Les meilleurs disquaires indépendants de Paris

Back dans les bacs

1/9
© NH / Time Out Paris
2/9
© EChirache
3/9
© NH / Time Out Paris
4/9
© EChirache
5/9
© NH / Time Out Paris
6/9
© NH / Time Out Paris
7/9
© NH / Time Out Paris
8/9
© NH / Time Out Paris
9/9
© NH / Time Out Paris

Non, il n'y a pas que la Fnac ou l'iTunes Store pour acheter de la musique. On peut aussi visiter l'un des nombreux disquaires parisiens, tenus par des êtres tout ce qu'il y a de plus réels, équipés le plus souvent de deux bras, deux jambes et d'une tête, et tout à fait disposés à vous conseiller ; ce qui tombe plutôt bien puisqu'en général ils aiment ça, la musique.

Paris ne manque en effet pas de boutiques de disques, malgré les fermetures en série ces dernières années, que ce soit dans le 9e (Planet Rock), le 18e (Planet Music) ou le très sinistré 5e arrondissement (les cinq Jussieu Music, Dysphorie). Dans les années 1990, la grande distribution avait déjà englouti une bonne partie du secteur, et les disquaires survivants n'étaient pas franchement rassurés concernant l'avenir de leur profession - la galette ne nourrissait plus. Ironie du sort, les grandes enseignes sont aujourd'hui elles-mêmes menacées par la vente en ligne. Quant aux indépendants... Disons que leur situation est comparable à celle des libraires qui, finalement, souffrent moins de la crise actuelle que d'autres secteurs, puisqu'ils affrontent des baisses de vente depuis plus de vingt ans. A ceci près que les disquaires, eux, n'ont jamais profité d'une TVA réduite ou d'un prix unique.

Un sombre constat qui fait oublier un peu vite les récentes et nombreuses ouvertures de très bonnes crèmeries comme Souffle Continu, Music Fear Satan ou L'International Records. Pas de panique, donc. Il existe des solutions, et ce qui fait avancer ces professionnels - comme ce qui pousse les clients à préférer un disquaire de quartier - c'est une passion intacte pour la musique. A vous de profiter de cette sélection pour décider dans quelle boutique vous aventurer, et troquer cuivre et papier-monnaie contre plastique et vinyle.

Nos disquaires préférés

Music Please

En sortant de chez Music Please, on se dit que oui, c’est ça, on devrait aller chez son disquaire comme on va chez un pote, tailler le bout de gras, écouter de la musique, détailler la déco et ramener un souvenir ou pas. Comme le veut le poncif, on passerait des heures à... Lire la suite

En savoir plus
Canal Saint-Martin

L'International Records

Comme tout Parisien qui se respecte, ou comme tout touriste bien informé, on parie que vous avez déjà mis les pieds à l’International. Non ? Dans ce cas on vous en parle juste là, et surtout on vous recommande vivement d’aller voir un concert là-bas un de ces soirs... Lire la suite

En savoir plus
Oberkampf

Souffle Continu

Ouvert en 2008, Souffle Continu est vite devenu l’un des poumons musicaux du quartier. La faute à ses patrons, Bernard et Théo, duo passionné de vinyles et avide de découvertes privilégiant les musiques actuelles, sans pour autant bouder les fondamentaux. Lire la suite

En savoir plus
11e arrondissement

Exodisc

On pourrait rester là des heures à bavarder avec Larry, perdu entre fuzz et réverb’ parmi des milliers de vinyles et à peine moins de compacts. Ca n’est pas un hasard si cette boutique de la rue du Mont-Cenis, à deux pas de la mairie du 18e, résiste aux hypers et autres... Lire la suite

En savoir plus
18e arrondissement

Music Fear Satan

Tout a débuté en 2004 avec une liste de vente par correspondance qui proposait une sélection de nouveautés, dans tous ces styles qui font de vous le voisin à abattre : doom, sludge, noise rock, death et black metal, etc. Puis un jour, Nicolas en a eu marre... Lire la suite

En savoir plus
Charonne

Born Bad

Voilà une boutique de disques au caractère bien trempé, où la clientèle sent le cuir, la chaîne de moto et l’aiguille de tatouage. Un peu comme si Born Bad, fils bâtard de ces disquaires de Soho circa 1977, à l’époque où le punk était roi et le futur n’avait pas d’avenir... Lire la suite

