Le calendrier de vos sorties • Mars

Les événements du mois

1/8
© DR
2/8
© DR
3/8
© DR
4/8
© Daria Marchik
5/8
© DR
6/8
© DR
7/8
© Laurent Philippe
8/8
© DR

+ d'événements

Cinéma du réel

Depuis trente-cinq ans, le festival Cinéma du réel défend le cinéma documentaire, dans sa grande diversité et sous toutes ses formes. Courts, moyens ou longs métrages : c'est ici essentiellement le propos et l'engagement humain qui prévalent. Pour cette nouvelle édition, qui se déroulera comme les précédentes au Centre Pompidou, mais aussi au Centre Wallonie-Bruxelles et au Nouveau Latina, le festival proposera quatre compétitions (internationale, française, premiers films et courts métrages), ainsi que des séances thématiques autour du documentaire chilien, du réalisateur indien Anand Patwardhan ou d'un hommage à l'Américain Stephen Dwoskin, décédé l'an dernier. Par ailleurs, on retrouvera également des programmes consacrés à la crise, au voyage, ainsi que plusieurs débats et rencontres. Pour tous ceux que le cinéma alternatif ou direct intéressent, le rendez-vous est, comme chaque année, l'un des incontournables. Le programme complet ici.

En savoir plus

F.A.M.E – Film & Music Experience

Darkside : Nicolas Jaar & Dave Harrington

Difficile d’imaginer duo indie rock plus troublant que Darkside: Nicolas Jaar, ténébreux prodige de l’intello techno, accompagné à la guitare par le multi-instrumentiste chevelu domicilié à Brooklyn, Dave Harrington. Ensemble, ses vieux copains de lycée ont d’abord imaginé Daftside : un recueil de remixes (presque plus réussi que l’original) de 'Ramdom access memories' des Daft Punk. Du lent et groovy "Get lucky" au synthétique piano de "Within"… Le projet né dans une chambre d’hôtel à Berlin a finalement pris, et un premier album bien nommé ‘Psychic’ est sorti en octobre 2013. Entre le très âpre "Golden Arrow" et le langoureux et rock "Paper trails", on a hâte de l'entendre en live le 23 mars à l'Olympia.

En savoir plus
Dimanche 23 mars

Sur les traces du ITFO

ITFO = Import’nawouak Turakian Folklorik Orke’stars. Oui, ça commence fort. Rien que le titre plonge dans un abîme d’incertitude. Ou d’hilarité, ça dépend de votre humeur. Ce qui est sûr, c’est que le Turak Théâtre, théâtre d’objets, théâtre de folie, d’imagination et du grand n’importe quoi, n’a pas fini de nous surprendre. En Turakie (vous apprendrez que c’est bien un pays), le quotidien est fait d’objets détournés et d’instruments de musique improbables. Comment, vous ne connaissez pas le fer à repasser les guitares ? C’est peut-être en cela que les spectacles de Turak sont empreints de cette poésie absolue, de ce don qu’ont certains créateurs de faire de l’art avec tout ce qu’ils touchent. A la fois spectacle musical et musique théâtralisée, ce qui nous est donné à voir ici est résolument à part. Rodolphe Burger, musicien déjanté et libre s’il en est, se fond parfaitement dans le projet en amenant les riffs saccadés et reconnaissables entre tous de sa guitare « éclectique ».

En savoir plus
Du samedi 8 au dimanche 30 mars

Joséphine

Peu après Marie-Antoinette et bien avant Jackie Kennedy, l’impératrice Joséphine a fait partie de ces « femmes de… » qui ont marqué de leur empreinte le style et les fantasmes de leur époque. De son enfance dorée en Martinique aux cachots de la Révolution, de sa rencontre avec Napoléon à leur divorce en 1809 en passant par le vertige du pouvoir impérial, l’exposition revient sur la vie mouvementée de la souveraine. Et qui dit souveraine dit pierres précieuses et robes de luxe : c’est l’occasion pour les amateurs du style Empire de se pencher sur une Joséphine iconique qui avait, assurément, meilleur goût en arts décoratifs, en jardins et en bijoux qu’en époux.> Horaires : tous les jours de 10h à 19h30, nocturne le lundi jusqu'à 22h.

