Le Mois des produits tripiers

Enfin un article trippant !

0

Comments

Add +

DR / © Produits Tripiers


Comme on vous le disait ici, il y a un mois pour tout, une journée pour chaque produit, une heure de gloire pour chaque recette. Et en novembre, c’est la fête des produits tripiers. Un mois entier pour célébrer foies, ris, cervelles, rognons, joues et autres museaux. 30 jours qui ne sont pas de trop quand on connaît le dégoût qu’engendre la simple évocation de ces abats chez la majorité de la population.

Et c’est vrai qu’un tripoux a de quoi rebuter même le plus téméraire des aventuriers culinaires (surtout un dimanche au petit matin, après trois jours d’excès au pastis – foi de vécu). Voilà des plats qu’il faudrait manger les yeux fermés, tant les apparences sont trompeuses et en desservent la qualité.

L’Association des produits tripiers entend donc œuvrer pour changer les mentalités et redorer le blason des tripes. Et rien n’est trop beau pour mener à bien cette mission : une identité visuelle mijotée aux petits oignons, grâce à laquelle l’honneur de ces aliments malaimés se voit défendu par quatre super-héros, les Fantas’tripes ; une Tripes’mobile qui propose des dégustations dans la rue ; un numéro d’urgence à appeler si vous voulez voir débarquer chez vous un chef tripier ; des restaurants-relais qui s’engagent à mettre les tripes à leurs cartes ; des actions dans les cantines étudiantes ; des ateliers culinaires ; des recettes en ligne… Et un food truck, qui sillonnera les rues parisiennes cette semaine en proposant gratuitement des mini-burgers (aux tripes, vous avez compris le principe).

En parallèle de cette initiative, voici également quelques restaurants parisiens pour satisfaire votre curiosité en la matière. Des valeurs sûres qui risquent de vous faire réviser vos préjugés. Parce que c'est aussi bon que ça n'en a pas l'air.

Un tablier de sapeur à l'Auberge Pyrénées Cévennes

  • Note: 3/5
  • prix: 3/4

Une auberge chaleureuse et gourmande, réputée pour ses spécialités lyonnaises.Les gourmets avisés, amateurs de canailleries et de produits tripiers viennent ici pour se régaler, sous l’œil bienveillant de Guignol. Accoudée à son comptoir,

  1. 106 rue de la Folie Méricourt, 11e
Plus d'infos

Un ris de veau à la Pulperia

  • Note: 5/5
  • prix: 2/4
  • notre sélection

Un zinc dans la Pampa.Des allures de vieux troquet dépoussiéré. Une cuisine recouverte de céramique blanche, ouverte sur une petite salle, bruyante et chaleureuse. Une popote de bistrot, carnassière et enflammée par le talent d’un chef

  1. 11 rue Richard Lenoir, 11e
Plus d'infos

Une tête de veau chez Ribouldingue

  • Note: 5/5
  • prix: 3/4
  • notre sélection

Aux commandes de cette adresse en face de l’église Saint-Julien-le-Pauvre, Nadège Varigny, qui après dix ans de métier aux côtés d’Yves Camdeborde a ouvert son propre restaurant, proposant une cuisine inspirée par son enfance grenobloise.

  1. 10 rue Saint-Julien-le-Pauvre, 5e
Plus d'infos

Des tripes à la mode de Caen au Réveil du 10e

  • Note: 3/5
  • prix: 2/4

Un sympathique bistrot de quartier qui sert une cuisine de terroir arrosée de très bons crus.Il y a des restaurants où l'on se rend pour être émerveillés, pour goûter une cuisine inventive, folle ou millimétrée. Et il y en a d'autres où

  1. 35 rue du Château d'Eau, 10e
Plus d'infos

Un foie de veau au Caméléon

  • Note: 4/5
  • prix: 3/4

A l'entrée, un magnifique bar et une serveuse pour vous débarrasser, puis le capitaine du navire pour vous placer. Des fauteuils rouges, des tables bien dressées. Une vue plongeante sur la grande cuisine aérée. Le bistrot est bourgeois, unique

  1. 6 rue de Chevreuse, 6e
Plus d'infos

Des rognons chez René

  • Note: 4/5
  • prix: 2/4

C’est un bistrot comme on les aime : avec ses rangées de table aux nappes en coton blanc, son sol de mosaïque élimé et sa lumière douce pour reposer ses pupilles. Un lieu immédiatement accueillant où les serveurs en livrée se pressent

  1. 14 boulevard Saint-Germain, 5e
Réservez

Une tentation de Saint-Antoine au Pied de Cochon

  • Note: 3/5
  • prix: 1/4

Une brasserie ouverte toute la nuit, où le cochon est roi.Le Pied de Cochon est une institution des appétits parisiens dont les néons n’ont jamais arrêté de briller, depuis 1947. A Paris, on sait que c’est ici, près des Halles, qu’à

  1. 6 rue Coquillière, 1er
Plus d'infos


L’avis des utilisateurs

0 comments