En savoir plus
11e arrondissement

La Fabrique Balades Sonores

Un vent nouveau souffle décidément sur les disquaires parisiens. Voilà quelques années que de nombreuses boutiques ouvrent leur porte (ça change des fermetures à répétition, on ne s’en plaindra pas), mais surtout repensent l’espace et la vocation de ces lieux... Lire la suite

En savoir plus
Rochechouart

Plus de bruit

Installé dans sa boutique depuis dix-sept ans, Jean-Paul est une figure incontournable du quartier. Ca n’est donc pas un hasard si l’on croise derrière cette façade jaune beaucoup d’habitués, venus voir ce que le patron a reçu depuis leur dernier passage... Lire la suite

En savoir plus
9e arrondissement

L'atypique

Walrus

Le réchauffement climatique a parfois des effets inattendus. Depuis avril 2014, un morse (« walrus » en anglais) a en effet élu domicile près de la gare du Nord, dans une rue passante plus habituée aux décollages de pigeons. Comme son congénère mammifère, cette adresse fait figure d’exception à Paris : un disquaire certes, mais aussi un bar où il fait bon venir boire un café et discuter, échanger sur la musique bien sûr, et pourquoi pas sur d’autres sujets. Lire la suite

En savoir plus
Gare du Nord/ Gare de l'Est

Les autres disquaires

La Source

La Source est l’un des rares disquaires parisiens qui se consacrent uniquement aux musiques électroniques. A l’origine du projet, on retrouve Xavier de DDD Records, rescapé de sa précédente boutique My Electro Kitchen, et l’équipe de Smallville Records Paris. Deux labels pour une boutique qui se veut le point de jonction entre les disques et la scène. Côté disques, même si les quatre murs du 46 rue Albert Thomas ne croulent pas sous les galettes, les références sont suffisamment pointues et les arrivages assez réguliers pour attirer aussi bien une clientèle de DJ que d’amateurs de techno, house, jungle, electronica, etc. Parmi les labels représentés, on retrouve évidemment Smallville et DDD, mais aussi Workshop, Dial, Giegling ou White, pour une sélection qui couvre des sorties aussi bien françaises, allemandes ou anglaises qu’américaines et néerlandaises, avec quelques disques en occasion. Versant scène et DJ set, la Source organise régulièrement des événements dans son bel espace, et se fait le relai des concerts en lien avec DDD ou Smallville. Et, comme la devanture de la boutique illustrée par Stefan Marks le laissait présager, on y trouve également quelques revues et livres d’art, en plus de t-shirts du dernier chic dans le milieu. Bref, de quoi faire remonter votre indice hype et arty auprès de vos amis et connaissances.

En savoir plus
République

Heartbeat

Ouvert en 2013, Heartbeat est un peu le petit frère de ses aînés Bettino et Superfly, situés dans ce quartier décidément riche en disquaires. Ici il est surtout question de black music et de collectors, ce qui n’empêche pas d’y trouver aussi du rock, du hip-hop et de l’électro. Et qui dit « collectors » dit état parfait, du disque comme de la pochette ; certaines pièces se négocient d’ailleurs plusieurs milliers d’euros. Pour 30 ou 40 euros, on peut déjà ressortir avec un vinyle relativement rare, le sourire aux lèvres. Si ses dimensions sont modestes, Heartbeat regorge tout de même de raretés, et s’adresse à une clientèle de connaisseurs : ici une majorité d’originaux et donc pas de neuf (à part quelques repress triés sur le volet), et uniquement sur vinyle. De l’occasion haut de gamme donc, et une bonne adresse pour chiner et enfin trouver ce foutu album après lequel on court depuis des années.

