Les plages éphémères

Où trouver un transat au soleil à Paris ?

Encore coincé à Paris au printemps et une bonne partie de l'été ? Il n'y a pas que Paris Plages pour se croire en vacances. Les quais du bassin de la Villette et de la Seine se transforment en plages éphémères ou en terrasses arborées, des lieux relax où un transat vous ouvre les bras quelques heures pour boire un verre avec des amis entre deux journées de boulot. 
Si vous êtes d'humeur farniente, testez les terrasses du Batofar, de la Villette Enchantée, de la Rotonde, de la Dame de Canton, du Petit Bain, du Wanderlust ou du Nüba, dès le mois de mai.
Plus tard en juillet commence Paris Plages sur le canal de l'Ourcq, devant l'Hôtel de Ville et sur les voies sur berge, avec sable à la pelle, transats, cocotiers, parasols et activités sportives. 
Chaussez vos lunettes de soleil et vos tongs et partez à la découverte de Paris l'estivale.

Paris Plages

Cette plage de sable échouée en plein Paris avec ses cocotiers, ses parasols et ses transats est d'un exotisme insolent, surtout lorsqu'on connaît le vrai visage de ces voies sur berge devant l'Hôtel de Ville : des voitures, des voitures et encore des voitures. L'idée est si bonne que chaque été Paris Plages est victime de son succès : les jours de grand soleil et de chaleur étouffante, la foule est au rendez-vous, mais une bonne ambiance y règne alors et on s'en accommode malgré le brouhaha. Reconnaissons-le, il faut avoir un petit penchant exhibitionniste pour faire bronzette en maillot sur cette bande de sable fréquentée par une foule de touristes curieux. Afficher la suite

En savoir plus

Rooftop du Nüba

Annoncée depuis plusieurs mois, l'ouverture du Nüba (prononcez « nouba ») sur le toit de la Cité de la mode et du design est enfin officialisée, donnant un nouvel élan à ce lieu déjà investi par leWanderlust en bas. Derrière ce projet : Lionel Bensemoun et Jean-Marie Tassy, également fondateurs de Calvi On The Rocks, festival électro-rock très prisé des Parisiens qui a lieu tous les ans en Corse début juillet. Le premier a ouvert le club le Baron avec André Saraiva et l'agence La Clique, mais aussiChez Moune et d'autres hauts lieux de la nuit parisienne. Le second est directeur de l'agence de communication interactive Uzik. Depuis sa vaste terrasse « rooftop », on découvre une superbe vue panoramique sur les quais alentours, rareté à Paris. L'ambiance est presque exotique avec un bar, des transats, de grandes tablées conviviales, un babyfoot et une cabine de DJ en bois, façon paillotte de plage, qui diffuse des musiques du monde très « chill out »... On est loin de l'esprit du club très fermé du Baron : ici pas de dress code à l'entrée, l'ambiance est décontractée et festive. A l'intérieur, changement d'atmosphère, ça sent encore la peinture fraîche et des lumières colorées balayent une salle tapissée de cuivre et de pierre. Des concerts (plusieurs chaque soir) ponctuent des sets électro très clubbing. Un duo du collectif de performeurs House of Drama fait d'étranges apparitions, mi-derviche tourneur, mi-créature fantastique, créant la surprise pendant la soirée.

En savoir plus

La plage du Batofar

Du lundi au vendredi de 17h à 1h, le week-end de midi à 1h. Comme chaque année, le Batofar installe sa plage éphémère de mai à septembre sur ses quais devant le bateau. « Life is a beach », surtout quand on est coincé à Paris tout l'été, mais grâce à ce havre de paix connu des initiés, plus besoin d'aller s'entasser à Paris Plage pour se croire en vacances. La paillote éphémère de 300 m2 s'est refait une beauté cette année, totalement repensée par l’architecte Sophie Nicolas et étoffée de nouvelles animations. Un comptoir linéaire de 11 mètres en acier laqué noir a été posé sur le quai pour que tout le monde puisse s'y accouder les soirs d'affluence.
Afficher la suite

En savoir plus

Le Flow

Notre sélection

Situé près du pont Alexandre III, entre En attendant Rosa et le Faust, le Flow est le bar éphémère sur les berges de Seine le plus attrayant, car il est le seul à avoir osé sortir une forêt de transats, comme à la plage. Le fond musical techno-house tape fort, même en pleine journée, tandis que la bonne bière fraîche bio Licorne coule à flot, tout comme les bouteilles de vin. Le ton est donné : la fête avant tout ! Ne pensez pas bouquiner là tranquillement l'après-midi. Le demi est tout de même à 5 €, mais on paye aussi le cadre. Un espace restaurant, avec tablées conviviales et bancs façon guinguette, accueille les groupes affamés venus grignoter salades fraîches, bagels, burgers (entre 12 et 15 €), planches de charcuterie et fromages, pâtisseries artisanales... Si le Flow prend aujourd'hui ses marques, il compte bien rester planté là, pour toujours. Copiant son voisin le Rosa Bonheur qui a commandé une barge définitive pour décembre 2013, le Flow a opté pour un bateau sur mesure, qui n’arrivera qu’à la fin de l’été 2014. Mais nous avons tout notre temps car les concessions sont louées pour au moins dix ans, d’ici là des petits jeunots nous auront remplacé pour faire la fête sur les quais. Moins bobo et plus branché que son voisin, sa salle sera multiforme, à la fois restaurant, salle de concert, club, bar... On est tout émoustillé par tant de projets !

