Rendez-vous : Mercredi Production

Du 27 au 30 juin 2013 au Cabaret Sauvage

0

Comments

Add +

Le mini-festival Rendez-vous organisé par Mercredi Production, à l'origine de la programmation des Nuits Sonores, investit le Cabaret Sauvage le temps d'un long week-end électronique, pour sa seconde édition. Au menu : quatre prestigieux labels à l'honneur étoffés de leurs DJ les plus prometteurs : le spécialiste de la techno minimale Minus jeudi, le label de house berlinoise Innervisions vendredi, la maison du show radio new-yorkais Beats in Space samedi et la soirée gay berlinoise italo-disco CockTail d'Amore dimanche, qui contrairement aux autres soirées se déroulera l'après-midi de 15h à 22h. Un festival pointu mais très festif qui promet des sets volcaniques – mais aucun live – entre dancefloor intérieur et espace en plein air. 


Le pass 4 soirées est sold out, mais pas les billets à la journée, tous entre 16 et 25 euros. Pour acheter vos préventes, cliquez ici.


Jeudi • Techno minimale / Minus : Gaiser + Matador + guests

Est-il besoin de présenter Minus, le label de Richie Hawtin, maître incontesté de la techno minimale ? Ce ne sont pas moins de quatre ambassadeurs qui investiront le Cabaret Sauvage pour montrer au public parisien que le label est, du haut de ses quinze années d’existence, toujours à la pointe de la techno minimale. En guests d'honneur, Gaiser et Matador, ainsi que Barem et Hearttrob.

Après une série d’EP sortis sur Minus ('And Answer', 'Neural Block' et 'Eye Contact'), Gaiser est devenu l’un des producteurs les plus reconnus de sa génération. Ce musicien hors pair suit son instinct, et traduit ses humeurs et ses émotions dans sa musique, équilibre parfait entre rythmique énergique et finesse sonore, comme on peut l’entendre sur son premier album 'Fade Blank'.

Matador, aka Gavin Lynch, est un DJ et producteur irlandais très populaire de l’écurie Minus et également poulain de Richie Hawtin. Il a sorti dernièrement un EP baptisé 'Spooks' et délivrera un set entre techno et minimale qui devrait ravir les puristes du genre.

Originaire de Buenos Aires, Barem – Mauricio Barembuem de son vrai nom – tire ses influences de labels tels que Perlon, Spectral Sound ou 7th City, et bien sûr Minus. Cet artiste émergent vous invitera dans son univers fait de samples synthétiques, d’éléments rythmiques analogues et de lignes de basse hypnotiques. Il a sorti quelques maxis remarqués, notamment par Richie Hawtin et Ricardo Villalobos, et a publié son premier album l'année dernière, 'After the Storm', très minimaliste et affranchi de toute influence latine, contrairement à ses précédentes compositions.

Enfin, Heartthrob finira la soirée avec un set inspiré. Originaire du Michigan, Jesse Siminski s’installe à New York en 1999, où il rencontre Magda et Troy Pierce. Jesse explore le croisement entre tradition et innovation, et ceci au travers de concepts esthétiques et d’expérimentations. Il sort ses productions et remixes sur nombre de labels, dont Minus, Underline, Contexterrior, Alphahouse… et a pu jouer dans des clubs aussi prestigieux que la Fabric à Londres, ou le Watergate à Berlin. 

  1. A partir de 23h

Vendredi • House berlinoise / Innervisions : Dixon + guests

Deuxième acte du festival pour cette soirée dédiée au label Innervisons fondé en 2005 par Dixon et Âme, qui participeront à cette carte blanche aux côtés de Marcus Worgull, Frank Wiedemann et Ry.

Quand Dixon entre dans le circuit des clubs berlinois au début des années 1990, il devient rapidement une référence dans le DJing et enchaîne les résidences, de la Fabric à Londres au Panorama Bar de Berlin. Il gagne un public plus large et s’illustre également avec les compilations 'Temporary Secretary' sur Innervisions, 'Body Language' sur Get Physical et plus récemment 'Live at Robert Johnson'.

Après 8 ans de DJ sets soutenus, le duo berlinois de deep house berlinois Âme est passé à la production et au live en 2010. Un tournant réussi par Frank Wiedemann et Kristian Beyer, qui s’est soldé par la sortie d’un album sobrement baptisé ‘Live’ cette année, et qui compte leurs meilleures productions et remixes sortis sur le label Innervisions.