En savoir plus
Charonne

Ground Zero

Notre sélection

Un peu à l’écart des autres disquaires du coin, Ground Zero s’est pourtant rapidement fait une réputation au-delà du 10e arrondissement. Il faut dire que les clients habitués de la précédente adresse, vers Oberkampf, ont suivi. Et on les comprend : la boutique dégage un je-ne-sais-quoi d’unique à Paris, et évoque les record shops à l’anglo-saxonne. Déco soignée, choix de vinyles imposant (en 33 et 45-tours), neuf et occasion, raretés et nouveautés, goodies… tout y est pour contenter le vinyl maniac (et le CD addict) en quête de nouvelles vibrations sonores. Principalement orientée rock indé (sans oublier quelques bacs réservés à la black music et le sous-sol consacré aux musiques électroniques), la sélection étonne par sa profondeur, proposant de l’autoproduction et pas mal de petits labels français ou étrangers introuvables dans les grandes enseignes. Quoi de plus logique pour un disquaire indépendant, l’un des premiers à bénéficier du soutien financier et logistique du CALIF (Club action des labels indépendants français), que de défendre d’autres indépendants et, surtout, une culture musicale alternative ? Ground Zero ne s’y est pas trompé, et d’autres disquaires ont depuis suivi la même voie.

En savoir plus
10e arrondissement

Nationale 7

Plus qu’une annexe de Ground Zero, cette boutique également imaginée par Franck et son associé Max s’ouvre au design sans négliger la sélection musicale. Si ces deux vices vous sont familiers, vous trouverez-là de quoi perdre plusieurs fois votre âme. Avec la musique d’abord, soit une avalanche de références en nouveauté (uniquement en vinyle) et pas mal d’occasions aussi, dans le même esprit et les mêmes styles que la maison-mère (pop, rock et black music, le tout au sens large). Et qui dit que, venu pour une galette, vous ne ressortirez pas plutôt avec un meuble ? Ou l’une de ces merveilleuses platines vinyles Pro-ject, dont Nationale 7 est l’un des rares distributeurs à Paris ? Attention tout de même, si les vinyles neufs restent à des prix moyens, le mobilier d’époque (années 1950-60 principalement) a eu le temps de prendre de la valeur, qu’il s’agisse des lampes, tables, chaises ou de ce superbe et massif jukebox dont vous avez toujours rêvé. Si vous aimez vous faire du mal, passez tout de même au sous-sol histoire de rêver devant une nouvelle installation hi-fi, idéale pour savourer au mieux vos dernières acquisitions musicales. Après un passage chez Nationale 7, pas sûr que vous repreniez tout de suite la « route des vacances ». Mais au moins, vous en aurez pris plein les yeux et les oreilles.

En savoir plus
Gare du Nord/ Gare de l'Est

Fargo Store

Notre sélection

Que vous aimiez la musique ou non, la boutique Fargo ne manquera pas d’attirer votre regard. Impossible de la rater avec sa vitrine boisée et ses néons rétro qui évoquent la devanture d’un disquaire de San Francisco. Et pourtant, vous êtes bien à Paris, à deux pas du canal Saint-Martin. Ouvert depuis début 2010, le Fargo Store a très vite su s’implanter dans le quartier, avec une sélection équilibrée dans des formats variés : ici on revendique l’étiquette « country », comme un territoire sonore qui s’étend du classic rock à la pop, de la folk à la new wave. Compacts, vinyles, t-shirts, affiches de concerts, livres et magazines… un lieu idéal pour (se) faire des cadeaux, qu’il s’agisse d’un album ou de tout ce qui tourne autour de la musique et de l’« art rock ». On peut également assister, dans ce cadre chaleureux et intimiste, à des showcases en entrée libre ou sur concours (Moriarty, Steve Smyth…), des écoutes en avant-première (dernier album de Tom Waits) et croiser quelques stars (Lords Of Altamont, Neal Casal). Et, bien sûr, (re)découvrir les productions du label du même nom, Jesse Sykes, Alela Diane et Andrew Bird en tête.

En savoir plus
11e arrondissement

Le Rideau de Fer

Notre sélection

Idéalement situé au pied du Sacré-Cœur, le Rideau de Fer est un peu le petit frère de Plus de bruit (dans le 9e), avec une politique de prix aussi basse que celle de son aîné et son large choix de bandes dessinées. Pourtant, vous pourrez très bien visiter les deux dans la même après-midi, tant les bacs du Rideau proposent une sélection de vinyles large et pointue : jazz, blues, rock, électro, musiques de films et leurs dérivés. Reprise il y a un an, la boutique – qui avait jusqu’alors des allures de grenier – a été cleanée et repensée par un duo de passionnés qui se partage ses horaires d’ouverture. Ca ne paie pas encore des masses, mais on ne peut que leur souhaiter d’attirer une clientèle qui leur deviendra forcément fidèle vu les affaires qu’on peut y réaliser – ici la galette coûte 8 à 10 euros en moyenne, des prix qui incitent aussi à découvrir –, la qualité et le bon état relatif des disques proposés. En somme, une adresse intéressante pour les chineurs et curieux, où l’on pourra repasser souvent.  

