Flirt : comment choper un appart à Paris ?

Petits conseils entre galériens

0

Comments

Add +


Vivre à Paris n'est pas toujours facile, c'est vrai, heureusement qu'il existe encore dans cette ville des petits plaisirs simples qu'on ne trouve pas ailleurs, comme chercher un appartement. C'est une activité vraiment sympa, qui permet de visiter à la fois des quartiers chaleureux, où les femmes ne sont pas farouches, et des logements de qualité, où les animaux domestiques, rongeurs et insectes, sont tolérés. Tous ceux qui sont passés par là connaissent ce frisson matinal de la nouvelle alerte seloger.com, avec ses descriptions pointues, ses photos HD super sexy, et ses fameux euphémismes fumeux. « Proche du métro » équivaut par exemple à « dix minutes à pied », ce qui signifie que si vous souhaitez quelque chose de véritablement proche du métro, il faudrait lire « appartement situé dans un wagon ». Inutile de dire qu'on admire l'honnêteté (la folie ?) des agents immobiliers qui indiquent « pas très lumineux » dans leur annonce. C'est sans doute l'expression utilisée par ces mêmes agents pour décrire la couleur noire, comme dans « hier, j'ai vu 'La Haine', un film en pas très lumineux et blanc. »

Mais si les Parisiens aiment autant déménager, c'est avant tout parce que c'est amusant. Ludique. En fait, chercher un logement à Paris, c'est comme un jeu, où vous perdez quasiment toujours. Jeu d'imagination d'abord, dans la mesure où certaines annonces ne contiennent ni photos (à l'ère du numérique où même une cafetière prend des photos, c'est étrange, cette propension des agences à refuser la modernité), ni texte. Mention spéciale à ceux qui mettent juste un plan de l'appartement. « Dites-moi, ça vous va si je vous envoie un plan de mon loyer ? Regardez, en bas à droite j'ai dessiné les charges. » Jeu de rapidité ensuite, puisqu'il faut parvenir à téléphoner à l'agence dans les premiers, avec votre voix de Jeanne Moreau de 8 heures du matin. Jeu des sept erreurs, quand il faut comparer les photos et la réalité : « Alors si j'ai bien compris vous avez utilisé un objectif grand angle, c'est ça ? » Enfin le jeu d'acteurs, qui permet de faire croire qu'on adore le fait que le parquet ait une inclinaison de 30°. Ultime jeu, le tirage au sort du dossier.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, Time Out Paris vous propose donc quelques trucs et astuces, qui vous aideront peut-être à gagner une partie.

1/ Soyez enthousiastes

Eh bien oui, quoi de pire qu'un futur locataire qui tire la tronche ? Montrez à l'agent immobilier que vous le voulez vraiment cet appartement, que ce T2 traversant avec vue sur les poubelles de la cour vous excite un maximum. Attention, soyez subtils, souriez, ouvrez de grands yeux ébahis, mais ne trahissez pas votre mauvaise foi en criant, par exemple, « MAIS ÇA SENT LE MOISI, J'ADORE LE MOISI ! ». On ne vous croira pas. En revanche, il n'est pas inopportun de faire des ronds de jambe avec l'agent, de rigoler quand il fait des blagues, mais seulement quand il fait des blagues (ainsi on ne rit pas à l'annonce du prix du loyer, même quand c'est tentant.) Surtout, restez de marbre si la fille de l'agence vous signale que « les wawa, c'est par là ».


2/ Sortez du lot

Le jour où vous ferez une visite avec deux cents autres personnes dans un appartement sans lumière un soir d'hiver (authentique), vous comprendrez que vous n'êtes qu'un dossier parmi d'autres, un assemblage de chiffres sans âme, un numéro au bas d'une page, un grain de sable sur une plage sans fin, un pion manipulé par les Illuminati... Hum, bref, vous voyez le topo. Du coup, n'hésitez pas à vous démarquer. Portez une chemise rose, effectuez un salto arrière après avoir remis votre dossier, insistez sur votre nom et répétez-le souvent en parlant à la troisième personne (« Jean-Pierre Tabouret aimerait savoir si c'est du double vitrage »), insérez une photo de vous entre votre bulletin de paye et vos impôts. De cette manière, le propriétaire n'aura pas affaire à un dossier, mais à un être humain. Il pourra facilement vous identifier et faire de vous son coup de cœur : « Bon, j'ai choisi le connard avec la chemise rose. »


3/ Soyez pétés de thune (ou faites semblant)

Юлия Честнова

On ne va pas se mentir, la meilleure manière de voir son dossier passer les fourches caudines des propriétaires, c'est de gagner plein de grisbi. Là, vous pouvez vous permettre de pinailler sur les peintures, de poser des questions embarrassantes (« c'est normal, l'enfant qui tricote un pull dans le placard, là ? »), voire de vous insurger face à l'état de l'appartement. Si vous n'êtes pas riches et que vous n'avez pas d'idée pour le devenir en quelques jours, ce qui prouve votre manque d'imagination alors qu'une simple pyramide de Ponzi suffirait, alors vous devez en avoir les apparences. N'arrivez pas tout pouilleux avec vos baskets sales et votre sweat à capuche, seul un vrai milliardaire peut se permettre de visiter un appartement comme ça. Tout compte fait, l'agent immobilier sait peut-être que seul un milliardaire s'habillerait ainsi pour une visite, alors gardez vos vêtements tout pourris.


4/ Soudoyez le propriétaire

C'est l'étape du craquage. Vous n'en pouvez tellement plus que vous envisagez de franchir les frontières de la légalité. Alors vous commencez par lui offrir une bouteille de vin à Franprix, puis une smartbox à la Fnac, et enfin vous proposez de payer un an de loyers en avance. Cette dernière solution n'est apparemment pas illégale, sauf si c'est à la demande du propriétaire, mais elle est très dangereuse. Surtout, c'est mal. N'utilisez que des cadeaux légaux et raisonnables, comme un bisou, ou la promesse d'être un gentil locataire.


5/ Appelez Stéphane Plaza

C'est le Ryan Gosling de l'immobilier parisien. Les filles l'aiment et veulent le voir en caleçon (cf. les recherches ci-dessus. D'ailleurs, avouez que la capture d'écran est perturbante et que ça donne envie de cliquer). Certains mecs veulent savoir s'il est gay. Enfin tout le monde aimerait le voir à poil ou figurant dans 'Hélène et les garçons'. Mais l'homme au patronyme d'hôtel 5 étoiles est surtout l'Obi-Wan Kenobi des chercheurs d'apparts à Paris, leur dernier espoir, l'ultime recours. « Encore un refus, chérie. Je crois qu'on n'a pas le choix, il va falloir appeler Stéphane Plaza. » S'ensuivent généralement des cris orgasmiques féminins pendant quinze minutes. Car sur M6, Stéphane Plaza fait des miracles : son entregent thaumaturgique permet à tous les tocards de Paris d'obtenir des appartements exceptionnels pour une bouchée de pain. Devant leur télé, tous les autres rêvent de mettre un aller-retour à cette petite pisseuse de 27 ans et son copain qui rechignent devant un magnifique trois pièces, sous prétexte qu'il n'est pas assez « atypique ». Même si, bien entendu, nous en ferions tout autant à sa place : « Un T4 rue de Bretagne pour 1 200 euros... Allons Stéphane, tu peux faire mieux. » « D'accord, mais vous vous rendez compte que trouver un 90 m2 très lumineux avec parking, dans le 11e arrondissement pour 800 euros, là on a très peu de marge de manœuvre ?! » Le plus beau, c'est qu'il peut y arriver.


L’avis des utilisateurs

0 comments