Les sorties ciné de la semaine

Edito du 13 novembre

0

Commentaires

Ajouter +

Chaque mercredi, M. Spoiler, critique de films sans foi (sauf mauvaise) ni loi (sinon injuste), passe au scanner les sorties cinéma de la semaine. Et à force, il a les yeux qui piquent.


Disons-le tout de go : cette semaine est indubitablement placée sous le signe du sado-masochisme. Bonne nouvelle, hein ? D'abord avec 'La Vénus à la fourrure' de Roman Polanski, brillant huis clos entre Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, et intelligente variation au énième degré sur Sacher-Masoch. Domination, humour, travestissement, désirs et talons hauts : malgré ses 80 ans, Roman Polanski n'a manifestement pas besoin de Viagra. Il a très bien compris que c'est par le cerveau qu'on bande.


Sans doute moins virtuose, mais tout aussi axé sexe intello, nylon et latex, 'Les Rencontres d'après minuit' de Yann Gonzalez se révèle d'une réjouissante étrangeté, qui rappelle assez le Blier des années 1980. Et ce n'est pas rien. A l'heure où le désir se trouve réduit à des mots-clés de catégories YouPorn, les protagonistes de ces 'Rencontres...' – affectueusement nommés « L'Adolescent », « La Star » ou « La Chienne » – rafraîchissent en effet par leur douceur inattendue et la poésie de leur sensualité underground. Si, si, même Eric Cantona (dit « L'Etalon »).


Pourtant, cette semaine présente aussi d'autres types de rencontres – dont, pour le coup, on se serait bien passé. Premier exemple avec 'Evasion', thriller nécessairement poussif qui réunit pour la première fois Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger. Hélas, l'ex-gouverneur de Californie a une vilaine barbe, l'ancien Rambo une tête de cocker qui aurait subi coup sur coup dix-sept séances de chirurgie esthétique, et le film trente ans de retard. A réserver aux nostalgiques amateurs, donc.


En revanche, même les plus farouches adeptes du ringard (car il y en a, et plus qu'on ne croit) risquent de tourner de l'œil devant la sortie WTF de la semaine : 'Doutes', un film qui porte bien son nom et orchestre un improbable face-à-face entre le chanteur Benjamin Biolay et... Christophe Barbier (oui, oui, le guignol – pardon : chroniqueur – de L'Express, et donneur de leçon à écharpe rouge) ! Pseudo-réflexion politique sur les années Sarkozy et la présidentielle de 2012 (souvenez-vous : celle que DSK était sûr d'emporter), voilà sans conteste l'un des films à éviter avec soin cette semaine. A moins qu'Arlette Chabot vous excite.


Et comme si les cocktails Schwarzy/Stallone et Barbier/Biolay (qu'on aurait presque envie de mélanger, hein ?) ne suffisaient pas, 'Cartel' nous propose un maxi-combo réunissant Penelope Cruz, Cameron Diaz, Michael Fassbender, Javier Bardem, Brad Pitt, Cormac McCarthy (au scénario) et Ridley Scott derrière la caméra. Sauf que cela revient un peu à mélanger du vinaigre, du café froid, des tripes crues et des coupes de cheveux ridicules. Autrement dit, ce n'est pas terrible, le film se résumant à quelques effets tapageurs, une histoire de trafiquants mexicains vue et revue, et de vulgaires blagues de cul qui tombent à plat. Bref, l'austère 'Vénus' intello de Polanski reste indéniablement plus classe. Et bandante.

Passons donc aussi vite que possible sur 'Battle of the Year', musical sur le break-dance dans la lignée de 'Sexy Dance' (non merci, vraiment, on va rester chez soi), pour lui préférer deux bienheureuses reprises marquées par la picole héroïque et la contagieuse passion de remplir à nouveau son verre. D'une part avec 'Un singe en hiver' (1962), adaptation du roman d'Antoine Blondin par Henri Verneuil (avec Michel Audiard aux dialogues), où Belmondo et Gabin campent deux grandioses « princes de la cuite ». Et de l'autre avec 'La Dernière Corvée' ('The Last Detail', 1974) de Hal Ashby, road-movie déluré et attachant, où un jeune Nicholson moustachu cabotine en militaire, tout en se murgeant ardemment dans des bordels.

Ceci dit, si vous n'êtes pas d'humeur à boire, il vous reste tout de même quelques joyeux documentaires : sur les cancers dus à l'amiante ('La Part du feu'), sur un ancien président du Conseil Juif du guetto de Theresienstadt, rescapé autrichien de la Seconde Guerre mondiale ('Le Dernier des Injustes' de Claude Lanzmann), ou sur la nature en mode Disney ('Il était une forêt'). Enfin, vous ferez comme vous voudrez. De notre côté, on va plutôt se reboire une pinte. En porte-jarretelles.


Voir aussi

Les meilleurs films du moment

'La Jalousie' de Philippe Garrel, 'La Salon de musique' de Satyajit Ray, 'Les Garçons et Guillaume, à table !' de Guillaume Gallienne, 'Inside Llewyn Davis' des frères Coen ou 'La Vénus à la fourrure' de Roman Polanski... Découvrez notre sélection des meilleurs films à voir actuellement en salles.


L’avis des utilisateurs

0 comments