Le cri de Frank Black

Critique de 'Indie Cindy' des Pixies

0

Commentaires

Ajouter +


Les Pixies qui se reforment, c'était déjà quelque chose, mais les voici qui sortent un nouvel album, un petit miracle dans le monde du rock. Car on connaît l'histoire du groupe : en 1991 paraît 'Trompe le monde', dernier album avant une séparation houleuse marquée par la haine mutuelle entre Kim Deal et Frank Black. Puis dans les années 1990, les Pixies deviennent cultes alors qu'ils n'existent plus, et ce fut clairement l'appât du gain qui hâta la reformation de 2004 pour quelques concerts. L'an passé, la sortie du premier inédit depuis vingt-deux ans, "Bag Boy", avait ému les fans. Sans Kim Deal, mais avec Santiago et Lovering. Et Frank Black, bien entendu, la signature vocale et guitaristique des Pixies, l'homme dont les cris ont marqué la culture du rock alternatif.

Quel amateur de rock ne reconnaît pas ce hurlement si distinctif du chanteur chauve et grassouillet ? Un morceau des Pixies, c'est simple, en apparence. Un couplet chanté/parlé plutôt calme, et un refrain hurlé qui dépote. Une signature qui marquera tout l'indie rock et jusqu'au new metal, de Nirvana à Deftones. A l'arrivée, les Pixies représentent finalement l'un des rares monstres sacrés du rock encore en activité, un groupe qui rassemble plusieurs générations capables de chanter "Where Is My Mind", "Debaser" ou "Monkey Gone To Heaven" en chœur. Dans ces conditions, avec une telle attente autour d'eux et alors que leur dernière prestation à l'Olympia s'était avérée une catastrophe, on pouvait redouter l'arrivée d'un nouveau disque.

En réalité, 'Indie Cindy' a du répondant. Si sa première écoute ne met pas de claque, elle caresse l'oreille et promet davantage. C'est au fil du temps qu'on découvre une série de chansons efficaces, à l'aune d'une recette qui n'a pas changé mais s'affirme toujours aussi bonne. Francis crie toujours aussi bien sur "Blue Eyed Exe", sait calmer le jeu sur le sombre "Silver Snail", faire le boulot sur "What Goes Boom", et causer par-dessus un riff typique des Pixies dans "Indie Cindy". L'ouverture vers une pop-rock FM symbolisée par des morceaux comme "Another Toe In The Ocean" ou "Snakes" décevra certainement quelques aficionados, mais elle ne suffit pas à plomber un disque globalement très bon, qui mûrit avec le temps. Peut-être même qu'à force de la voir, on finira par aimer cette pochette atroce.


L’avis des utilisateurs

0 comments