Pigeon ou touriste ?

La question qui tue

0

Comments

Add +

© Agathe Monnier


Les touristes à Paris sont comme les oiseaux migrateurs, ils affluent en masse selon un mouvement saisonnier, qui les voit revenir chaque été afin de profiter des douces températures et du beau temps. Les pigeons parisiens, eux, ne migrent plus depuis longtemps, habitués au bitume, à la brique, au béton, aux nouveaux sens uniques de circulation et aux couloirs de bus depuis bien longtemps, capables de passer les hivers les plus rigoureux comme les étés les plus caniculaires dans la ville. Pourtant, quelque chose d'indicible rassemble les deux dans une espèce de communion mystique. Soyons clairs, les Parisiens ne portent ni l'un ni l'autre dans leur cœur alors qu'ils leur doivent beaucoup. Sans touristes, pas de rentrées d'argent colossales, sans pigeons, pas de biodiversité. Voici donc deux espèces sympathiques poursuivies injustement par une mauvaise réputation et victimes de l'ignorance des Parisiens, banalité du mal à laquelle il est temps de mettre un terme avec ce petit questionnaire. Alors touriste, pigeon ou les deux ?

- Ils ont du mal à trouver leur chemin.


>>> Réponse : Les touristes.

- Ils ne s'écartent pas de votre piste cyclable quand vous circulez en Vélib'.

>>> Les deux.

- On ne voit jamais leurs bébés.

>>> Les pigeons.

- Ils mangent n'importe quoi.

>>> Les deux.

- Ils roucoulent.

>>> Les deux.

- Ils font leurs besoins partout.

>>> Les pigeons, sauf cas exceptionnel de turista.

- Ils voyagent beaucoup.


>>> Les deux.

- Il en existe de toutes les couleurs.

>>> Les deux.

- Ils secouent la tête quand vous leur parlez.

>>> Les deux.

- Ils s'adaptent parfaitement à la vie citadine parisienne.

>>> Les pigeons.

- Ils traînent sur les Champs-Elysées.

>>> Les deux.

- Ils s'envolent.

>>> Les pigeons.

- On les vole.

>>> Les touristes.

- Ils ne regardent jamais à droite et à gauche quand ils traversent la route.

>>> Les deux.

- Quand ils arrivent en ville, tout le monde change de trottoir.

>>> Aucun des deux.

- Il est interdit de les nourrir.

>>> Les pigeons.

- Il est recommandé de les nourrir.

>>> Les touristes.

- Ils marchent lentement.

>>> Les deux.

- Quand ils se font écraser, ils ressemblent à un steak tartare.

>>> Les pigeons.

- Ils raffolent du steak tartare du Fouquet's.

>>> Les touristes.

- Ils contribuent au PIB du pays.

>>> Les touristes.

- Ils creusent le déficit de la Sécu.


>>> Les pigeons.

- Ils ne bossent pas et se promènent en touristes.

>>> Les pigeons.

- On les prend souvent pour des pigeons.

>>> Les touristes.

10 raisons d'aimer les pigeons à Paris

Cliquez sur l'image pour faire défiler les photos.

  • © EChirache

    1/ Parce que ce sont les seuls animaux que vous pourrez voir

    Hormis les rats, mais ne dit-on pas que les pigeons sont les rats du ciel ? Bref, à Paris, vous ne verrez pas d'animaux sauvages, pas de cochons, de chevreuils, de perroquets, d'écureuils, de castors. Non, vous verrez des pigeons. Des oiseaux gris comme le bitume qui sont les seuls à survivre dans cet environnement hostile, capables de s'adapter aux pics de pollution, au dérèglement climatique, aux touristes japonais, aux nouveaux couloirs de bus et aux Autolib'. Rien que pour ça, ils sont admirables.

  • 2/ Parce qu’ils sont devenus carnivores

    Ce sont eux qui finissent les plats que vous gâchez, les morceaux de bidoche jetés à la poubelle parce que la date de péremption était dépassée, les chicken nuggets négligemment cramés, les tranches de jambon oubliées, le gras du poulet ostracisé. Les pigeons font la chasse au gaspi ! 

  • © wikimedia commons « vous habitez chez vos parents ? »

    3/ Parce qu'ils sont féministes

    Quand il rentre chez lui après une dure journée à glander dans la rue, papa pigeon ne s'assoit pas sur le canapé pour regarder PSG-Guingamp en mangeant des cacahuètes, pendant que maman pigeon prépare la tambouille. Non, comme le note Wikipédia, « le mâle et la femelle partagent toutes les tâches, y compris celle de nourrir les pigeonneaux avec le lait de jabot qu'ils produisent à l'aide d'une glande de leur jabot. » Un peu comme si, chez les hommes, monsieur avait du lait dans ses tétons également. Notons enfin que les pigeons sont fidèles en amour et forment des couples stables, là où un mariage parisien sur deux finit par un divorce. Ce n'est pas pour rien si on dit que les amoureux roucoulent. Prenons-en de la graine. T'as compris ?