En savoir plus
18e arrondissement

Bimbo Tower

Notre sélection

Bienvenue dans le temple du bizarre, la Mecque du freak weirdo en quête de nouvelles sensations sonores après avoir ingurgité les discographies complètes et dans le désordre de John Zorn, Tangerine Dream et Albert Ayler. Un type qui n’a peur de rien, croit avoir tout entendu et n’arrive plus à s’endormir sans avoir écouté le décollage d’un Airbus A330 gravé sur microsillon trouvera ici de quoi contenter ses écoutilles pour quelques années. On se demande encore comment il est possible de réunir autant de bizarreries sonores dans une pièce de 20 m2 (library music, expérimental japonais, BO slovaque), à faire passer pour des aristos aux oreilles sensibles les types de Born Bad. M’enfin. Poussée la discrète porte d’immeuble du passage Saint-Antoine (en face d’un hammam), vous comprendrez qu’un détour chez Bimbo Tower est une expérience unique, autant pour les yeux que pour les oreilles. Un lieu idéal pour trouver un cadeau à votre « pote-DJ-qui-a-tous-les-skeuds-de-la-terre » : celui-là c’est sûr, il ne l’a jamais vu. Et si vous ne trouvez pas son bonheur, peut-être dénicherez-vous le vôtre dans l’imposant choix de comics, BD, fanzines et essais proposés.

En savoir plus
11e arrondissement

Groove Store

Notre sélection

Incontournable pour les fans de black music, du jazz au hip-hop 90’s, de la soul au disco, Groove Store est depuis près de dix ans une référence à Paris et en France. Et pour cause : Alexis, le patron, vit maintenant aux Etats-Unis (il a d’ailleurs ouvert un autre magasin à Chicago) et fait régulièrement parvenir au 29 rue des Dames des pressages originaux dénichés çà et là. Son beau-frère, Elie, tient la boutique avec son pote Fred, dans une ambiance franchement décontractée et accueillante. Du coup, on n’hésite pas à leur demander conseil ; parmi leurs derniers coups de cœur, le ‘I’ve Been Lonely For So Long’ de Frederick Knight et les albums d’Eddie Russ. Et surtout, on se laisse vite tenter par les nombreuses galettes à 6 euros pièce (dans tous les styles) et les fréquentes promos sur le stock, renouvelé très régulièrement ; la boutique n’est pas très grande mais bien aménagée, avec pas mal de pochettes en facing et une table d’écoute. Groove Store propose également une sélection pop-rock, moins intéressante au niveau des prix mais qui a le mérite de compléter l’offre.

En savoir plus
17e arrondissement

Illogicall Music

Si vous avez l’habitude de traîner vos guêtres rue Blanche, sûr que vous avez déjà remarqué cette devanture violet pétant et sa vitrine scindée en deux – collectors de variété internationale d’un côté, disques pop/rock de l’autre – sans peut-être avoir osé vous y aventurer. La boutique de Renan, ouverte en 2009 après plusieurs années de vente sur le Net, a en effet tout de l’antre du fan complétiste passionné, dévoué à ses idoles et à ceux qui les aiment. Autant dire qu’il fait un peu figure d’ovni dans le quartier, voire à Paris, puisque la plupart de ses confrères disquaires tendent à diversifier au maximum leur catalogue. Spécialiste donc, mais pas sur n’importe quel artiste : chez Illogicall, les stars s’appellent Madonna, Britney, Gainsbourg, Indochine, Michael Jackson, Johnny (on vous laisse deviner lequel) et Mylène. Oui, surtout Mylène, comme en témoigne la déco de la boutique, notamment composée d’un décor de tournée. Bref, de quoi occuper une vie de monomaniaque, entre collectors, services de presse, disques d’or, et autres goodies. Pour les autres, une belle sélection de pop/rock des années 1960 aux années 1990 devrait vous occuper un moment, tant on gagne à fouiller dans ces bacs. Alors la prochaine fois que vous passerez devant, prenez votre temps, respirez un bon coup, et Sésame s’ouvrira.

