Rock en Seine : samedi

Phoenix, Nine Inch Nails, La Femme, Fauve...

0

Comments

Add +

Notre sélection de concerts pour le samedi

Phoenix

Phoenix

Phoenix

Vous êtes plutôt électro-pop (‘Wolfgang Amadeus Phoenix’), hip-hop (‘Alphabetical’), pop-rock (‘It’s Never Been Like That’) ou musique de films (‘Marie Antoinette’ et ‘Somewhere’, de Sofia Coppola) ? Dans la discographie variée – et inégale – de Phoenix, tout le monde ou presque peut trouver son compte. En près de quinze ans, les Versaillais sont passés de petit groupe sympa à stars internationales, et si chacun de leur album puise dans des influences différentes, la recette reste la même : une machine à tubes, rythmée par la voix de Thomas Mars et accompagnée de prestations scéniques mémorables. Absents depuis près de quatre ans, les Frenchies ont créé une horde d’impatients qui seront sans doute ravis par ‘Bankrupt!’, sorti il y a quelques mois. Dans ce nouvel opus, on retrouve les mêmes mélodies endiablées, agrémentées cette fois-ci de sonorités plus exotiques (voir l’intro japonisante de l’album) et de synthés old school. On pourra découvrir tous ces nouveaux morceaux sur la grande scène de Rock en Seine.

  1. Grande scène
  2. 23h
Trent Reznor

Trent Reznor

Nine Inch Nails

Enfin ! Trent Reznor revient à son groupe fétiche après l’avoir mis en pause et expérimenté d’autres horizons, pour le cinéma avec David Fincher et pour sa femme à travers le groupe How To Destroy Angels. Les luttes que le compositeur a menées face aux diverses majors tout au long des années 2000 n’ont pas eu raison de sa créativité, au contraire, puisqu’il a sorti d’excellents disques sous son propre label The Null Corporation, mais elles ont certainement lessivé son énergie. La pause a été salutaire et Nine Inch Nails renaît tel un phénix qui a conquis son indépendance. Résultat, un prochain disque est donc annoncé, 'Hesitation Marks', dont le single "Came Back Haunted" vient de sortir, clippé par David Lynch. On y retrouve les sonorités indus chères à Reznor et son souci mélodique. Dans la foulée, une tournée est programmée et les spectateurs de Rock en Seine seront les seuls en Europe à pouvoir en profiter.

  1. Grande scène
  2. 20h45

Black Rebel Motorcycle Club

Les Black Rebel Motorcycle Club ont le mérite de surprendre leurs fans. Capables de se rater totalement (et là on pense à 'The Effects of 333', leur 'Metal Machine Music' à eux), ils parviennent toujours à rebondir en publiant des choses excellentes. Le premier disque éponyme avait lancé le groupe sur des chapeaux de roue, le long de tubes noisy vaguement psyché rappelant The Jesus And Mary Chain, les Stones ou le Velvet Underground. Au fil des ans, les BRMC se sont intéressés au blues pour un résultat souvent enthousiasmant ('Howl', ou le récent 'Beat The Devil’s Tattoo'), sans jamais oublier leur penchant garage-noise. En live, le résultat s'apprécie encore mieux, alors il ne faudra pas bouder leur passage sur la Grande scène.

  1. Grande scène
  2. 18h45

Eugene McGuinness

Très précoce, Eugene McGuinness a commencé sa carrière à l’âge de 19 ans avec un premier EP, 'The Early Mornings Of Eugene McGuinness', qui sort en 2007 chez un sous-label de Domino Records. L’essai est concluant et en 2011, le jeune homme de 24 ans désormais accompagne provisoirement Miles Kane à la guitare sur le disque 'Colour Of The Trap' et joue avec lui durant la tournée. Une expérience qui lui sera visiblement profitable puisque Eugene commence alors à composer pépite sur pépite. Les singles "Lion" puis "Thunderbolt" et "Shotgun" sont diffusés sur le web courant 2012, parfois en téléchargement gratuit. Bingo ! Les morceaux sont des tueries rock et le bouche-à-oreille fonctionne à plein, si bien que le disque 'The Invitation To The Voyage' cartonne un peu partout. En France notamment, où son passage à Rock en Seine sonne comme un couronnement.

  1. Grande scène
  2. 17h05

DR

Vitalic VTLZR

Nos acouphènes se rappellent encore de l’excellent 'OK Cowboy' (2005). Premier album synthétique, enlevé et obsédant, magnifié par les tubes "Poney part 1" et "My Friend Dario". Propulsé sur la scène électro par l’Allemand DJ Hell (fin découvreur de talent, il a aussi mis la main sur la diabolique Miss Kittin), le Dijonnais Vitalic a depuis signé deux autres opus dont le dernier 'Rave Age' (2012), un brin trop pop. Alors oui, on retrouve toujours le synthé naïf de Jean-Michel Jarre sur "Fade Away" et ce même son calibré pour nous secouer violemment sur le dancefloor, mais ça parle beaucoup trop. Les crescendos languissants à la Giorgio Moroder ne sont plus et les voix sucrées ont remplacé les mélancoliques nappes instrumentales. Bon, rien n’est perdu, si vous avez envie de suer un peu et de profiter d’un live son et lumière, Vitalic se prêtera à (tous) vos désirs.