En savoir plus
Du mercredi 13 mars au dimanche 29 juin

Robert Mapplethorpe

L’œuvre de Robert Mapplethorpe est trop souvent réduite à ses manifestations les plus lubriques : la plupart des esprits sont restés bloqués sur cette image d’un homme penché en avant, se photographiant avec un fouet engouffré dans l’anus. Regard perçant à l’appui.Et pourtant. Au-delà des frasques du Chelsea Hotel et des écarts sadomasochistes du New York artistique des années 1970 et 1980, auxquels il participa ouvertement, Mapplethorpe est à l’origine d’une œuvre marquée, dans son ensemble, par une recherche constante de grâce et d’harmonie. Paysages, nus, portraits, natures mortes… Autant de sujets que l’ex-compagnon de Patti Smith, décédé en 1989 des suites du SIDA, travailla tout au long de sa carrière, les nimbant d’une facture très classique et d’un noir et blanc ultra-stylisé. En ressort une œuvre majeure, prolifique et hybride à laquelle le Grand Palais rend hommage pendant les beaux jours.

En savoir plus
Du mercredi 26 mars au dimanche 13 juillet

Wrong Cops

Cinquième long métrage de Quentin Dupieux, certainement son plus abouti, le délirant ‘Wrong Cops’ combine esthétique 70’s, cynisme provocateur et trivialité absurde. Le tout donne naissance à un objet filmique non identifié d’une méchanceté irrésistible. Depuis ‘Steak’ (2007) et ‘Rubber’ (2010), les amateurs d’humour absurde ont appris à connaître Quentin Dupieux, cinéaste singulier et producteur de musique électronique (délicieusement régressive) sous le pseudonyme de Mr. Oizo. Ses aficionados vont pouvoir se réjouir, car ‘Wrong Cops’ s’affirme comme son film le plus agressivement drôle : un récit polyphonique et outrancier des aventures d’une brigade de flics californiens, plus tarés, obsédés et négatifs les uns que les autres. Ainsi, l’un arrête-t-il les jolies automobilistes sous de fallacieux prétextes pour les contraindre à lui montrer leurs poitrines tandis qu’un autre (Eric Judor) rêve de devenir DJ star, tout en traînant à sa suite un type à l’agonie. Enfin, un troisième, dealer à ses heures perdues, se met en tête de parfaire l’éducation musicale d’un ado attardé interprété par Marilyn Manson. Et encore, on vous épargne les travestis barbus, les maîtres-chanteurs et quelques slips pas très propres. Corrompus, mesquins, viscéralement débiles, tous ces protagonistes se révèlent assez vite hilarants d’autant que la réalisation, léchée, bénéficie d’une tonalité décalée, pince-sans-rire, et d’une bande originale (composée par le cinéaste) prompte à vous réveiller un mort

En savoir plus

Les Chiens errants

Festival Les Femmes s'en mêlent

Du 19 mars au 4 avril 2014 En seize ans, le festival Les Femmes s'en mêlent a bien grandi, pour s'étendre aujourd'hui sur plusieurs dates et différentes villes en France. Né en 1997 à Paris, il rassemble des lieux éclectiques aux horizons divers, comme l'Institut suédois, le Centquatre, le Divan du monde, le Centre Pompidou, l'église Saint-Merri ou encore la Machine du Moulin Rouge, qui s'associent pour faire des Femmes s'en mêlent un rendez-vous majeur de l'agenda parisien. Chaque année, le festival rend donc hommage à la féminité en invitant des artistes prometteuses, rockeuses, folkeuses, chanteuses ou DJettes, toutes indépendantes et talentueuses. Même si la programmation 2014 présente moins de têtes d'affiche que celle des années précédentes, elle réservera à n'en pas douter de belles découvertes. Notre sélection En attendant Les Femmes s'en mêlent : Courtney Barnett + Mariam The Believer L'australienne Courtney Barnett, guitariste et auteur-compositeur, donnera un concert le 14 février au Divan du Monde pour la soirée "En attendant Les Femmes s'en mêlent". Elle nous présentera son album 'The Double EP: A Sea Of Split Peas' sorti fin 2013. Egalement sur scène : Mariam The Believer. Sir Alice vs Bernhard Willhelm Sir Alice est une chercheuse de l’Ircam (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) qui bidouille des sons et des guitares dans une espèce de cold-wave qui fait peau neuve sur fond de grunge et d’électro. Intéressant et novateur. Elle est également

En savoir plus

Monuments Men

Afficher plus

Commentaires

0 comments