Concerts : notre sélection

Les meilleurs concerts à venir, choisis par la rédaction.

0

Commentaires

Ajouter +

Iona Hodgson

Metz

  • notre sélection

Chaînon manquant entre Toronto et la Lorraine, dignes successeurs de Nirvana et Jesus Lizard ou grosse claque intemporelle : ce sera comme vous voudrez. Une chose est sûre, le trio canadien Metz foulera les planches du Point Ephémère le 5 mars prochain, pour un concert qui s’annonce on ne peut plus électrique. Entre la frappe bien appuyée du batteur Hayden Menzies, la basse réactive de Chris Slorach et la déferlante de riffs d’Alex Edkins, on peut déjà s’attendre à du très grand live. Non seulement parce que leur premier album (on vous en parlait ici) met déjà la fièvre, mais aussi car leur réputation sur scène est des meilleures – et après quelques clics sur YouTube, on comprend mieux pourquoi. Les fans de grunge, punk et noise devraient y trouver leur compte, le public s’annonce d’ailleurs pour le moins bigarré. Une occasion en or de découvrir pour une poignée d’euros des scuds sonores comme "Wasted" et "Get Off", slammer un jeudi soir et prendre une bonne douche à la bière. Bienvenue dans les nineties. 

  1. Point Ephémère 200 quai de Valmy, 10e
  2. Jeu mars 5
Plus d'infos

Fool's Gold

  • notre sélection

Si tout le monde ne connaît pas forcément le nom de Fool’s Gold, personne n’a oublié la mélodie tout simple de leur morceau “Surprise Hotel“, merveille d'afropop ayant inondé les ondes durant l'été 2009. Leur musique, Lewis Pesacov et Luke Top la ramènent de leurs voyages dans les disques de jazz et d'afrobeat érythréens et éthiopiens, ainsi que dans ceux de blues malien d’Ali et de Vieux Farka Touré.Également très influencée par la world music des eighties façon 'Graceland' de Paul Simon à l’instar des Vampire Weekend, les Fool’s Gold ne copient pas pour autant la formule gagnante du groupe d’Ezra Koenig comme leur CV pourrait le laisser penser. La formation, qui voguait plutôt dans un courant tenant plus du groupe Little Joy de Rodrigo Amarante et des londoniens Fair Ohs, semble désormais suivre la tendance au disco, tout en préservant ses guitares ensoleillées et les influences sud-atlantiques qui ont fait sa renommée.Plutôt discret depuis ‘Leave No Trace’, deuxième album sorti en 2011 dont le titre a bien failli devenir

  1. La Maroquinerie 23 rue Boyer, 20e
  2. Mar avr 28
Réservez

L’avis des utilisateurs

0 comments