Les bars gays et lesbiens

0

Commentaires

Ajouter +

Café Cox

Le Café Cox est un spot gay incontournable au cœur du Marais, l'un des plus populaires et des plus connus du quartier. Il attire presque exclusivement des « mâles » très trendy, la plupart velus, baraqués et crânes rasés. Le trottoir est une estrade improvisée pour défilé de mode à la Jean-Paul Gaultier. La terrasse est spécialement bondée surtout pendant l’happy-hour, où l’on reste debout pour discuter. A l'intérieur, la déco est décoiffante : des installations artistiques pensées pour le bar changent tous les trois mois, un bel effort de création ! Les soirs de week-end, des DJs résidents assurent un fond musical house sympa.

  1. 15 rue des Archives, 4e, Paris
Plus d'infos

Le Troisième Lieu

La Cantine des Ginettes armées est un autre bastion lesbien de jeunes femmes assumées qui ici se lâchent et s’extravertissent. La spécialité de la maison: la bière Fargo aromatisée au miel en pichet. On peut aussi y manger sur le pouce plus pour se nourrir que pour déguster des mets raffinés. Le soir, des Djettes s’installent aux platines à l’arrière d’une caravane ramené on ne sait comment jusqu’ici, dans son décor kitsh pétillant et coloré: un baby foot, des strings qui sèchent au-dessus du comptoir. Au sous-sol, une cave décorée d'un sous-marin jaune qui fait office de dance floor. Ambiance world en haut, électro-house en bas. Selon le soir, petite projection photo, DJ set, concert... Les hétéros et les mecs peuvent rentrer ici, mais les habituées seront clairement privilégiées les jours de foule. On a du mal à respirer quand l’ambiance est surchauffée et le videur n’est pas toujours sympa à cause des voisins râleurs quand vous sortez prendre un bol d’air.

  1. 62 rue Quincampoix, 4e, Paris
Plus d'infos

La Perle

  • notre sélection

La Perle est un bar si populaire qu’il est toujours plein, de jour comme de nuit. Pourtant la déco sans intérêt du lieu est là pour nous rappeler que ce rade était un PMU il y a peu. Alors pourquoi est-il peuplé de gens branchés ultra sapés ? Pour l’ambiance festive ! Une clientèle de gays, fag hags, hipsters, modeux et touristes discutent joyeusement sur le trottoir à l’heure de l’apéro, et picolent gentiment en grignotant des « miam miam » à 1 euro, soit froids (saumon, pommes de terre-ciboulette, ricotta-basilic, brick au fromage), soit chauds (jambon de Parme-confiture de tomate, champignons-tomates), soit sucrés. Le midi on peut aussi y manger des plats consistants pas trop cher.

  1. 78 rue Vieille du Temple, 3e, Paris
Réservez

La Champmeslé

La Champmeslé, Marie de son prénom, était une actrice tragédienne française du XVIIe siècle, qui joua notamment au théâtre du Marais le rôle de Vénus, dans la comédie pastorale-héroïque La Fête de Vénus de l’abbé Claude Boyer. A part cette anecdote ? Aucun lien avec ce bar ! Ouvert dans les années 1980 par Josy, La Champmeslé est le plus ancien bastion lesbien de la capitale et a gardé l'autorisation d'ouvrir jusqu'à l'aube. Il accueille aujourd’hui aussi bien des filles que des garçons sans délit de faciès, car il reste hors des modes du Marais. Ici on est très LGBT, les trans, les bi, et les hétéros sont aussi les bienvenus. Josy est toujours là, aussi accueillante qu’aux premiers jours. Chaque mois de nouveaux tableaux de jeunes artistes sont exposés donnant un bol d’air à la déco, et des cabarets lesbiens sont régulièrement programmés. Le mardi, venez vous faire tirer les cartes du Tarot de Marseille par Patricia à partir de 19h.

  1. 4 rue Chabanais, 2e, Paris
Plus d'infos

L’avis des utilisateurs

1 comments
FroguetteMiNote
FroguetteMiNote

"Ici on est très LGBT, les trans, les bi, (...) sont aussi les bienvenus." MOUARF ! Time Out, quand vous tenez à publier un papier sur le Paris queer, veillez à ce que votre chroniqueur, aussi peu queer soit-il, fasse ses devoirs et se renseigne sur ce que recouvrent les acronymes qu'il emploie !