Grizzly Bear

  • Musique
Notre sélection

Dans la mythique salle de l'Olympia, Grizzly Bear jouera son dernier album, ‘Shied’, un petit bijou ciselée comme de l’or, brillant comme un diamant, que l’on attendait impatiemment depuis trois ans. Étonnamment signé chez Warp, un label plutôt branché électro, ce groupe a le don de façonner une musique mise à nue, aussi mélancolique que lumineuse. La voix claire et intense d’Ed Droste, également compositeur de la plupart des morceaux, y est pour beaucoup dans l’intensité harmonique et la sensibilité de leur musique, fracturée de syncopes abyssales et de jeu de batterie papillonnant crescendo et éclatant en rock extatique. Elle n’est pas sans rappeler celle de Radiohead (qui apprécient leur musique au point de les avoir programmé en première partie de leur show en 2008).  Si leurs deux premiers albums passent relativement inaperçus aux oreilles du grand public, c’est ‘Veckatimest’ en 2009 qui met une claque à la scène indé saturée de chanteurs rock folk qui misent tout sur leur voix et des balades à la guitare sans relief. Les tubes « Two Weeks » et « While You Wait For The Others » innondent  les ondes radios et les pubs télé. Ce nouvel opus, qui compte moins de superposition d’instrument et d’arrangements sophistiqués, a été produit par Chris Taylor et composé à quatre mains, comme l’explique Ed Droste dans une interview accordée à Time Out. On attend impatiemment leur live qui promet d’être expérimental, puissant et intimiste.