David Toutain

Notre sélection
1/5
© Thaï Toutain
2/5
© Thaï Toutain
3/5
© Thaï Toutain
4/5
© Thaï Toutain
5/5
© Thaï Toutain
Tour Eiffel

Comment vous décrire le restaurant de David Toutain ? Beaucoup d'encre a déjà coulé depuis l'ouverture de ce lieu éponyme en décembre 2013. C'est un peu comme arriver après la bataille, mais ce n'est pas désagréable. Il faut dire que le jeune chef, remarqué dans les cuisines grandes ouvertes de l'Agapé Substance, avait fait monter la sauce en désertant la capitale, le temps de rêver son restaurant, d'élargir ses influences, de voyager, d'affirmer ses inspirations. Et puis l'enfant prodige était revenu au pays. Attendu au tournant, bien évidemment.

On le retrouve dans un lieu vaste et soigné, agréablement déployé, comme si l'air avait enfin la place de passer. Une décoration qui obéit aux diktats des temps qui courent, mais qui réussit à joliment se démarquer. Un beau design terrestre, épuré et minéral auquel vient s'ajouter un petit côté cabinet de curiosité végétal. Ici, on a mis sous cloche de drôles de légumes aux formes incongrues, comme pour rappeler que le produit est roi, que c'est la nature qui dicte sa loi. Des produits que l'on retrouve anoblis dans les assiettes. La cuisine de David Toutain ne démérite pas sa réputation, au contraire. Elle glisse sur le fil, pourrait soudain en faire trop ou pas assez, mais s'amène intelligente, ronde et piquante. Jamais décevante, pleine de surprises et de coups d'éclat. Des anguilles fumées déposées sur une crème de sésame noir, accompagnées de petits dés de pomme Granny. Un oeuf basse température, entouré d'une crème de maïs au cumin. Une asperge escortée de mousse de citron et de parmesan.

Les assiettes arrivent, la discussion se suspend alors quelques instants. On observe, on goûte, on se laisse embarquer par l'histoire. Le chef inspiré ne perd pas le fil de son récit, pointu mais abordable, habité par un bel esprit, aussi exigeant que ludique. On se régale bien sûr, mais l'on s'amuse aussi. A retrouver ces salsifis dissimulés dans une assiette boisée que l'on ira tremper dans une petite purée de panais et de chocolat blanc, à déloger ces brioches fumées qui arrivent blotties dans le foin, à choisir parmi un beau panel le couteau qui servira à trancher cette échine de porc, vêtue de champignons au café et de crumble de noisette, à voir cette grande table nue s'habiller petit à petit, se composer, se décomposer ou encore à retrouver le goût du chou-fleur dans un dessert au chocolat et à la noix de coco. Ca pourrait ressembler à de l'esbroufe, mais ça sonne juste. Du début à la fin. Comme si l'homme avait un ingrédient secret pour faire prendre la pâte. Le talent, évidemment, allié à la passion, à l'humilité ou à un vrai sens du partage. D'ailleurs, ici, tout le monde a l'air bien. Le service s'active, la mine heureuse, jonglant avec instinct entre tenue et décontraction.

Evidemment, tout cela a un prix. Et pas des moindres, menus à 42 (au déjeuner), 68, 98 ou 158 euros. Mais il y a, ici, tout ce que l'on demande à un grand restaurant. Avec un petit truc en plus.  

Nom du lieu David Toutain
Contact
Adresse 29 rue Surcouf
7e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au vendredi au déjeuner et au dîner. Fermé le samedi et le dimanche
Transport Métro : Invalides ou La Tour-Maubourg
LiveReviews|0
1 person listening