Dernières critiques • Cinéma, théâtre, danse, expos, restos

Le point de vue de la rédaction

Cinéma

La Loi du marché

Edit : La loi du supermarché, devrait-on ajouter. Après avoir perdu son emploi dans des circonstances douloureuses, Thierry retrouve un petit boulot de vigile dans un centre commercial. En poste à l’entrée ou derrière les caméras de surveillance, il arrête les voleurs de câble d’iPhone, vilipende les caissières qui ramassent des coupons de réduction usagés, zieute depuis le poste de surveillance tous les individus louches, devenant ainsi un garde-chiourme de ce marché qui lui a pourtant pris sa dignité. Car avant d’arriver là, le personnage incarné par un Vincent Lindon criant de vérité est passé par toutes les humiliations que le capitalisme aime à infliger aux petites gens. Des séquences proches du documentaire, longues et en plan fixe tournées caméra à l’épaule, qui ne laissent pas indifférent. Comme lorsque Vincent Lindon explique à son conseiller du Pôle Emploi que la formation qu’il a faite n’a débouché sur aucun travail et qu’elle n’a servi à rien, ou quand il passe un entretien d’embauche via Skype, un passage d’une cruauté si vraisemblable qu’on en rit de bon cœur – jaune évidemment. Pire, le moment atroce (mais tout aussi hilarant) passé en compagnie de sa banquière démontre de quelle manière le marché infantilise les hommes, houspillés pour leurs découverts, forcés de baisser les yeux face au ton autoritaire de la banque, contraints en quelques secondes de prendre des décisions dramatiques pour leur vie. Et quand la conseillère propose à Thierry de souscrire une a

En savoir plus
En salles

Trois Souvenirs de ma jeunesse

Après l’escapade américaine de ‘Jimmy P. – Psychothérapie d’un Indien des Plaines’, Arnaud Desplechin revient au bercail dans sa ville natale de Roubaix, avec ces ‘Trois souvenirs de ma jeunesse’ qui fleurent bon l’autobiographie et un attachant retour du cinéaste à ses sources, entre marivaudage sentimental et roman d’apprentissage. Présenté comme un prequel à ‘Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle)’ (le film qui fit connaître Desplechin au grand public en 1996), ce nouveau long-métrage balaye finalement même l’ensemble de son œuvre – ou, au moins, de la large part qui s’en trouve consacrée à son alter ego, Paul Dedalus. Après un épisode d’enfance plus ou moins traumatique, le film opte un moment pour le cinéma de genre, à travers l’espionnage et les aventures tintinesques de Paul, adolescent, en mission en Union soviétique pour une fantaisie assez réussie, qui permet à Desplechin de créer un double à Dédalus (double qui apparaît ainsi a posteriori comme le héros de son tout premier film, ‘La Sentinelle’, en 1992). Surtout, c'est à travers son troisième souvenir – qui occupe en fait la majeure partie du film – que Desplechin nous livre l’éducation sentimentale du trentenaire nerveux,  sentimental et bavard de 1996, auquel les traits du visage de Mathieu Amalric restent liés. Et le film se montre d’ailleurs particulièrement habile à cet endroit : le jeune interprète de Paul (Quentin Dolmaire) parvenant à évoquer la scansion et l’attitude de d’acteur-fétiche de Desplec

En savoir plus
En salles

Mad Max : Fury Road

Ce quatrième épisode de la remuante saga post-apocalyptique de George Miller arrive en salles comme une tornade s’invitant dans un salon de thé. Alors que pas mal de blockbusters manquent d’ambition ou même d’un vrai propos, voilà un film qui rançonne 150 millions de dollars à Warner Bros pour fuir dans le désert de Namibie, et envoyer à Hollywood la bande accompagnée de moignons encore fumants. Ca faisait 30 ans que la silhouette de Max Rickatansky ne s’était pas découpée sur l’horizon, mais le Guerrier des routes n’a pas vieilli pour autant. Le caractériel charismatique incarné par Mel Gibson a fait place au taiseux Tom Hardy (fait chaud, soif, on économise sa salive), la franchise opérant une mue aussi réussie qu’un ‘James Bond’ changeant de 007. Pourtant, beaucoup de choses ont changé sur les terres désolées que Max arpente : alors que les premiers épisodes prenaient place dans les décombres d’un monde perdu, ‘Fury Road’ nous regarde encore un peu plus dans le rétroviseur, ses paysages aux couleurs hypersaturées plaçant l’action tout près de l’avènement d’une nouvelle civilisation, plutôt que juste après le déclin de la nôtre. Cette fois, tout commence au milieu de montagnes qui servent de forteresse à Immortan Joe (Hugh Keays-Byrne), sorte de goule consanguine régnant sur une société d’éclopés, de femmes soumises et de guerriers complètement timbrés. Où l’on trait les femmes – largement considérées comme des matrices sur pattes – pour en extraire du lait maternel, et o

