce, agrémentée d’objets de déco chinés, de petites chaises comme de grandes tables, d'un bar ouvert et d'étagères remplies de bonnes quilles de rouge. A la carte, une liste tout à fait honorable de vins qui ne vous coûteront non pas 99 francs, mais en moyenne 20 euros. Pour accompagner votre breuvage (comme un petit Côtes de Bourg, château Ronfort 2009), l’établissement propose également un bon choix de planches entre 16 et 19 euros, comme l’Italienne (poivrons grillés, mozzarella, jambon de Parme, tomates séchées), l’assortiment de chèvres, ou la mixte (jambon de Parme, saucisson sec, pâté ou rillettes, cantal, Saint-Marcellin, bleu et morceaux de poire). L’option produits de la mer fait également son petit effet : assiette d’huîtres (7,50 euros la demi-douzaine), de bulots (7,50 euros), de crevettes roses (8 euros) ou de saumon fumé (13,50 euros) vous donneront votre dose d'iode pour combattre le froid de l'hiver. Le personnel plutôt agréable nous fait

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Aux Deux Cygnes

Ce n’est ni vraiment une cave, ni vraiment un restaurant. L’espace est tout petit, décoré avec soin, aménagé avec douceur. Des bouquets de fleurs sur chaque table, un petit comptoir, des couleurs rassurantes. Mais le lieu n’en est pas moins surprenant pour autant. Aux manettes, on trouve To Xuan Cuny, une jeune femme franco-vietnamienne, toute petite et tout sourire. Et sa passion, attrapée à Copenhague en dernière année d’étude d’hôtellerie, ce sont les vins naturels. Rien n’y fait mention, ni sur la vitrine, ni sur la carte (législation et mauvais a priori obligent), mais tous les vins que vous trouverez ici sont exclusivement naturels. La patronne des lieux se fait un plaisir d’en parler directement aux gens qui viennent la voir, à ceux qui lui posent des questions. Les gens du quartier d’abord, et puis petit à petit de plus en plus de curieux, avertis par le bouche à oreille. Il faut dire que l’espace est aménagé pour que la discussion s’installe facilement. Il y a peu de places, une dizaine sur des tables et trois ou quatre au comptoir. Il s’agit de profiter du moment pour conseiller et faire découvrir. C’est également dans cette optique, celle de prendre le temps de se faire plaisir, qu’une petite ribambelle d’assiettes est proposée. Une dizaine de petits plats créatifs, d’origine vietnamienne pour certains (entre 4 et 12 euros). Ainsi, à côté des assiettes de chorizo ou de Saint-Nectaire fermier, on trouve des banh mis, des chips à la crevette, ou encore cette excel

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 36 Corneil

Retenez bien l’adresse, car ce bar à tapas ouvert fin 2010 par un certain Cornélius (d’où le nom) ne signale sa présence par aucune enseigne. En revanche, difficile de ne pas se laisser tenter quand on aperçoit à travers les larges vitres l’atmosphère chaleureuse du lieu. Pas de population m’as-tu-vu ici, mais plutôt des habitués du quartier qui viennent boire un verre de vin ou une bouteille à la ficelle, choisie sur les bons conseils du patron. On y mange également, et très bien, des « Canailles », c’est-à-dire des tapas à la française, dont la carte change régulièrement. Trois canailles pour 12 euros, ou cinq pour 15, les prix sont vraiment bon marché compte tenu de la qualité des plats. Sous le regard d’un immense épouvantail planté derrière le bar, vous pourrez aussi danser le week-end sur de la disco et du rock. Bref, une excellente adresse du 9e arrondissement.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Comestibles & Marchand de Vins

Il fait chaud au 65 rue Mont-Cenis. Que l’on s’y installe en plein été, la bobine en terrasse, pour capter au calme les rayons de l’astre solaire, ou que l’on s’y réfugie aux confins d’un mois d’hiver, entre un radiateur et une bouteille de rouge, bercé par une odeur de Mont d’Or. Vous vouliez jouer aux bons vivants ? Vous avez tiré le bon numéro. Derrière cette porte, poutres et tonneaux, machine à tailler dans le gibier, étagère de belles fioles, large comptoir à décliner les plaisirs. On choisit sa bouteille parmi une large sélection (c’est presque un bouquin) bien sentie, axée vin nature, ou du moins « propres », comme se plaît à les qualifier le patron qui connaît bien les producteurs qu’il défend. Les prix de départ tournent autour de 20€, et peuvent monter assez vite. Mais ne tremblez pas trop pour vos bas de laine : les premières références, tout à fait abordables, jouent déjà largement dans la cour des belles choses. Et si vous n’avez pas assez soif pour déboucher la bouteille, une (un peu trop ?) courte sélection de vins au verre s’affiche à la carte (à partir de 4€). De quoi accompagner, comme il se doit, les petites merveilles qui paradent sur la page des victuailles. Assiettes de fromages et de charcuteries aux honorables origines (coppa, lomo iberico, jambon truffé, etc.), généreuse terrine, sardines de la Belle-Iloise et tartines culottées du moment (magret fumé de chez Biraben, mangue écrasée et betterave crue, par exemple). Une ronde de tapas du terroir qui s

