Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Les meilleurs bars sportifs

Parce qu'on n'est pas tous abonnés à Canal + ou BeIN Sports

Tous les amateurs de foot le savent : ce n'est pas toujours une sinécure de chercher un bar parisien qui diffuse le match du soir. Bien sûr, il y a les traditionnels pubs, souvent bondés et toujours un peu standardisés, avec leurs écrans plasma et leurs pintes de Grimbergen. Mais voir du football dans un environnement un brin original semble impossible, comme si le sport en général était réservé à une clientèle de banquiers tout juste sortis du travail et prêts à se défouler en pariant des centaines d'euros sur le nom du prochain buteur. C'est pourquoi nous avons décidé d'établir une mince sélection de bars et de pubs qui changent (un peu) des sempiternels Frog et autres Café Oz...

Le Magellan

Notre sélection

Exilé dans la petite rue des Goncourt, à l'écart du tumulte des rues Jean-Pierre Timbaud et du Faubourg du Temple, le Magellan attire surtout les rares habitués qui connaissent bien le lieu. On n'y fait pas la queue, on n'y patiente pas des heures avant de commander sa pinte, on n'y hurle pas pour s'y faire entendre. Seules certaines soirées du week-end ou exceptionnelles sont bondées, mais si vous cherchez une ambiance chaleureuse sans la foule, vous êtes au bon endroit.Qui dit ambiance chaleureuse dit coin cosy, avec ses canapés en cuir rouge où il fait bon s'affaler, mais aussi petite piste de danse improvisée certains soirs, si d'aventure il vous prend l'envie de remuer sur l'excellente sélection musicale du gérant, dans la lignée de l'ancien Baron Samedi qui occupait les lieux autrefois : soul, rhythm'n'blues, twist, classiques rock. Attention toutefois de ne pas recevoir une fléchette en pleine fesse pendant vos déhanchés, car le bar propose également des soirées jeu de fléchettes, mais aussi des tournois de poker, des jours dédiés aux jeux vidéo sur grand écran ou encore des retransmissions de matches de foot. Avec ses murs en brique, sa clientèle sympathique, son patron affable et ses pintes à prix d'ami lors de l'happy hour, inutile de dire que le Magellan fera le tour de Paris, à défaut du monde.

En savoir plus
11e arrondissement

Les Tontons bringueurs

Notre sélection

Au-delà du jeu de mots facile, une constante chez les petits commerçants et restaurateurs, les Tontons bringueurs ont souhaité dans les faits rendre hommage au cinéma français gouailleur et à la bringue. Sans surprise, les murs sont tapissés de citations signées Michel Audiard ou Jean Carmet, comme « boire ou conduire, il faut choisir… mais on va quand même pas rentrer à pied », tandis qu'au fond de la salle un écran projette des films (sans le son) des années 1950 et 1960 avec Gabin, Ventura, Blier et autres figures du 7e art. Pour une somme modique, vous boirez de la bière, des pichets de vin, pourquoi pas aussi une petite absinthe, un whisky parmi une vingtaine de bouteilles, ou l'un des nombreux rhums arrangés qui trônent sur l'étagère derrière le bar. « Faut reconnaître, c’est du brutal », comme dirait Bernard Blier dans les 'Tontons flingueurs', dont on a fêté les cinquante ans en novembre 2013. Pas de danger, le bar propose de quoi se restaurer, histoire d'éponger tout ça. Formules du midi à 14 et 18 €, mais aussi snacks à toute heure de la journée : croques, bruschettas, club sandwichs, hot dogs, planches, tout ça pour des prix variant de 6,50 € à 15 €. Vous trouverez bien de quoi faire taire votre estomac. Cachés au fond de la rue Boyer, qui abrite Maroquinerie, Café des sports et Bellevilloise, les Tontons bringueurs sont comme une fougère dans une forêt de baobabs, il n'y a que les habitués de la promenade qui finissent par tomber dessus. Cette situation stratégiqu

En savoir plus
Ménilmontant

The Lions

Notre sélection

Adresse fameuse du quartier de la Bourse, The Lions est un pub anglais typique où les banquiers des environs aiment venir se détendre après le travail. Mais ils ne sont pas les seuls, puisque les amateurs de bière, d’ambiance british et de sport s’y précipitent aussi le soir venu. Il faut dire que la devanture bleue et l'intérieur distingué du bar le démarquent de ses concurrents. Une fois confortablement installé sur une banquette (à condition d’arriver en avance), le client peut ne perd une miette ni du match de foot ou de rugby diffusé sur les écrans, ni du burger qu’il aura certainement commandé. Car il n’est pas facile de résister aux sympathiques effluves qui émanent des plats que l’on voit passer sous son nez toute la soirée. Les connaisseurs savent que The Lions reste un des meilleurs endroits à Paris pour voir du sport, même si certains soirs sont réservés à d’autres activités tout aussi intéressantes, comme le quizz le lundi ou les shooters nights du mercredi !