  1. Scène de la cascade
  2. 22h
La Femme

La Femme

La Femme

Certains les trouvent déjà trop mainstream, un brin « vendus ». Parce qu’ils sont passés au "Grand Journal" de Canal +, parce que leur disque marche bien, parce qu’ils ont signé sur la major Barclay. Mais on oublie de dire l’essentiel, c’est que leur magnifique vinyle, 'Psycho Tropical Berlin' est quant à lui publié chez l’indépendant Born Bad. Surtout, c'est une tuerie du début à la fin. Les chansons ont beau s’inspirer beaucoup des années 1980, d’une certaine esthétique surf, new wave, garage et pop, elles ne ressemblent à rien qu’on puisse entendre aujourd’hui. Légères et sombres à la fois, incroyablement dansantes, intelligentes, les chansons emmènent l'auditeur dans un monde à part, où les voix masculine et féminine s'accorde parfaitement. La Femme est bel et bien l'une des meilleures choses qui soit arrivées au rock français ces dernières années.

  1. Scène de la cascade
  2. 17h55

Jackson And His Computer Band

Comme son nom ne l’indique pas, Jackson and his computer band n’est ni un groupe, ni d’origine anglo-saxonne. Jackson, nom de famille Fourgeaud, est un français, auteur d’une électro sombre, fiévreuse et déroutante. Après deux EP très remarqués en 1999, il sort en 2005 ‘Smash’, premier album ambitieux salué par la critique. On peut y entendre les voix de sa mère, chanteuse de blues, et de sa nièce, âgée de quatre ans (sur le titre “Oh Boy”)... Bref, vous l’aurez compris, Jackson and his computer band est un artiste résolument iconoclaste, avec un certain goût pour l’expérimentation. Son nouvel opus, dont on peut déjà trouver un extrait sur Youtube (“Glow”), est prévu pour la rentrée 2013. En attendant, il sera à Rock en Seine le samedi 24 août.

  1. Scène de l'industrie
  2. 20h55
JC Satan

JC Satan

JC Satan

Jésus-Christ Satan ? Jean-Charles Satan ? Non, simplement JC Satan. Ou la preuve que si l'on peut rire avec, il n'est pas interdit de rire aussi du diable. Chose que les trois Bordelais et les deux Turinoises formant le groupe ont bien compris, s'appropriant les symboles jusque-là cantonnés au metal le plus extrême pour les tourner quelque peu en dérision (à travers leurs pochettes d'albums, ou encore le titre de l'album "Hell Death Samba"). Si leurs deux premiers LP n'avaient pas laissé de souvenir impérissable, leur 'Faraway Land' sorti fin 2012 sur Teenage Menopause a rencontré un succès autant critique que public, finissant parfois en tête des classements de l'année. Même si, avouons-le, leur rock garage mâtiné de pop dure ne nous a pas autant enthousiasmés, leurs prestations live restent franchement impressionnantes. Reste à savoir si le courant passera aussi bien sur une scène de festival et en plein air.

  1. Scène de l'industrie
  2. 17h10
Fauve

Fauve

Fauve

Depuis quelques mois, Fauve est devenu un sujet de conversation polémique qui partage les anti et les pro. Si une partie du public se retrouve dans les textes ou les mélodies à fleur de peau de ce collectif, d'autres sont exaspérés par le barnum poético-rebelle. En effet, comme dans tout collectif qui se respecte, on y cultive l’anonymat et un certain goût pour l’indépendance, l’esprit de communauté, le secret. Ce qui n'est pas toujours du goût des journalistes ou des photographes, qui doivent faire des pieds et des mains pour ne pas capturer le visage des musiciens. Depuis 2011, Fauve met en ligne au compte-gouttes des chansons accompagnées de vidéos faites maison, et disponibles en téléchargement gratuit. La grande force de leur musique tient beaucoup au mariage entre les doux accords des guitares et le ton lyrique du chanteur, dont les paroles amères semblent avoir touché une corde sensible de la jeunesse française. Début janvier, un concert gratuit à L’International a donc vu une immense foule se presser dans la salle, du jamais vu, de quoi provoquer l’intérêt du quotidien Le Monde, qui leur a consacré un article entier. Fauve a sorti récemment un EP épatant, qui mérite le détour.

  1. Scène pression live
  2. 23h30

Valerie June

Quand on écoute le très bon nouvel album de Valerie June, 'Pushin’ Against A Stone', une référence vient tout de suite à l’esprit : les Black Keys. Et pour cause, c’est le chanteur guitariste du groupe, Dan Auerbach, qui a produit le disque de main de maître. Valerie June et lui partagent en effet le même amour pour la soul et le rhythm’n’blues des années 1950 et 1960. Résultat, la production est carrée, puissante et classieuse, de quoi mettre en valeur la voix de la chanteuse, qui s’en donne à cœur joie. Elle sera à Rock en Seine sur la scène réservée aux nouveaux talents.

  1. Scène pression live
  2. 21h50


L’avis des utilisateurs

0 comments