Caillebotte

  • Restaurants
  • Bistrots
Notre sélection
1/7
© Thierry Richard
2/7
© Thierry Richard
3/7
© Thierry Richard
4/7
© Thierry Richard
5/7
© Thierry Richard
6/7
© Thierry Richard
7/7
© Thierry Richard
Saint-Georges

Il aura fallu attendre plus de deux ans pour que l’équipe de notre très aimé bistrot Le Pantruche (une de nos adresses parisiennes favorites) s’exporte et ouvre, à quelques rues à peine, sa seconde adresse. Elle s’appelle Caillebotte, comme le peintre du même nom (Gustave, 1848-1894), conférant aux lieux un doux parfum de modernisme XIXe et ancrant un peu plus encore l’amour du chef Franck Baranger pour ce neuvième arrondissement où son père, jadis, faisait la police aux abords de Pigalle.

Avec son acolyte Edouard Bobin, les voilà plantant les nouveaux tréteaux d’une belle adresse au coin d’une rue calme dans le bas du dos de l’arrondissement. Un décor lumineux, assez largement inspiré de l’esprit bistrot mais teinté des attributs de l’époque : large cuisine ouverte (il faut déjeuner au bar !), bois blonds, suspensions, grand bar de marbre blanc et couleur verte en fil conducteur. Même si après quelques jours d’ouverture les murs ne se sont pas encore parés de tableaux et que le rideau de l’entrée se fait un peu attendre, on se sent très vite à son aise. Il faut dire que la jeune équipe en salle a le don, sous la houlette d’Edouard, de conjuguer efficacité et gentillesse désarmante.

Dans l’assiette, les amateurs retrouveront tout le talent qui a fait du Pantruche une référence : des plats réfléchis, surprenants sans être déconcertants, une exécution parfaite héritée des plus grandes maisons (l’équipe fit ses armes au Bristol, 3 étoiles au compteur Michelin, sous la houlette d’Eric Fréchon) et une gourmandise jamais sacrifiée sur l’autel des effets de manche. Voyez plutôt : « huîtres Roumégous flashées vapeur, bouillon de laitue » comme une gigantesque claque iodée, « soupe de betteraves rouges, chèvre frais aux œufs de poisson » écarlate et sensuelle, « Saint-Jacques d’Erquy, mousseline de cresson, beurre citron » comme une douce caresse tiède et acide. Desserts pas en reste, à peine sucrés, comme ces « figues Soliès rôties, crumble café, glace pain d’épice » en ode automnale.

Et si l’on vous dit qu’en plus les betteraves – comme de nombreux légumes – proviennent du jardin familial, vous aurez compris que chez Caillebotte, on cuisine avec le cœur. Alors avant que la foule ne s’empare de ce petit miracle, courez vite y faire battre le vôtre (de cœur).

Formule déjeuner : 18 € / Plat du jour : 14 € / Menu : 34 €

Nom du lieu Caillebotte
Contact
Adresse 8 rue Hippolyte Lebas
9e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au vendredi de 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 22h30. Fermé le samedi et le dimanche
Transport Métro : Saint-Georges, Notre-Dame-de-Lorette, Le Peletier ou Cadet

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
1 person listening
Thibaut C

"title"


Le meilleur bistrot gastro du quartier! L'équipe jeune et sympa vous reçoit dans une ambiance décontractée. La cuisine est inventive et pleine de saveurs. Menu bon marché le midi si vous prenez le plat du jour. Par contre addition salée dès que l'on commande à la carte!