  • © Les amis de Giuseppe

    4/ Parce qu'ils sont vachement nombreux

    D'après la mairie de Paris, on dénombrerait environ 80 000 pigeons à Paris, un chiffre stable depuis quelques années qui équivaut à 1 pigeon pour 25 habitants. Vous me direz qu'on les prend quand on veut, mais si vous avez vu 'Les Oiseaux' d'Alfred Hitchcock, film très populaire chez les columbidés (un succès en DVD qui ne se démentit pas), vous savez qu'il ne faut pas trop la ramener avec eux. 

  • © http://ktzpage.blogspot.fr/

    5/ Parce qu'ils représentent un des symboles de Paris

    Je suis à peu près certain que, si demain on retirait tous les pigeons à Paris, vous seriez mal à l'aise dans la rue. Quelque chose d'indicible a changé, penserez-vous, sans parvenir à savoir quoi. Ils ont mis des nouveaux bus ? Non, ce n'est pas ça. Les particules fines ont grossi ? Non plus. Vous n'arrivez plus à dormir, vous cherchez pourquoi Paris n'est plus comme avant, vous pleurez et vous vous réveillez en sursaut. Jusqu'au jour, où, comme averti dans vos rêves par un esprit voyageur (t'as pigé ?), vous sortez en pyjama dans la rue en criant aux badauds : « Les pigeons, c'est les pigeons ! Ils ont retiré tous les pigeons ! » Attendez, je crois que je tiens le scénario du prochain Terry Gilliam. 

  • © EChirache

    6/ Parce qu'ils sont badass

    Les pigeons sont des oufs, ils n'ont peur de rien, bouffent des graines contraceptives mais se reproduisent quand même, traversent la rue sans regarder à droite ni à gauche, approchent d'une canalisation d'eau pétée sans trembler, ne bougent pas quand ils glandent sur une piste Vélib', se battent avec les chats ou entre eux. Ce sont des pirates de l’âge moderne. Alors que l’homme a cessé depuis longtemps de conquérir, alors qu’il a troqué la flibuste contre l'apéro, le pigeon, lui, lutte pour survivre. Il n'a qu'une patte, qu'un œil, qu'un demi-bec. Big up aux pigeons.

  • 7/ Parce que leurs bébés ne sont pas les moineaux

    Beaucoup de gens à Paris se figurent que les moineaux sont les petits des pigeons. Grossière erreur et insulte suprême, les moineaux sont des oiseaux adultes, comme vous et moi. D'où une question essentielle, que tout le monde se pose : Mais où sont les pigeonneaux ? Eh bien, ils se cachent, et on comprend pourquoi quand on voit la tête qu'ils ont. Alors s'il vous plaît, un peu de compassion pour les parents. 

  • © EChirache

    8/ Parce que la colombe, c'est un pigeon en fait

    Tout le monde aime la colombe, cet oiseau blanc porteur d'un message d'espoir et de paix quand il a un rameau d'olivier dans le bec. Eh bien, si vous en parlez à un ornithologue, que vous auriez rencontré à une rétrospective Hitchcock du Champo, dans la queue pour aller voir 'Les Oiseaux', il vous répondrait que « colombe » ça ne veut pas dire grand-chose d'un point de vue scientifique. Une colombe, souvent, c'est un pigeon blanc. Prends ça, Noé.

  • 9/ Parce que... attendez, heu...

    Parce que le pigeon a le potentiel pour devenir le chaton 2.0, il convient parfaitement aux détournements rigolos qui font rire, aux blagues, aux « memes » qui prolifèrent si vite sur les Internets. Là par exemple, c'est un pigeon avec une tête d'éléphant, avouez que c'est chouette, alors qu'un éléphant avec une tête de pigeon, c'est tout de suite moins bien.

  • 10/ Parce qu'ils sont mortels

    Oui, le pigeon est finalement un homme comme les autres, fragile et sensible, bousculé par les tourments de la vie, frappé par le sort de façon soudaine et injuste. Tant de pigeons sont fauchés dans la fleur de l'âge, transformés en viande hachée par les roues d'une citadine et rappelés trop tôt auprès du Tout-Puissant. Une minute de silence pour eux.

© EChirache

1/ Parce que ce sont les seuls animaux que vous pourrez voir

Hormis les rats, mais ne dit-on pas que les pigeons sont les rats du ciel ? Bref, à Paris, vous ne verrez pas d'animaux sauvages, pas de cochons, de chevreuils, de perroquets, d'écureuils, de castors. Non, vous verrez des pigeons. Des oiseaux gris comme le bitume qui sont les seuls à survivre dans cet environnement hostile, capables de s'adapter aux pics de pollution, au dérèglement climatique, aux touristes japonais, aux nouveaux couloirs de bus et aux Autolib'. Rien que pour ça, ils sont admirables.


L’avis des utilisateurs

0 comments