En savoir plus

Le Supercoin

Notre sélection

Le 18e arrondissement entretiendrait-il une passion secrète pour la bière ? Oui et non : la passion est bien là, mais qu’on se le dise, pas de place ici pour le secret. Entre Bières Cultes, la Brasserie de la Goutte d’Or et ce très chaleureux Supercoin, l’orge et le houblon sont à la fête. Il faut dire qu’après des années à siroter ces sempiternels demis au goût fané, les Parisiens méritaient bien que quelques adresses se penchent sur la question. Ici on aime concilier bière de caractère, rock et bonne humeur communicative, comme l’annonce la devise « Bière artisanale et pop culture ». Pas sûr qu’une soirée vous suffira à tester toute la carte, régulièrement renouvelée et riche de plusieurs dizaines de bières en bouteille et de belles surprises à la pression, comme une Agent Provocateur de Craig Allan ou des blondes, ambrées et brunes de Franche-Comté. De belles découvertes en perspective, et une sélection assez friande d’amertume, même s’il y en a pour tous les palais. On a essayé de tout goûter, sans succès ; on y est revenu avec plaisir.Pas tape-à-l’œil pour un sou, le Supercoin mise sur la qualité de son bar et son ambiance, des prix tout à fait raisonnables (3,50 € pour une pression ou une bouteille de 33 cl, 8 € pour une 75cl) et une cuisine simple et abordable (spécialement l’assiette de tartines saucisse de Morteau/Reblochon à 5 €). De quoi passer un moment bien agréable. Si la déco manque encore un peu de charme (le bar a ouvert en avril 2012) et que la pièce d’envir

En savoir plus
Mairie du 18e

The Bombardier Pub

Perché sur les hauteurs de la montagne Saint-Geneviève, The Bombardier est le pub de quartier où venir boire une stout en toute quiétude. De la moquette bleue jusqu'au plafond, chaque détail de ce bar typiquement anglais nous catapulte de l’autre côté de la Manche. Une aubaine pour les voisins en mal de bière ainsi que des étudiants lassés de faire la queue à l’entrée des bibliothèques avoisinantes. Il faut dire que l'on se sent vite à l'aise au milieu de ces inimitables tableaux noirs annonçant à la craie la diffusion des matchs du tournoi des six nations, les Student Nights du lundi soir ainsi que les quizz du dimanche.Derrière le comptoir, on retrouve les bizarreries habituelles de ce genre d'établissement comme les fameuses Wells Banane Bread Beer, breuvage houblonné à la banane typiquement britannique. Les différentes tireuses offrent quant à elles un choix plus traditionnel de bières anglaises issues des brasseries Wells & Young’s et servies dans les règles de l’art comme en attestent les nombreux diplômes qu’arborent les murs de la taverne. Cerise sur la boisson, la cuisine propose également quelques plats tyiquement anglais, du copieux breakfast (15 €) à l’indétrônable fish and chips (12 €) en passant par le curry de poisson, de poulet ou de légumes servis avec son chutney de mangue. Dommage qu’il ne pleuve pas autant à Paris qu’à Londres, car devoir s’abriter dans un pub comme le Bombardier est une excuse que l’on aimerait pouvoir donner aussi souvent que nos voisins

En savoir plus
La Sorbonne

Le Parisien

Dans cette famille de bars branchés que sont Chez Jeannette, le Sans Souci ou le Mansart, le petit dernier Le Parisien, se démarque avec une déco et une carte nettement plus raffinées. Sans tomber dans le clinquant, l’endroit très design, fait de miroirs, de néons et de bois, détonne dans le quartier Saint-Martin. Et c’est surement ce qui nous attire au premier abord : on a l’impression qu’un vaisseau futuriste est rentré dans une peinture de Mondrian ! Une fois les portes poussées, on comprend qu’on a à faire au même genre d’endroit, jeunes serveurs souriants et clientèle bobo cool, mais qu’il n’y aura pas, comme dans les autres, une bousculade au comptoir et des commandes à peine audibles qui peinent sous les baffles. Ambiance détendue donc, et musique discrète en fond. La brasserie parfaite pour un repas entre amis et un verre tranquille avant de sortir. Au menu, une carte de brasserie améliorée où l’on retrouve des standards souvent oubliés, comme les moules gratinées au parmesan, une déclinaison d’œuf (mimosa, brouillés…) ou une assiette de pata negra, parfaite pour les petites faims au moment de l’apéro. Pour les plats de résistance, les classiques carnivores se disputent le haut de l’affiche, faux-filet, poulet et autres tartares. Mais c’est sur les sandwichs toastés que notre estomac s’attardera, copieux et moelleux à souhait, avec un choix redoutable : le saumon snacké, concombre et aneth, celui au pastrami, choux, oignons et sauce Reuben, ou encore le steak de bœuf,

