Cinéma du réel

Du 20 au 30 mars 2014

Depuis trente-six ans, le festival Cinéma du réel défend le documentaire dans son imposante diversité et sous toutes ses formes. Courts, moyens ou longs métrages, qu'importe : c'est ici le propos et l'engagement humain qui prévalent sur les formats ou les genres.

Pour cette nouvelle édition, qui se déroulera comme les précédentes au Centre Pompidou, mais aussi au Forum des Images, au Centre Wallonie-Bruxelles et au Nouveau Latina, le festival proposera à nouveau quatre compétitions (internationale, française, premiers films et courts métrages), où l'on croisera notamment des abattoirs argentins, un festival de punk, une campagne électorale à Lampedusa ou des gamins de Naples à la recherche de sapins de Noël.

Le festival Cinéma du réel a comme d'habitude l'heureuse idée de proposer en parallèle de nombreuses séances thématiques : cette année autour du génial Jean Rouch, de John Berger, de la révolution des Œillets ou des indiens Tarahumaras. Sans oublier un appétissant cycle de documentaires ("La Nuit a des yeux") ayant la particularité d'être tournés de nuit, avec des courts ou moyens métrages, souvent méconnus, de William Klein, Georges Franju, Eugène Deslaw ou Alexandre Sokourov. Bref, pour tous ceux que le cinéma alternatif ou direct intéressent, ce rendez-vous promet d'être, comme chaque année, l'un des incontournables du printemps.

Le programme complet sur le site officiel du festival.

Voir aussi

15 documentaires essentiels

Petite sélection de nos docus favoris À lire aussi Les 50 meilleurs films d'horreur Les 50 meilleurs films romantiques Les 100 meilleurs films français Les meilleurs films de 2013 Les 20 meilleurs films de 2013 A venir • La Vie d'Adèle Magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant mais dans le monde d'aujourd'hui. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures – qui passent comme une lettre à la poste –, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse l'adolescence. Lycéenne curieuse, elle lit Marivaux et s'initie à l'amour. D'abord avec un lycéen gentiment banal, puis avec Emma, une étudiante des Beaux-Arts aux cheveux bleus (Léa Seydoux, magnétique et animale), avec laquelle elle vivra une passion complice et sensuellement intense. Lire la suite Camille Claudel 1915 Disons-le tout de suite : d’une rigueur qui ferait aisément passer ‘Amour’ pour une comédie romantique, ‘Camille Claudel 1915’ se révèle, d’un bout à l’autre, aussi magistral qu’éprouvant (comme ça, au moins, vous voilà prévenus). Plongeant une Juliette Binoche époustouflante, magnifique de retenue, dans un hôpital psychiatrique parmi d’authentiques aliénés, Bruno Dumont y relate le quotidien de l’ancienne sculptrice, âgée de 49 ans au début de sa longue période de réclusion – qui durera jusqu’à sa mort en 1943. Ici, il faut rappeler que les récents films de Dumont n’ont cessé de creuser... Lire la suite Only Go

En savoir plus

10 films à voir : Paris au cinéma

Dossiers et interviews Les 50 meilleurs films d'horreur Les 50 meilleurs films romantiques Les 100 meilleurs films français Les meilleurs films de 2013 Les 20 meilleurs films de 2013 A venir • La Vie d'Adèle Magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant mais dans le monde d'aujourd'hui. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures – qui passent comme une lettre à la poste –, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse l'adolescence. Lycéenne curieuse, elle lit Marivaux et s'initie à l'amour. D'abord avec un lycéen gentiment banal, puis avec Emma, une étudiante des Beaux-Arts aux cheveux bleus (Léa Seydoux, magnétique et animale), avec laquelle elle vivra une passion complice et sensuellement intense. Lire la suite Camille Claudel 1915 Disons-le tout de suite : d’une rigueur qui ferait aisément passer ‘Amour’ pour une comédie romantique, ‘Camille Claudel 1915’ se révèle, d’un bout à l’autre, aussi magistral qu’éprouvant (comme ça, au moins, vous voilà prévenus). Plongeant une Juliette Binoche époustouflante, magnifique de retenue, dans un hôpital psychiatrique parmi d’authentiques aliénés, Bruno Dumont y relate le quotidien de l’ancienne sculptrice, âgée de 49 ans au début de sa longue période de réclusion – qui durera jusqu’à sa mort en 1943. Ici, il faut rappeler que les récents films de Dumont n’ont cessé de creuser... Lire la suite Only God Forgives Pour beaucoup (tr

En savoir plus

Commentaires

0 comments