Les 70 meilleures pochettes d'albums français

En pop et en rock

0

Commentaires

Ajouter +

© Agathe Monnier

© Agathe Monnier


C'est fou ce qu'une pochette peut raconter sur un pays, sa culture et sa musique. Après avoir compulsé un nombre incalculable de pochettes d'albums, nous pouvons affirmer que la singularité de la pop et du rock en France, c'est d'avoir d'abord mis en lumière des artistes solo - les idoles - plutôt que des groupes, à l'inverse du monde anglo-saxon durant les années soixante. C'est par conséquent le visage des chanteurs et chanteuses qui ornent dans un premier temps les couvertures de disques, et il faut attendre le rock progressif, la fusion jazz-rock, puis le punk pour voir des groupes français apparaître. Ce sont d'ailleurs les formations de rock progressif comme Ange, Heldon ou Magma qui les premières vont laisser libre cours à l'imagination des dessinateurs et photographes pour illustrer leurs 33-tours, à une époque où rock et bande dessinée commencent à se faire de l'œil.

En filigrane de ce classement, dont les catégories sont un peu grossières pour des raisons de format, le lecteur apercevra toute l'histoire du rock français, sa part de glorieux ancêtres (Gainsbourg, Dutronc, Noir Désir, Bashung...) comme sa part d'obscurs génies (Ronnie Bird, les Dogs, les Thugs...). Bien entendu, le lecteur comblera lui-même les vides et rappellera à notre bon souvenir les grands oubliés de cette sélection, mais surtout il pourra se ruer sur tous les disques ici présents, autant de preuves que le rock français n'est pas « comme le vin anglais » selon l'adage simplet de John Lennon. Non, le rock français a produit sa part de mythes à lui, avec moins de virulence et plus de douceur sans doute que les Anglo-Saxons, à l'aide d'une imagerie tour à tour sexy, gouailleuse, épurée, foisonnante, la plupart du temps incarnée par un visage, un regard, des corps. Comme le bon vin, à consommer sans modération. 



L’avis des utilisateurs

0 comments