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Baron Rouge

Le Baron Rouge est un rendez-vous immanquable pour tous les amateurs de bonne chère qui viennent faire leurs courses sur le marché d’Aligre, à l’heure ou les stands plient boutique et où les estomacs crient famine. On vient ici satisfaire son palais avec des bons crus du terroir, dans une ambiance franchouillarde, sans devoir étaler ses connaissances en œnologie.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Garde Robe

Ce bar à vins près de l’ancienne Samaritaine plaira aux épicuriens les plus exigeants. Ici pas de Saint-Emilion ou de Château Latour. Sur les conseils d’un patron sympathique, œnologue autodidacte, et en fonction de son budget, on vient étonner son palais avec des bouteilles de petites propriétés produisant des vins naturels, bio ou « biodynamiques ».

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Carbone 14

Si certains ont déploré la fermeture du dernier café-charbon de bougnat auvergnat à Paris, les nouveaux gérants ont réussi à garder les aspects de son passé, comme l’antique poêle à charbon et des outils anciens au coin de la salle à manger, tout en balayant les cendres accumulées pendant plusieurs décades. La carte est aussi rustique et traditionnelle que le cadre.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

L'Epicerie Musicale

De la Botte dans l’assiette, et de la musique dans l’air. Idéalement installée au bord d’un canal Saint-Martin qui prend doucement les couleurs de l’automne, l’Epicerie Musicale détonne. C’est un rayon de soleil méditerranéen qui vient réconforter l’arrière-saison, un endroit hybride comme on les aime.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Au Bon Coin

Le Bon Coin, à force de s’étendre de vitrine en vitrine, n’est plus tout à fait au coin de la rue. Ce restaurant-bar à vins de caractère situé près de Jules Joffrin s’adresse à ceux qui savent apprécier la bonne chère. La maison propose une carte pléthorique de crus du terroir bien choisis dans toutes les gammes de prix, et pour tous les goûts : léger, charpenté, rond, fruité, sec, doux...

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus

Chez Georges

Ne comptez pas ressortir d'ici sans tache de vin sur vos habits ! Le soir, dans cette cave à vin voûtée toute en pierre, cachée au cœur du quartier huppé de Saint-Germain-des-Prés, des étudiants branchés s'encanaillent comme des ouvriers. Ils dansent collés à la sueur de leurs voisins ou même sur les tables quand le sol est déjà trop densément occupé...

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

La Fusée

Dans ce coin de Beaubourg où peu de bars sont avenants, la Fusée attire les jeunes par son ambiance chaleureuse, sa petite terrasse agréable et ses prix raisonnables pour le quartier. Des guirlandes colorées suspendues s’accordent bien avec l’ambiance de guinguette qu’on y trouve le dimanche lors de concerts live de jazz manouche, swing ou chanson française.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

L'Entracte

En face du Palais Royal, on s’installe volontiers à l’Entr’acte en sortant d’un spectacle de la Comédie Française. Ce bar minuscule qui existe depuis 1734 (imaginez !) est tenu par Marcel, une figure locale brut de décoffrage, qui fait lui aussi un drôle de spectacle derrière son zinc, avec sa fine équipe de vieux amis plein de gouaille à qui il remet des ballons de rouge.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Afficher plus

Voir aussi :

Bars

Bars à vins : le top 10

En savoir plus

Commentaires

2 comments
Nicolas D
Nicolas D

et LE BARAV dans tout ça ? c'est l'incontournable !

Lao
Lao

Bonjour, Nous sommes 6 étudiants passionnés de vin et étudions le marketing. Dans le cadre d’un projet pédagogique (étude de marché), nous aimerions recueillir le sentiment d’un maximum de personnes sur le vin light. Pouvez-vous répondre à notre questionnaire ? Cela ne vous prendra que 5 minutes environ mais nous aidera beaucoup ! http://www.sphinxonline.net/sphinxescto31/VINLIGHT/questionnaire.htm Merci par avance