Concerts : notre sélection

Les meilleurs concerts à venir, choisis par la rédaction.

0

Commentaires

Ajouter +

Iona Hodgson

Moodoïd

  • notre sélection

En français, le suffixe -oïde signifie en général « en forme de », comme dans « androïde ». Une petite étymologie franglaise de Moodoïd nous informe donc que le groupe s'appelle « en forme d'humeur ». Et des humeurs, il y en a un paquet dans leur 'Monde Möö', premier album fluctuant sorti en août 2014, parfois à l'intérieur d'un même morceau, comme le faisaient par exemple Frank Zappa, David Bowie ou Robert Wyatt, influences revendiquées qui s'entendent ici ou là sur le disque. Il y a d'ailleurs chez Moodoïd cet aspect décomplexé que revêtait la musique des années 1970, ne s'embarrassant ni des étiquettes, ni des outrances, n'hésitant pas à surproduire, résultat des avancées technologiques autour du studio, qui devient alors un instrument à part entière. On retrouve ces tendances à l'œuvre dans le groupe de Pablo Padovani, fils du jazzman Jean-Marc Padovani. Un côté foufou aussi, qui enchaîne des nappes psychédéliques avec des délires orientaux enfantins suivis de cassures de rythme bluesy, comme dans le titre "Les Oiseaux". La

  1. La Gaîté Lyrique 3 bis rue Papin, 3e
  2. Mer janv 28
Réservez

Alt-J

  • notre sélection

Clairement, les Alt-J possèdent le petit quelque chose en plus qui fait la différence. Là où la plupart des nouveaux groupes indie rock paraissent tristement interchangeables, eux ont tracé une voie originale. Leur premier disque, 'An Awesome Wave', est un modèle de songwriting et d’arrangements, servi qui plus est par une cohérence à toute épreuve. Si la voix de Joe Newman surprend au départ par ses intonations un peu forcées, on finit par s’y accommoder d’autant plus que les mélodies sont pénétrantes et toujours servies par des idées intelligentes. Au sein d’une même chanson, les instruments et les climats se succèdent de manière fluide, tout comme chaque chanson du disque provoque une émotion différente. Sur fond de beats trip-hop, le groupe pose ses harmonies vocales et ses inventions mélodiques avec une aisance déconcertante. Ainsi vont les singles "'Breezeblocks", saccadée et entêtante (cf. l’excellent final), le plus éthéré "Tessellate" et ses arpèges charmeurs, le lumineux "Something Good" qui alterne piano et guitare avec génie, ou

  1. Le Zénith 211 avenue Jean Jaurès, 19e
  2. Mer févr 4
Réservez

Rone

  • notre sélection

Erwan Castex, de son nom de scène Rone, est un producteur de musique électronique français. Réveillé en 2008 par Infiné - le label d'Agoria -, ce jeune timide transmet ses émotions à travers des titres percutants, usant de mélodies oniriques et de basses déstructurées. L’univers de Rone est enchanté : on y croise des sons purs, limite cosmiques, et on s’y promène à cheval entre techno et berceuses. On s’est émerveillé sur 'Spanish Breakfast' en 2009, on a vibré sur l'excellent 'Tohu Bohu' en 2012, et on en attend pas moins de son prochain album, 'Creatures', prévu pour le mois de février, opus où figureront d'étonnantes collaborations avec Etienne Daho et François de François and the Atlas Mountain. On vous en reparlera d'ailleurs très prochainement, mais en attendant, on fonce à son concert le 5 février à la Cigale. [CONCOURS] Gagnez des places pour le concert ! 

  1. Cigale 120 boulevard de Rochechouart, 18e
  2. Jeu févr 5
Réservez

Fat White Family + The Voyeurs

  • notre sélection

Sortis de nulle part, auteurs pour le moment d’un unique album passé inaperçu à sa sortie, les membres de la Fat White Family commencent pourtant à se faire un nom dans un pré-carré indie rock aujourd’hui bien bondé. Vu qu’ils ont la fâcheuse tendance à foutre le souk et convaincre partout où ils passent, le public français devrait logiquement commencer à s’intéresser à eux après leur concert au Point Ephémère ce 12 février. Cradingues, irrévérencieux et surtout foutrement talentueux, les six Britons ont tout ce qu’il faut pour plaire aux amateurs de rock (psyché, indé, punk ou ce que vous voudrez) à l’état brut. Leur LP ‘Champagne Holocaust’ (hips) est d’ailleurs à l’image de cette liberté, avec des titres aussi variés que joyeusement timbrés, d’un morceau d’ouverture psyché ("Auto Neutron") à un acoustique aux airs traditionnels ("Borderline"), ou des paroles évoquant le leader de The Fall, Gandhi, Connan Mockasin ou encore la mort de Lee Oswald. Un peu de danger, de crasse et d’anarchie : voilà ce qui manquait sans doute au rock ces derniers temps. 

