Dead Can Dance

Pour la première fois depuis sept ans, le groupe culte Dead Can Dance revient en France, au Grand Rex à Paris. Souvent utilisée à tort et à travers, l’expression « groupe culte » n’est ici pas galvaudée. Elle prend même tout son sens, tant Lisa Gerrard et Brendan Perry sont parvenus à hypnotiser les foules au fil d’une œuvre incroyablement riche, fluctuante et éclectique. Formé en 1981 à Melbourne, le duo a rapidement migré à Londres, où la scène gothique et post-punk les a accueillis. Dans un premier temps, le groupe s’oriente vers ce type de musique, tout en montrant déjà les signes d’une singularité originale : les influences mystiques de Lisa Gerrard, passionnée de musique liturgique, médiévale et classique se conjuguent de manière idéale aux climats plus rock de Brendan Perry. Les premiers albums de Dead Can Dance sont donc empreints de cette atmosphère sombre et éthérée mêlant chants grégoriens, new wave et les prémisses d’un goût pour les folklores traditionnels du monde entier. Le passage aux années 90 verra logiquement le duo prendre un virage plus lumineux, marqué par les musiques traditionnelles nord-africaine, sud-américaine, orientale, mais aussi les polyrythmies tribales. Le résultat reste somptueux et leur dernier chef-d’œuvre en date, Spiritchaser, atteint des records de ventes pour le groupe. Mais Brendan Perry et Lisa Gerrard sont alors arrivés au tournant d’une carrière sur laquelle les deux artistes ne s’entendent plus. En 1998, Dead Can Dance se sépare et chacun décide de tenter l’aventure en solo, jusqu’en 2005 où ils se réunissent pour une tournée exceptionnelle. Récemment, l’annonce de nouveaux concerts par le groupe a réveillé les fans, qui attendent avec impatience un show probablement magique et un nouvel album, 'Anastasis'.

LiveReviews|0
1 person listening