En savoir plus
En salles

Les Terrasses

Petites avancées de béton qui donnent soit sur la mer, soit sur des rues palpitantes d'activité et de misère, les terrasses d'Alger tiennent un discours muet sur l'histoire de la ville. Autrefois publiques, elles ont peu à peu été transformées en logements de fortune. En racontant Alger à partir de cinq terrasses situées dans des quartiers différents – la Casbah, Bab El Oued, Belcourt, Notre-Dame d'Afrique et Telemly –, Merzak Allouache réalise dans son dernier film une saisissante cartographie sélective et subjective de la violence algérienne. Entre espace public et sphère privée, sans retenue mais suivie de larmes et de remords, l'agressivité qui se déploie dans 'Les Terrasses' est pleine de contradictions. Chaque terrasse a ses non-dits que Merzak Allouache prend garde de ne jamais éclaircir tout à fait. Ainsi l'homme qui torture son frère à mort, l'alcoolique qui loue quelques mètres carrés de toit à des démunis et le prédicateur qui garde enfermé dans une niche un membre de sa famille sont-ils en permanence suspects de cruauté gratuite. À part une rapide mention humoristique de la visite de François Hollande dans l'unique artère de la ville repeinte pour l'occasion, le politique est absent des terrasses. Grâce à sa maîtrise des silences et son choix d'une structure éclatée, Merzak Allouache parvient à rendre pesante cette lacune. Au désœuvrement de jeunes musiciens sans lieu pour répéter, à la silhouette figée d'une jeune femme battue par son mari ou encore au désespoi

En savoir plus
En salles

Le Dos rouge

Fiction lorgnant habilement vers le documentaire, sur les thèmes de la recherche en art, du double et du monstrueux, ‘Le Dos rouge’ étonne et envoûte par son originalité. On savait déjà Bertrand Bonello cinéaste... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Jauja

Dès les premières secondes du nouveau long métrage de l’Argentin Lisandro Alonso (qui se révèle à la fois comme son plus accessible et son plus ambitieux), 'Jauja' est présenté comme une mythique terre promise, lointaine... Lire la suite

En savoir plus

Kurt Cobain : Montage of Heck

Décidément, Kurt Cobain paraît plutôt bien servi par les documentaires qui le concernent. Après ‘About a son’ en 2006 (dont la narration, maligne, se voyait constituée d’interviews du leader de Nirvana), voici donc ‘Montage of heck’, supervisé cette fois-ci par sa famille – en particulier par sa fille, Frances Bean, aujourd’hui âgée de 22 ans, qui laissa à la disposition du réalisateur Brett Morgen un libre accès à l’ensemble des archives visuelles, sonores et vidéos de Cobain. Entre caverne d’Ali Baba et précieux fonds de tiroirs. Et autant dire tout de go que c’est là le véritable point fort du film : parvenir à retranscrire la vie d’une icône du rock à travers son quotidien, hors des habituelles lourdeurs hagiographiques. Démos et chansons, aphorismes grunge, dessins brouillonnés et extraits de journaux intimes… La matière première de ‘Montage of heck’ permet de redécouvrir Cobain sous un jour inédit, tour à tour extrêmement touchant, critique, humain et créatif. Son existence défile ainsi au gré de films familiaux à la Jonas Mekas ou Jonathan Caouette, où l’on retrouve Cobain musicien et geek du punk, à la fois gamin, ado et jeune père – à travers, notamment, une scène aussi émouvante qu'inconfortable, où Kurt et Courtney jouent manifestement défoncés avec leur nouveau-né. Si le film perd un peu de son originalité en ayant parfois recours à de trop classiques entretiens face caméra (avec la mère de Cobain, sa veuve Courtney Love, le bassiste Krist Novoselic…), c’est sur

En savoir plus

Taxi Téhéran

En 2010, le cinéaste iranien Jafar Panahi, critique vis-à-vis du régime politique de son pays, été condamné à ne plus réaliser de films ni sortir d'Iran pour une durée de 20 ans. Après 'Ceci n'est pas un film', coréalisé l'année suivante avec Mojtaba Mirtahmasb, le réalisateur... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Histoire de Judas

Avec ‘Les Chants de Mandrin’(2012) consacré aux héritiers du célèbre contrebandier, Rabah Ameur-Zaïmeche s'écartait de l'exploration de la banlieue et des relations franco-algériennes qui l'ont fait connaître. ‘Histoire de Judas’ est le... Lire la suite

En savoir plus
En salles
Afficher plus
+ de critiques de films

Théâtre et danse

Une femme seule

Hélas, la solitude du personnage de Dario Fo n’est pas la seule carence de cette représentation…

En savoir plus
Manufacture des Abbesses Jusqu'au samedi 18 avril

Les Optimistes

Notre sélection

Un conte poétique et intelligent sur la mémoire collective orchestré par l’excellent théâtre Majâz.