Originaire de Cologne, Marcus Worgull est l’un des leaders de la deep house allemande et se nourrit dans ses DJ sets de sons disco, soul et jazz. Il sort son premier album sur Spectrum Works, suivi du maxi 'Texel' comprenant le titre "Dragon Loop". Quand il ne travaille pas sur ses propres morceaux, il réalise des remixes pour des artistes comme The Juan Mac Lean ou des labels comme DFA.

Australien d’origine vivant aujourd’hui à Los Angeles, Ry Cuming, chanteur-compositeur-interprète, fait équipe avec Frank Wiedemann du duo Âme, pour une épopée folk aux rythmes électroniques : le morceau indie dance "Howling", sorti chez Innervisions l’été dernier.

  1. A partir de 23h

Samedi • Show radio new-yorkais / Beats in Space : Superpitcher + guests

En 1999, un jeune étudiant crée l’émission Beats in Space sur la radio étudiante new-yorkaise WNYU 89, très vite devenue culte. Désormais signé sur DFA et ayant joué dans les meilleurs clubs, Tim Sweeney poursuit ce show radio éclectique dans lequel il mixe des sons disco, new-wave, Chicago house, minimal techno, krautrock, funk et soul ou encore post-punk et invite les plus grands DJ du monde.

Pour cette soirée Beats in Space, Superpitcher de la prestigieuse écurie de Cologne Kompakt sera à l'honneur, ainsi que Tim Sweeney bien sûr, Paradis et John Roberts. 
Originaire du sud de l’Allemagne, Superpitcher – Aksel Schaufler dans la vraie vie  est l’auteur, depuis sa première sortie, 'Heroin' en 2001, d’une discographie remarquable comprenant sa version de "Baby’s On Fire" de Brian Eno, le tube "Here Comes Love", de nombreux remixes et l’album 'Kilimanjaro' sorti en 2010, où la dance s’agrémente d’acoustique et de chant. Il produit également des disques avec Michael Mayer sous le nom de Supermayer.

C’est son émission Beats in Space qui a lancé Tim Sweeney et lui a permis de devenir l’un des DJ les plus prisés de New York. Membre de l’écurie DFA, il part en tournée avec James Murphy de LCD Soundsystem et réalise plusieurs compilations pour le label. Il crée, à l’occasion des 10 ans de l’émission Beats In Space, un label du même nom afin de faire connaître des artistes repoussant les limites de la dance music.

John Roberts crée une musique méticuleuse remarquée par Carsten Jost, Pantha du Prince et Lawrence qui lui proposent en 2008 d’être la première signature américaine de leur label Dial Records. En 2009, John quitte les Etats-Unis pour Berlin et commence à jouer en live et en DJ dans les clubs européens les plus en vue. Son premier album 'Glass Eights' sorti en 2010 lui permet de faire le tour du monde. Un second album est prévu pour fin mai 2013, 'Fences'.

Première signature du label Beats in Space, Paradis est en passe de devenir l’un des projets les plus ambitieux de l'écurie, une collision entre pop et dance music.

  1. A partir de 23h

Dimanche • Sons italo-disco gay / CockTail d'Amore : Discodromo + Boris

Créée en 2009, CockTail d’Amore est l’une des meilleures soirées gay berlinoises. Ses fondateurs Boris et Discodromo réunissent ainsi tous les mois des publics de tous genres et de toutes sexualités et étendent leur collaboration en 2011 en créant un label du même nom. Ils clôtureront le festival ME.013 Rendez-Vous en beauté pour une après-midi que l’on espère ensoleillée, de 15h à 22h !

Le duo allemand Discodromo, alias Giacomo Garavelloni et Giovanni Turco, délivrera un set rétrofuturiste italo-disco house inspiré des musiques 80's. Basé à Berlin, ils ont déchaîné les festivaliers du Sonar à Barcelone l'année dernière.

Boris est un personnage incontournable et charismatique de la nuit berlinoise. Avec des influences musicales allant du disco au post-punk en passant par le krautrock et la house, il est à la fois résident du Berghain, distillant des sets techno puissants et hypnotiques, du Panorama Bar et bien sûr des soirées CockTail d’Amore.

  1. De 15h à 22h

L’avis des utilisateurs

0 comments