Concerts : notre sélection

Les meilleurs concerts à venir, choisis par la rédaction.

0

Commentaires

Ajouter +

Iona Hodgson

Metronomy

  • notre sélection

Après avoir remixé quantité de groupes comme Klaxons, Franz Ferdinand ou Gorillaz, le groupe anglais emmené par Joseph Mount est devenu la sensation électro-pop de l'année 2011 avec la sortie de leur troisième album 'The English Riviera' et son single "The Bay". Pourtant, le quatuor originaire de Devon pratiquait une musique racée, classe, complexe et diaboliquement pop depuis de nombreuses années déjà et on conseille à tout le monde d'écouter les deux premiers disques de Metronomy. En 2014 paraît finalement 'Love Letters', consécration totale d'un groupe qui redonne à la pop ses lettres d'amour et de noblesse avec un art bowien de la mélodie et du chant. Une merveille qu'on ira écouter au Palais des Sports début novembre.    

  1. Palais des Sports 1 place de la Porte de Versailles, 75015
  2. Sam nov 1
Réservez

JEFF The Brotherhood

  • notre sélection

Il fallait bien que ça finisse par arriver : les années 1990 sont devenus celles qu’il faut citer et décalquer. Héritiers de Nirvana et de Bush, mais aussi du grunge lo-fi, ce duo de frangins au look j'm'en foutiste ressuscite donc ces riffs saturés et lourds que les trentenaires d'aujourd'hui connaissent bien. Le tout dans un esprit punk pile poil dans la lignée de Ty Segall. En 2012, Jack White a publié un live du duo sur son label Third Man Records, tandis que leur dernier album, 'Hypnotic Knights', est sorti sur leur propre label Infinity Cat Recordings. On y entend un groupe résolu à tout péter (la preuve en interview), capable de titres aussi bons et variés que "Sixpack", "Hypnotic Winter" ou "Staring At The Wall". Une évolution en forme de maturité qui persiste avec leur prochain disque, 'Dig The Classics', un EP de reprises contenant notamment du Pixies et du My Bloody Valentine. Ceux qui seront au Point Ephémère ne verront peut-être pas le futur du rock, mais certainement son présent. 

  1. Point Ephémère 200 quai de Valmy, 10e
  2. Dim nov 2
Plus d'infos

Counting Crows

  • notre sélection

En 1993, les Counting Crows se sont révélés au monde avec un très bon disque, 'August and Everything After', qui contenait un paquet de jolies chansons telles que "Round Here" et "Mr. Jones", immense tube qui les porta au firmament quelque temps. Livrant régulièrement depuis lors des albums tout à fait honnêtes dans une veine quasi inchangée, entre grunge, soul blanche à la Van Morrisson et rock acoustique aux allures folk, le tout porté par la voix unique d'Adam Duritz. Cette année, les Californiens vétérans reviennent avec un sympathique 'Somewhere Under Wonderland', à découvrir au Bataclan en novembre.

  1. Bataclan 50 boulevard Voltaire, 11e
  2. Jeu nov 13
Plus d'infos

La Canaille

  • notre sélection

Entendre un groupe de rap français entonner « Ni dieu ni maître » dans un morceau éponyme, voilà qui n’est pas courant à une époque où beaucoup de rappeurs brandissent leur foi religieuse en étendard. Il faut dire que Marc Nammour, le chanteur du groupe, n’a pas sa langue dans sa poche. Avec cette chanson extraite du premier album de La Canaille sorti en 2009, il lançait une petite bombe, un vrai brûlot antireligieux qui vaudra au groupe quelques sueurs froides lors de certains concerts. La Canaille se démarque aussi par l’utilisation de vrais instruments, joués par de vrais musiciens ! L’album entier, titré 'Une goutte de miel dans un litre de plomb', fait donc preuve d’intelligence et d’éclectisme, lorgnant autant vers le hip-hop que vers l’électro, le rock ou la musique orientale. Surtout, Marc Nammour inscrit ses textes dans une plus grande tradition que celle du rap, à savoir la chanson anar’ qui va d'Aristide Bruant aux Béruriers Noirs en passant par Marc Ogeret, Léo Ferré, Brassens ou Renaud. Malgré des difficultés, le groupe ne