  1. Point Ephémère 200 quai de Valmy, 10e
  2. Jeu févr 12
Réservez

Sylvan Esso + Phoria

  • notre sélection

Et si Esso était la révélation de 2014 ? Initialement side-project d'Amelia Meath et de Nick Sanborn, deux folkeux peu connus des magazines appartenant respectivement aux groupes Mountain Man et Megafaun, ce duo pop, expérimental et plutôt discret, a fini par occulter tout 2014 ses deux formations originelles grâce à un surprenant premier album. En 38 minutes, par des chansons mêlant la pureté d'Alela Diane à des basses lourdes et sèches, Sylvan Esso invente une musique pop où les sonorités urbaines viennent habiller des compositions à la nature plus sauvage. L'alliance du dubstep et de la folk tribale, ou du lycra et de la santiag. Le genre de disque et de concert qui fait réfléchir à deux fois ceux percevant l'EDM comme ennemi de toute autre forme de musique.Car une fois dénudées, comme sur l'intro a cappella de "Hey Mami", les chansons de Sylvan Esso rappellent plus volontiers les Staple Singers d''Uncloudy Day' que FKA Twigs. Amelia Meath, dont la seule arme sont les boucles qu'enregistre Sanborn, construit couche après couche des chansons transcendantales,

  1. Le Trabendo Parc de la Villette, 75019
  2. Mar févr 17
Réservez

Allah-Las + Eerie Wanda

  • notre sélection

Imaginer un disque des Allah-Las comme un voyage en vieux combi Volkswagen n'est pas un cliché qui colle à la peau du groupe californien comme une combinaison en néoprène, mais bien une réalité. Formés à Los Angeles par trois vendeurs du disquaire Amoeba, les Allah-Las ont su se glisser entre Alexander Skip Spence et les Byrds dans les bacs de pop/surf/psychédélique qu'ils remplissaient autrefois, ceux-là mêmes qui constituent encore et toujours la matière première de leur excellente radio Reverberation.En deux ans d'existence, le groupe est devenu le fer de lance d'une scène musicale prolixe, aussi dilettante que talentueuse. Leurs morceaux aux rythmes si particuliers en constituent les hymnes. De la pop avec plus de soleil encore qu'un morceau de chez Trojan. Avec ses alternances de morceaux de folk-rock tirant sur le garage proto-punk des Standells ou des Bobby Fuller Four et d'instrumentaux surf qui feraient honneur à Arthur Lee, le quatuor représente le parfait porte-étendard de la culture débonnaire autrefois chantée par les Beach Boys ou les Papas & The

  1. Le Trabendo Parc de la Villette, 75019
  2. Dim févr 22
Réservez

Baxter Dury

  • notre sélection

Nonchalant, Baxter Dury l'est au moins autant que son rythme de parution. Après avoir fait patienter six ans son public (très nombreux de ce côté-ci de la Manche) entre 'Floorshow' et 'Happy Soup', le crooner anglais est revenu fin 2014, soit après "seulement" trois petites années, avec un nouveau 'It's A Pleasure' qui fleure bon le dilettantisme et le punk-funk de 99 Records. Un album réussi qu'il viendra jouer sur les planches de l'Olympia le 25 février.Synthétique comme le fut son single à succès "Isabel", traversée des mêmes nappes de chœurs électroniques que son plus ancien "Oscar Brown", la nouvelle production du fils Dury révèle toutes les facettes de ce timide mégalomane qui y susurre d'une voix nouvelle un exquis déjà-vu. Les morceaux sonnent comme des prolongements de ceux de 'Floorshow' et 'Happy Soup", réhaussés d'une rythmique chaque disque plus dansante. Les chœurs féminins sont eux désormais chantés par la virevoltante Française Fabienne Débarre du groupe We Were Evergreen. Un changement, mais pas de révolution donc, juste du velours, et

  1. Olympia 28 boulevard des Capucines, 9e
  2. Mer févr 25
Réservez

L’avis des utilisateurs

0 comments