Salons

Notre sélection
1/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
2/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
3/26
4/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
5/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
6/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
7/26
8/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
9/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
10/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
11/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
12/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
13/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
14/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
15/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
16/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
17/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
18/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
19/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
20/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
21/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
22/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
23/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
24/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
25/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
26/26
Vue de l'exposition 'Salons' / © Tania Brimson / Time Out
Libre

Vous croyez dur comme fer que l’art contemporain ne sert à rien ? Le domaine de Chamarande, blotti à l’orée de la forêt de Fontainebleau en Essonne, vous prouve le contraire cet été avec une série d’œuvres « praticables ». Entre sauna travesti en salle de projection, tables-hamacs pour vous dorer au soleil et barbecues rectangulaires plantés dans le parc en rang d’oignon – un habile clin d’œil aux sculptures minimalistes de Donald Judd – pour griller vos merguez, la saison est à la détente et à l’art fonctionnel. Mais pas seulement : derrière ses airs de jeu de piste farfelu, l’exposition collective qui investit parc et château regorge surtout de poésie et d’intelligence, mariant habilement ses effets de surprises en plein air (prévenez vos enfants) à des interrogations perçantes sur l’écologie ou la perception. De quoi musarder quelque temps au pays des merveilles en sachant que, derrière chaque fantaisie, peuvent se cacher des profondeurs de sens incertaines.

Car le propos est ambitieux. Après les salons littéraires des Lumières, lieux d’échanges et de débats politiques, et les grands salons artistiques des siècles derniers qui firent la gloire de Delacroix, Seurat et autre Matisse, les salons contemporains (de l’automobile, du livre, du vintage…) ont pris la fâcheuse habitude de se muer en vitrines commerciales, au risque de perdre peu à peu leur dimension intellectuelle et culturelle. En faisant « salons » à Chamarande, les dizaines de jeunes artistes réunis dans le domaine ont donc choisi de réinventer cette tradition, en la replaçant sous le signe de l’art et de la réflexion. Ici, le public se réapproprie l’œuvre, l’œuvre se réapproprie le débat et l'ensemble s'émancipe joyeusement des carcans de la galerie et autres « cubes blancs » pour mieux se camoufler parmi ces arbres et murs carrolliens. On croisera au fil du parcours, dynamique, des chaises à bascule géantes (Lilian Bourgeat), un canapé flottant au milieu d’un étang (Pauline Bastard), un jardin à la française élaboré à partir de verre de bouteilles brisées (Olivier Kosta-Théfaine) ou un distributeur automatique d’œufs, qui permet au visiteur de débourser 50 centimes pour l’absurde et malin plaisir de voir une coquille, toute belle tout fraîche, se fracasser au fond d'une machine (Thierry Boutonnier).

Si la qualité des œuvres est inégale, l’expérience – car on peut bien parler d'une expérience visuelle et sensitive – vaut largement l’expédition en RER C, surtout par beau temps. On vous conseille d'ailleurs de profiter de cette virée pour vous offrir une journée en famille ou entre amis, avec pause pique-nique et promenade en barque à la clé (quelques embarcations vous permettent de ramer gratuitement le long du canal domanial, entre deux roupillons). Allergiques à l’art contemporain, vous trouverez un refuge réconfortant auprès des immenses étendues de pelouses, des activités en plein air, des performances proposées chaque week-end (le programme par ici) et autres œuvres interactives. Allergiques à la nature, on vous invite quant à vous à pousser la porte du château pour vous délecter des vidéos anthropologiques et incisives de Julien Prévieux sur l'évolution des comportements sous l'ère numérique ou à vous enfermer dans l'Orangerie, où sommeille l'une des œuvres les plus impressionnantes de l'exposition. Deux portraits monumentaux, développés grâce à l'action de la photosynthèse sur du semis d'herbe – autrement dit, de la photo sur gazon, signée du duo anglais Ackroyd et Harvey. Prenez-en de la graine : à Chamarande, même la pelouse est artistique.

Infos pratiques

Horaires d'ouverture • Château : tous les jours de midi à 19h / Parc : tous les jours de 9h à 20h
Accès • RER C6 station Chamarande (le domaine se trouve à 200 m de la gare) / Compter environ 1h30 de trajet depuis Paris / 15 euros le billet aller-retour

Téléphone de l'événement 01.60.82.52.01
Site Web de l'événement http://chamarande.essonne.fr/
LiveReviews|0
1 person listening