En savoir plus
Pigalle

Librairie Parallèles

Notre sélection

Comme son nom ne l’indique pas, la librairie Parallèles est peut-être plus connue pour ses bacs gorgés de CDs et vinyles en fond de magasin que pour ses rayonnages de livres, au demeurant forts intéressants (n’hésitez pas à feuilleter les beaux-livres sur la musique ou les nombreux fanzines au passage). Tandis que la plupart d’entre nous vont à la Fnac pour trouver les dernières nouveautés à des prix exorbitants, certains préfèrent passer chez Parallèles. Et pour cause : on y trouve souvent des albums neufs et emballés à moins de la moitié du prix. A dominante rock, le stock bouge régulièrement en raison des nombreux habitués repartant avec une pile de CDs, ou de types passés revendre ou échanger une partie de leur collection. Même si l’on peut regretter le manque de choix en musiques électroniques ou expérimentales, Parallèles demeure un très bon généraliste, qui défend l’idée d’une culture accessible à tous les budgets. Le bon plan de la capitale pour les accros aux skeuds.

En savoir plus
1er arrondissement
Afficher plus

Commentaires

14 comments
Olivier B
Olivier B

Techno Import , 16 rue des Taillandiers !!! la meilleure offre House/techno sur Paris...

Deuche
Deuche

Si vous recherchez du collector de qualité
Allez chez ROCK PARADISE dans le 15éme

Dlm722
Dlm722

Savez vous si on pourra trouver le dernier album de Pink Floyd  "The Endless River"  (sortie normalement le 10 Novembre) avant , chez un disquaire indépendant sur Paname ? 

Merci par avance. 

Musicalement votre.

playthafunk
playthafunk

Super ces articles détaillés et bien écrits sur les record shop à Paris, contrairement à d'autres bien plus légers et pas très intéressants ... Par contre, il a été cité, mais dommage de ne pas en avoir fait une "page", le disquaire Betinos (rue St Sébastien 11ème) qui vaut le détour, le magasin regorge de bon disques soul/funk/disco, mais aussi d'une grosse sélection House !

Nicolas Hecht
Nicolas Hecht moderator

@playthafunk Merci beaucoup, votre commentaire fait chaud au cœur ! J'espère que la sélection vous a été utile. Concernant Betinos, il a en effet très bonne réputation, comme quelques autres sur lesquels je n'ai pas encore écrit. Mais je compte bien mettre à jour une nouvelle fois cette sélection.

Kinromalin
Kinromalin

Ne pas oublier "Pop Culture Shop" au 23 rue Keller dans le 11ème  : incontournable pour les amateurs d"indie pop et de garage ! 

FloKon P
FloKon P

@Hédo N petite boutique par sa taille de gros son reggae , dub, reggea , roots 

Big Bill
Big Bill

Cette sélection est vraiment cool, j'étais loin de connaître tous ces disquaires ! Ce serait bien de trouver un référentiel du genre pour les boutiques en lignes de vinyles aussi, je veux dire les petits disquaires / distro qui n'ont pas de magasin, un peu comme ce passioné du métal de http://altsphere.com dans le genre. En tout cas je vais aller visiter ces adresses sous peu !

Bangus5177
Bangus5177

Bien trouvé le Music Fear Satan ! J'irais y jeter un oeil, mais vous en avez oublier un : Crocodisk !Métro Maubert Mutualité, 42 Rue des Écoles, 75005 Paris ;) La boutique est en deux parties : Gauche = Métal/Hard rock/Variété Française et Internationale/Blues et Droite = Rap/Hip-Hop/Soul/Funk/Disco. Enjoy ;)

Urban
Urban

Un grand oublie permis les meilleurs disquaires parisiens , Musiques Musiques , 13 rue Gerando Paris 9 métro Pigalle , une des meilleure sélection vinyle import sur Paris, ( apparemment le patron de cette boutique se donne beaucoup de mal à rassembler toutes ces merveilles , brio la lui.