En savoir plus
3e arrondissement

Downtown Café

Notre sélection

La rue Jean-Pierre Timbaud est surtout réputée pour ses bars où l’on boit de la bière en causant, voire ses quelques caves pour danser sans complexe sur une programmation de qualité. En revanche, ce n’est pas vraiment un haut lieu du bar pour sportifs… et pourtant, on y trouve quelques bons exemples en la matière, notamment le Downtown Café, qui ne paie pas de mine au départ mais finit par dévoiler ses atouts au fil du temps. A l’intérieur, la déco ne correspond ni aux ambiances plus à l’arrache du quartier, ni aux bars lounge ou pub qu’on s’attendrait à trouver. L’atmosphère est feutrée tout en restant chaleureuse, d’autant plus qu’on peut y siroter une pinte à 3 € ou un cocktail à 5 € durant les happy hours. Ce n’est pas tout, un projecteur diffuse du foot sur un grand écran blanc qui permet d’apprécier les exploits de Messi, Benzema, Robben ou Drogba avec une qualité supérieure aux écrans de télé plasma. Peu de gens semblent connaître le tuyau et vous ne serez pas écrasés par une foule compacte venu crier sa haine de l’arbitre. Pour éponger vos cinq Leffe, vous pourrez même commander un plat du jour à 7 €, servi dans une boîte en carton à la new-yorkaise, histoire de retrouver des forces avant d’aller danser au sous-sol. Un bon plan pour le sport et le reste.

En savoir plus

Apérock Café

Bien placé juste à côté du Bataclan, l’Apérock Café est un bon endroit pour retrouver des amis avant le concert, ou pour attendre que la queue diminue le temps d’une mousse. Il accueille beaucoup d’habitués ainsi que des badauds séduits par sa terrasse et ses petits prix. A l’intérieur, la musique pop-rock est déclinée en live – des groupes sont programmés régulièrement – et en « rocktails ». Des cocktails créatifs comme le « John Lemon » (rhum blanc, liqueur de pêche, citron, grenadine et coca) ou le « Pink Fluyd » (tequila, citron et jus de fraise). Parmi les vinyles et les pochettes qui recouvrent les murs se trouvent d’autres objets inattendus comme une planche de surf et une guitare suspendue. La décoration encourage l’esprit de fête que sème l’équipe de l’Apérock. Les drapeaux internationaux accrochés témoignent du démon sportif qui habite les lieux. Les jours de match, il est plein à craquer de supporters en maillot, prêt à se serrer contre leurs voisins pour suivre leur équipe sur un écran géant déroulé pour l’occasion. De temps en temps, de petites formations acoustiques donnent des concerts rock, pop ou folk. D’occasionnels tournois de belote ou de simple blind test peuvent aussi s’organiser. Petit bémol : n’attendez pas que le serveur passe, il faut commander au bar.

En savoir plus
11e arrondissement

Sof's bar

Notre sélection

Aucune dénomination sur la devanture : le Sof’s bar ne dit pas son nom, manière de montrer que chaque client peut se l’approprier. C’est aussi une façon de rester discret dans un quartier, Montorgueuil, où l’apparence un peu snob des passants et des vitrines peut agacer. Sof, c’est Sofiane, jeune patron qui fait le pied de grue dans la petite rue piétonne et appâte le chaland grâce à un bagout sans égal. Le jeune homme a rénové l’ancien troquet de son père en lui donnant un éclat rajeuni, puisque pierres de taille apparentes, briques rouges et rideaux viennent apporter une touche cosy que les habitués apprécient. Un repaire de connaisseurs et d'habitants du coin donc, mais qui ouvre volontiers ses portes aux étrangers de passage, souvent séduits par la personnalité de Sof, le fumoir dans le fond de la salle, la sélection musicale affûtée et… l’écran géant qui diffuse du foot les soirs de grand match et de compétitions internationales. On s’étonne alors de voir un FC Barcelone – AC Milan dans un lieu pareil, une opportunité à ne pas laisser passer.

En savoir plus
2e arrondissement

James Hetfeeld's pub

Hé oui, ce pub des Grands Boulevards porte le nom du chanteur de Metallica, à une lettre près ! Pour ceux qui s’attendraient donc à trouver une ambiance de métalleux du type des 'Furieux' ou du 'Black Dog', passez votre tour car le James Hetfeeld se veut éclectique et s’adapte à sa clientèle d’afterwork. Certes, un bon vieil "Enter Sandman", du AC/DC des familles et autres Guns N’ Roses se glissent régulièrement dans la playlist du bar, mais l’essentiel du répertoire est constitué soit de classiques entendus mille fois, soit de tubes tendance pour dancefloor un peu vulgaire (vous avez dit Skrillex ?). La plus-value de l’endroit réside en fait à la fois dans le prix imbattable des pintes – une Guiness à 5 € toute la journée ne se trouve pas facilement – et dans les cinq écrans géants prêts à diffuser toute manifestation sportive d’envergure : J.O., Roland-Garros, Ligue des Champions, Euro 2012, Tournoi des six nations de rugby, tout y passe ! Où qu’on soit dans le pub, impossible de ne pas apercevoir un coin de télé pour suivre le match, ce qui est appréciable. Inutile de dire que mis ensemble, tous ces arguments attirent une clientèle très nombreuse. Résultat, il faudra réserver ou se présenter très tôt si vous souhaitez avoir une place de choix face aux écrans. Bref, si le lieu n’est pas impérissable, il a le mérite de faire les choses en grand sans vous ruiner les poches.

En savoir plus
Afficher plus

Commentaires

0 comments