En savoir plus
Théâtre Gérard Philipe mercredi 27 mai 2015 - dimanche 31 mai 2015

Les Fausses Confidences

Quiproquos, valets manipulateurs, amours secrètes, révélations finales… Marivaux revient à l'Odéon avec un casting cinq étoiles : Isabelle Huppert, Louis Garrel et Bulle Ogier. 

En savoir plus
L'Odéon, théâtre de L'Europe Jusqu'au samedi 27 juin 2015
+ de critiques de théâtre et de danse

Expositions

La Passion selon Carol Rama

Le MAM dévoile une artiste méconnue, pétillant condensé d'art moderne à l'italienne.

En savoir plus
Musée d'Art moderne de la ville de Paris Jusqu'au dimanche 12 juillet 2015

Salon de Montrouge

Notre sélection

Cette année, encore une belle sélection de (plus ou moins) jeunes espoirs de l’art contemporain.

En savoir plus
Beffroi Jusqu'au mercredi 3 juin 2015 Libre

Les Tudors

Le musée du Luxembourg décrypte les mythes, fictions et réalités de la dynastie britannique.

En savoir plus
Musée national du Luxembourg Jusqu'au dimanche 19 juillet 2015

Hugues Micol

L'un des plus talentueux auteurs contemporains de bande dessinée, à la galerie Martel.

En savoir plus
Galerie Martel Jusqu'au samedi 6 juin 2015 Libre

Chercher le garçon

Notre sélection

Au MAC/VAL, une centaine d'artistes interrogent la place de l'homme dans l'art et la société d'aujourd'hui.

En savoir plus
MAC/VAL Jusqu'au dimanche 30 août 2015
Afficher plus
+ de critiques d'expositions

Restaurants

Tannat

Cette savoureuse cantine française aux influences asiatiques tire son nom d'un cépage rouge du sud-ouest de la France.

En savoir plus
Canal Saint-Martin

Le Barlu

Alliant bon goût et convivialité, voilà une adresse idéale pour paresser au bord des quais après un déjeuner.

En savoir plus
Bassin de la Villette

Fich

Oubliez l’Eurostar et Kate Middleton, plus besoin de traverser la Manche pour engloutir poisson pané et frites qui craquent sous la dent.

En savoir plus
3e arrondissement

Vivant

Vivant est hors du temps, et vous invite à prendre le vôtre.

En savoir plus
Gare du Nord/ Gare de l'Est

Le Verre Volé sur Mer

Ancré rue de Lancry, le Verre Volé sur Mer fait chavirer papilles et palais avec ses plats tournés vers l'Asie et, bien sûr, les coquillages et crustacés.

En savoir plus
République

Heimat

Nouvelle table de Pierre Jancou, entre belles réussites et approximations.

En savoir plus
Palais Royal

East Mamma

Notre sélection

Quelques semaines seulement après son ouverture, East Mamma ravit déjà les amateurs de cuisine napolitaine qui se bousculent pour y avoir une table. Le succès de ce nouveau repaire gourmand du Faubourg Saint-Antoine est loin d’être une énigme : ici, « pas de réservation, seulement de l’amour » et une équipe chaleureuse (principalement italienne) qui se démène pour nos beaux yeux. Et s’il n’y a plus de table disponible, son long comptoir, duquel on peut observer la préparation des mets, s’avère tout aussi agréable et convivial. Alors que nos esprits naviguent déjà du côté de la Botte, l’incontournable Spritz (vin blanc pétillant, eau de Seltz, Campari) annonce le début des festivités. Ensuite, « les fabuleux produits », sortes d’antipastis généreux, pourront faire office de repas (7 €), sans oublier les bruschettas (environ 8 €), des pâtes fraîches maison servies dans une casserole en cuivre (à partir de 12 €), des pizzas copieuses et croustillantes (de 9 à 15 €) – également servies au mètre pour les grandes faims (22 €) –, ou encore, des insalatas (de 8 à 15 €). L'authenticité des produits importés ne fait pas de doute : nous sommes bien au cœur de Napoli, en train de déguster un jambon San Daniele à tomber, une fantastique burrata crémeuse et une fraîche ricotta di bufala au miel accompagnée de bresaola, en sirotant des vins de pays. Le voyage se poursuit avec des desserts tout aussi renversants (environ 7 €), comme la pana cotta arrosée d’une goutte de grappa, il tigramis

En savoir plus
Bastille
Afficher plus
+ DE CRITIQUES DE RESTOS

Commentaires

0 comments