We Love Green : le dimanche

C2C, Herman Düne, Cody Chesnutt, Breakbot, Electric Guest

0

Commentaires

Ajouter +

MarOne


Le festival We Love Green se terminera sur les notes pop poétiques d'Herman Düne, qui interprétera la bande originale du film 'Mariage à Mendoza' (sortie prévue pour cet automne). Le grand soulman Cody Chesnutt fera vibrer les spectateurs de sa voix poignante avant de céder les planches au duo californien Electric Guest qui distillera sa pop-rock vitaminée et ensoleillée. Breakbot, le nouveau poulain électro-rock de l'écurie Ed Banger et surtout le quatuor C2C que l'on ne présente plus réveilleront les paons de Bagatelle avec un live électro hip-hop spectaculaire.

Voir la programmation des autres jours : vendredi et samedi.
Revenir sur la page du festival.

Réserver :
Le pass 3 jours : de 99 à 109 €
Le pass 1 journée 44 € : vendredi, samedi ou dimanche

Estelle Hanania

Estelle Hanania

Herman Düne joue "Mariage à Mendoza"

16h25. Pour tous les Parisiens mélomanes, Herman Dune fait partie du décor depuis bien longtemps. En 1999, le groupe franco-suédois commence sa carrière sous la forme d’un trio folk, ou plutôt « anti-folk » d’après la dénomination branchouille, qui rassemble David-Ivar, Neman et André. Ce dernier, frère de David-Ivar, quitte le groupe au bout de quelques années et Herman Dune devient un duo. Auteurs de dix albums et de plus de quatre cents chansons, le guitariste et le batteur pratiquent un folk agréable et sans prétention. Rien de mémorable sans doute, mais une musique très homogène et cohérente, caractérisée par de douces mélodies chantées par la voix reconnaissable entre toutes de David-Ivar, qui s’accompagne souvent au ukulélé. Leur dernier album, 'Strange Moosic', a été enregistré à Portland aux Etats-Unis et reste dans la même lignée, avec en tête de pont l’entêtant single "Tell Me Something I Don’t Know", dont le clip met en scène le personnage récurrent du groupe, une marionnette en peluche bleue entre le yéti et Chewbacca. Mignon. En concert, les Herman Dune sont toujours de bons clients, rôdés par le probable millier de spectacles donnés par le duo depuis sa création. Dans le cadre du festival We Love Green, ils joueront la bande originale du film 'Mariage à Mendoza de Edouard Deluc qu'ils ont composé.

© Shannon Mc Collum

© Shannon Mc Collum

Cody ChesnuTT

17h55. Cody Chesnutt : retenez bien ce nom car ce soulman guitariste venu d'Atlanta sait magnétiser les foules par son show déjanté et sa voix haute et claire, en digne héritier d'Al Green et de la Motown. Incarnant cette nouvelle génération de chanteur nu-soul R'n'B, Cody brouille les codes en fusionnant dans chaque morceau certains genres musicaux parmi ses préférés : funk, rock, soul, hip-hop, dub, blues, reggae, jazz... Chaque titre ne ressemble en rien au précédent, mais ses productions sont toutes finement ciselées et terriblement groovy. Il doit son premier succès à son morceau "The Seed (2.0)", repris par le groupe The Roots et qui a tourné frénétiquement sur les ondes radio en 2002. Son double album 'The Headphone Masterpiece' entre soul et rock est un joyau enregistré avec un simple magnéto. Cet opus sorti en 2009 est une perle vocale et musicale qui brille par son originalité, un son grime envoûtant et l'absence de fioritures instrumentales. Il revient au festival We Love Green avec une formation acoustique musclée et un répertoire plus orchestral. Il jouera son dernier maxi 'Black Skin No Value' et probablement des extraits de son nouvel album 'Landing on a Hundred' qui sortira en octobre. Ne manquez pas cette bête de scène qui déboule avec un casque de l'armée sur la tête et devrait faire longtemps parler de lui.

Electric Guest

19h45. Accros au tube cathodique, vous avez sûrement déjà entendu le synthé grisant des Electric Guest lors d’une des nombreuses coupures pub qui ponctuent le paysage audiovisuel français. Bande-son d’un shampoing qui « sent bon les fruits », "This Head I Hold" est aussi le titre phare d’un album attendu comme le messie. Car il aura fallu attendre près de deux ans pour que ‘Mondo’ (sorti en avril 2012) voie le jour. Sept titres tantôt enlevés ("Waves") tantôt planants ("Holes"), qui font la part belle au swing façon Raphaël Saadiq et à la bonne humeur version The Postal Service.
Le groupe californien formé par Asa Taccone, Matthew Compton et les frères Dahlhoff seront les invités de la We Love Green de la rentrée : échauffez-vous avant, vous risquez de danser.

Breakbot

20h45. Abonné aux génériques du "Grand Journal" de Canal +, Thibaut Berland alias Breakbot doit son succès médiatique certainement plus au label sur lequel il est signé (EdBanger) et à ses connexions dans le milieu (Justice) qu’à son « importante » discographie. Reste que le barbu sait faire parler de lui. Quelques remixes bien sentis, deux EPs qui ont fait le tour des dancefloors du monde entier et voici son premier album ‘By Your Side’ bientôt dans les bacs (septembre 2012). Mais chez Breakbot tout n’est pas à l’image de l’excellent "Baby, I’m Yours". Mixage lourdingue, synthé envahissant, basses pauvres : si la machine à danser fonctionne, c’est parfois après absorption de plusieurs litres d’alcool. On s’y déhanche néanmoins avec une certaine euphorie, pourvu que le son soit de qualité.

© Sylvain Richard

C2C (remplace Charlotte Gainsbourg ft. Connan Mockasin)

22h10. Est-il encore nécessaire de présenter les DJs de C2C ? Greem et 20syl du groupe Hocus Pocus accompagnés d’Atom et Pfel, le duo de Beat Torrent, ont remporté quatre années consécutives les DMC – championnats du monde de DJ – en équipe, de 2003 à 2006. La performance, jamais égalée, les a conduits à travers le monde, invités à se produire sur les scènes des plus grands clubs. Après deux premières dates parisienne en janvier à la Gaîté Lyrique et en mai à la Cigale, les C2C reviennent en août pour Rock en Seine. Que les fans, les amateurs de hip-hop, de jazz, d’électro, les férus de turntablism, les agités de la nuit et autres curieux se tiennent prêts. Ces virtuoses promettent un live puissant, servi par une énergie implacable, une technique pointue et un talent fou.


L’avis des utilisateurs

0 comments