  1. Café de la Danse 5 passage Louis-Philippe, 11e
  2. Jeu nov 13
Plus d'infos

The Vaselines

  • notre sélection

Les Vaselines sont apparus à la face du monde un soir de 18 novembre 1993, quand Nirvana joua unplugged le superbe "Jesus Wants Me For A Sunbeam" de ce groupe écossais confidentiel. Un duo à l'origine composé de Frances McKee et de Eugene Kelly mais qui s'est agrandi au fil des ans, s'est séparé en 1989 puis a profité de l'amour déclamé à longueur d'interviews de Kurt Cobain pour sortir chez Sub Pop une compile en 1992. L'inévitable reformation a lieu en 2006, suivie de plusieurs disques, toujours chez Sub Pop. Le dernier, 'V For Vaselines', sort en 2014 et reste dans la veine de ce rock alternatif très eighties, un brin désabusé mais toujours pop. Une mélodie simple et tranquille, habilée parfois de licks de guitare plus agressifs, pour un résultat jamais décevant. C'est tout un pan de l'histoire cachée de la musique qu'on ira écouter à la Maroquinerie en novembre.     

  1. La Maroquinerie 23 rue Boyer, 20e
  2. Mar nov 18
Réservez

The Growlers

  • notre sélection

Si vous ne connaissez pas les Growlers, jetez-vous dessus. Peu connus sous nos latitudes, ces Californiens fans de rock sixties, de garage et de psyché, mais aussi de Ty Segall, Shannon & The Clams ou Night Beats, ont sorti des disques indispensables à tout amoureux de la décennie mythique. Remplies d'écho, d'orgues, de guitares nostalgiques et de réminiscences surf, leurs chansons se retiennent aussi. Ecoutez donc "One Million Lovers", "People Don't Change Blues", "Gay Thoughts" ou le single "Chinese Fountain", morceau titre du nouvel album, plus funky et contemporain. On aime aussi beaucoup la voix voilée de Brooks Nielsen, sorte de Thomas Fersen américain. En concert, les Growlers épatent toujours la galerie, alors un conseil : promenez-vous du côté de la Maroquinerie ce soir-là.  

  1. La Maroquinerie 23 rue Boyer, 20e
  2. Sam nov 22
Plus d'infos

Mustang + guests

  • notre sélection

Après des débuts oscillant entre rockabilly et yéyé, les Mustang se recentrent sur la chanson française pop avec leur dernier disque, 'Ecran total', paru au printemps 2014. Certes, leurs précédents essais, 'A71' et 'Tabou', sont de petites merveilles de rock à l'ancienne, où les twists rockab' les plus endiablés le disputent aux mélodies pop les plus épurées, mais on ne saurait bouder cette nouvelle orientation plus policée. On n'en finirait plus d'énoncer les morceaux d'eux qu'on adore, de la "Princesse au petit pois" à "Anne-Sophie" en passant par "Ramper" ou les récents "Sens des affaires", "Les Oiseaux blessés" ou "Les Filles qui dansent". Surtout, ces garçons talentueux ne sont pas restés coincés dans les années cinquante, ils ont ingurgité le punk et la new wave, savent l'éternelle jeunesse de la pop bien faite. C'est bien simple, Mustang n'a pas beaucoup de concurrence dans son domaine, à savoir chanter du rock'n'roll en français et trousser des textes comme personne (bravo au chanteur Jean Felzine et sa plume pleine de justesse). Nous avions eu la

  1. Point Ephémère 200 quai de Valmy, 10e
  2. Lun nov 24
Plus d'infos

King Tuff

  • notre sélection

On connaît la propension du label Sub Pop à trouver de nouveaux artistes rock indépendants, avec un éclectisme et un goût qui ont fait sa réputation depuis longtemps. De Nirvana aux Shins en passant par The Fleet Foxes, Metz ou Mogwai, ils disposent d’une brochette de grands groupes dans leur catalogue. Alors quand ils dénichent une petite formation étrange du nom de King Tuff, on se penche dessus et on découvre Kyle Thomas, un type attachant qui a sorti un premier album avec King Tuff chez Tee Pee Records en 2008. Après un premier disque réédité récemment et un single fabuleux, "Sun Medallion", un brin dylanien, King Tuff sortait son deuxième opus chez Sub Pop en 2012. Enregistré dans un collège abandonné à Détroit, l’album est un concentré de garage glam rock, de chansons au charme légèrement rétro mais réalisées avec une fraîcheur bien réelle. Que des mini-tubes au charme seventies, depuis "Anthem", qui ressemble à du très bon T.Rex, à "Strangers", un rock’n’roll délectable, ou encore à "Bad Thing" et son refrain entêtant. Emballé par ce

  1. Point Ephémère 200 quai de Valmy, 10e
  2. Mer déc 3
Plus d'infos

L’avis des utilisateurs

0 comments