En savoir plus
Invalides

Terrasse de la Rotonde

Pour les beaux jours, ce magnifique vestige historique transformé en bar-restaurant a déployé sa tentaculaire terrasse colorée sur la place pavée de Stalingrad. Délimitée par des arbustes, à l’abri du trafic des voitures derrière le bâtiment, on se sent un brin à la campagne. D’un côté des tables avec parasols et de l’autre des transats pour s’affaler au soleil. An milieu, deux bars à cocktails colorés pour l’été, une scène éphémère qui accueillera des concerts et des animations et des soirées tout l’été. 
Afficher la suite

En savoir plus

La terrasse de la Dame de Canton

De mai à septembre, du mardi au vendredi de11h à minuit, les samedi et dimanche de 15h à minuit Comme chaque année, la belle jonque chinoise de la Dame de Canton prend elle-aussi ses quartiers d'été sur son quai, tout comme son voisin le Batofar. Devant ce beau bateau ancien, près de 300 m2 de pavé au bord de l'eau sont aménagés de grandes tables conviviales pour déjeuner ou dîner, d'une buvette, de transats et d'un four à pizzas. Des concerts et des DJ sets sont organisés tout l'été.
Afficher la suite

En savoir plus

Terrasse du Wanderlust

Ne vous fiez pas à son nom qui ressemble vaguement à celui d’une saucisse allemande (en réalité « wanderlust » veut dire « envie de voyager » en anglais), cette boîte est assez classieuse. Etalée sur 1600 m2, elle compte une gigantesque terrasse en bois qui surplombe la scène, idéale pour profiter des couchers de soleil un cocktail à la main. Pendant la belle saison, le Wanderlust organise des cours de yoga et des animations pour enfants gratuites, mais aussi un marché de fooding, de fringues vintage... et bien sûr des soirées électro en terrasse. Lire la suite

En savoir plus

En attendant Rosa

Notre sélection

Ca va être barge ! Le Rosa Bonheur a installé un bar de plage sur les fameuses voies sur berges, mais devrait d'ici décembre recevoir un bateau, large et en dur, pour ouvrir un restaurant et un bar plus vaste, les pieds dans l'eau. Quel vent de révolution souffle à Paris : à nous les beaux quartiers, les voies piétonnes, la Seine ! En attendant Rosa (c'est son nom), restera en place même quand les installations estivales auront plié bagage, offrant un panorama unique sur la tour Eiffel, le Grand Palais le pont Alexandre III et les Invalides... de manière durable. Des bâches et des champignons chauffants seront installés pour passer l'hiver. A côté, le Flow – plus branché et armé d'une forêt de transats – devrait lui aussi recevoir sa barge, mais à la fin de l'été prochain, pour ouvrir une salle de concert, un club, un bar-resto... tandis que le Faust (qui sera un restaurant, bar et club haut de gamme), commencera ses travaux en septembre.  Pour l'instant, En attendant Rosa est un spot parfait pour passer l'été les pieds dans l'eau, s'abandonner au soleil sur des coussins moelleux, travailler en wifi à l'ombre des arbres, s'asseoir en groupes à des tables conviviales. Les aficionados du Rosa Bonheur s'attendront à reprendre leurs petites habitudes en achetant des bouteilles de vins (à partir de 19 €), ou des verres à 3,50 €. On peut aussi opter pour une bière fraîche en bouteille Heineken et même Pilsner et Bud (de 5 à 6,50 €). Pour casser la graine, on peut s’envoyer des hot

En savoir plus
Invalides

Toit du Petit Bain

Le Petit Bain est un ovni culturel ouvert depuis le printemps 2011. Amarré au pied de la Bibliothèque nationale de France (BnF), il est le dernier maillon de ce quai transformé en quelques années en pôle nocturne et culturel. Il n’en reste pas moins unique en son genre car l’embarcation est un véritable labo social, ce que revendique l’association à l’origine du projet, la Guinguette Pirate (une autre péniche de ce quai aujourd’hui appelée la Dame de Canton). C’est d’abord une barge, construite par un collectif d’architectes qui ont réussi avec talent à créer un lieu hybride entre restaurant, salle de concerts et bar. Sur le toit, Djs sets et apéros ensoleillés sont programmés tout l'été. Lire la suite

En savoir plus

Le Faust

Cette terrasse sous le pont Alexandre III est déployée sur les berges de la Seine, tout près des deux autres bars de plage le Flow et En attendant Rosa. Des tables et des chaises en rotin sont sagement alignées, plutôt dédiées à la jeunesse BCBG bien habillée qui consomme des bouteilles de rosé et de champagne, plutôt qu'au touriste lambda avec sa banane son t-shirt Paris et ses tongs. Le personnel en costume de limonadier traditionnel est à l’écoute de cette clientèle de privilégiés, qui met le prix dans ses consommations, logique. Au fond, un food truck dans une vraie caravane américaine Airstream toute ronde en inox, propose des cheeseburgers accompagnés de coleslaw à 12 €, une salade, des cheesecakes et cookies pour les petits creux. Des prix raisonnables bien appréciés par les affamés qui s’assoient à ses transats, installés sous le pont. Cette terrasse restera ouverte jusqu’au début des travaux du véritable Faust en septembre 2013. Un projet pharaonique qui s'étalera sur 700 m2 et comprendra restaurant, bar, club et espace performatif très classieux, juste en face du Showcase. C’est d’ailleurs le même investisseur, le businessman iranien des nuits parisiennes Addy Bakhtiar qui a échafaudé ce projet, avec l'architecte Didier Faustino. Pour l’instant, on sait peu de choses sur le complexe, si ce n’est que le restaurant sera « chic et décontracté », la cuisine « traditionnelle » et que l’endroit sera dédié à la fête et au spectacle en général. L’espace performatif accueill

En savoir plus
Invalides
Afficher plus

Commentaires

1 comments
guilherme
guilherme

outras opcoes... escolhe para sabado..ou amanha..