Une Fondation qui envoie du Pathé

On a visité la nouvelle Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

0

Commentaires

Ajouter +

© EChirache


C'est l'histoire d'un cas exceptionnel. La société de production de cinéma Pathé, la plus ancienne au monde encore en activité après Gaumont, s'est dotée en 2006 d'une Fondation reconnue d'utilité publique qui s'est installée depuis quelques jours dans un bâtiment à part, situé au 73 avenue des Gobelins, à l'emplacement de l'ancien théâtre dont la façade Rodin est inscrite aux monuments historiques. 2 500 mètres carrés consacrés à la mémoire du cinéma de France et d'ailleurs, bientôt ouverts à tous les publics. Photos de tournage, pellicules, films, affiches, échanges épistolaires, documents administratifs : tout chez Pathé a été scrupuleusement conservé, choyé, classé et archivé au fil des ans, ce malgré les changements de propriétaires.

C'est ce lieu que Time Out Paris a eu la chance de visiter en juin 2014 en compagnie de Sophie Seydoux, épouse de Jérôme, et en présence d'une dizaine d'autres journalistes. Promenade informelle à travers les trois étages de la Fondation, la visite s'est terminée par la projection d'un film de 1914 dans une salle dédiée au muet qui peut accueillir 70 personnes. Même s'il s'agit d'une œuvre de propagande, ce film intitulé 'Les Soldats de plomb' démontre des merveilles d'invention visuelle, comme ce passage où les jouets s'animent pour figurer la guerre. Il faut dire que la pellicule a été restaurée avec un soin méticuleux, à tel point que le son et l'image tutoient la perfection. Lors des séances ouvertes au public qui auront lieu plusieurs fois par jour, c'est souvent un pianiste qui accompagnera la projection, symbole de la volonté des fondateurs de recréer les conditions d'époque.

Pour en savoir plus sur cet espace qui ouvre définitivement ses portes au public le mercredi 10 septembre, regardez le diaporama ci-dessous en cliquant sur les photos pour passer aux suivantes.

  • © EChirache

    Au milieu sur la photo, Sophie Seydoux présente aux journalistes l'architecture « organique » de Renzo Piano, célèbre pour son travail sur le Centre Georges Pompidou. L'architecte a ouvert l'espace sur la vaste immensité des toits de Paris, qu'on aperçoit à travers les fenêtres. La lumière filtre très largement à travers les arceaux et contribue à réchauffer la pièce, qui est aérée par un système respectueux de l'environnement.

  • © Michel Denance

    Une atmosphère baignée de lumière propice au travail et à la lecture.

  • © EChirache

    Ouvert au public sur rendez-vous, le centre de recherche et de documentation recevra quiconque s'intéresse à l'histoire du cinéma en général et de Pathé en particulier. Les chercheurs de tous horizons pourront trouver, entre autres, de très anciennes photos de tournage comme celle-ci, prise sur le tournage de 'Samson et Dalila'.

  • © EChirache

    Aux étages inférieurs, d'autres salles renferment les archives plus fragiles de la société, comme ces pellicules de films, dont 'Apocalypse Now' distribué par Pathé.

  • © EChirache

    Ces rouleaux en carton sont quant à eux dédiés aux innombrables affiches de films archivées par Pathé.

  • © EChirache

    La Fondation Pathé accueillera également une salle d'exposition de 250 m2, coupée en son centre par une immense table où seront disposés 200 appareils de prises de vue ou de projection, mais aussi leurs nombreux accessoires. Des films tournés avec des caméras Pathé seront projetés et des bancs équipés de tablettes numériques permettront aux visiteurs de saisir la mécanique de ces engins si beaux et si complexes.

  • © EChirache

    Il est à noter que tous les appareils présentés dans cette salle sont en parfait état de marche.

  • © EChirache

    Créée en 1922, la Pathé Baby a révolutionné l'approche du cinéma. Grâce à un film au format 9,5 mm, elle pouvait se transporter facilement et ne coûtait pas cher. Jean-Pierre Melville et Jacques Demy ont par exemple confié qu'ils avaient pris goût au cinéma grâce à cette caméra que les enfants pouvaient utiliser. Aujourd'hui, le format 9,5 mm existe toujours.

  • © EChirache

    Exemple de bobine de film destinée à être projetée à l'horizontal, d'où sa très grande finesse.

  • © EChirache

    Le parfait arsenal de l'apprenti réalisateur.

  • © EChirache

    Pathé a produit plus de 9 000 films muets. C'est donc à ce type de films que la Fondation a voulu rendre hommage avec cette cabine de projection dévolue presque uniquement au muet. L'acoustique de la salle pour le piano joué en direct est exceptionnelle, et le son numérique 7.1 est de la dernière génération.

  • © EChirache

    Projection test du film 'Les Soldats de plomb', qui en 1914 encourageait le public français à soutenir le moral de ses troupes.

  • © EChirache

    Cette salle de 70 places possède deux projecteurs 35 mm qui peuvent descendre jusqu'à 12 mm (le format rare des films muets japonais) et d'un projecteur numérique. Le tarif des séances tournera sans doute autour de 6 euros pour un ou plusieurs films. Il y aura trois séances par jour.

© EChirache

Au milieu sur la photo, Sophie Seydoux présente aux journalistes l'architecture « organique » de Renzo Piano, célèbre pour son travail sur le Centre Georges Pompidou. L'architecte a ouvert l'espace sur la vaste immensité des toits de Paris, qu'on aperçoit à travers les fenêtres. La lumière filtre très largement à travers les arceaux et contribue à réchauffer la pièce, qui est aérée par un système respectueux de l'environnement.


L’avis des utilisateurs

0 comments