Marcus Miller

© Kumiko Higo
Olympia, 9e arrondissement jeudi 27 juin 2013 20:30 - 0:00
Acheter des tickets

Multi-instrumentiste surdoué, Marcus Miller a donné à la basse électrique ses lettres de noblesse. Il entre dans la légende dans les années 1980 en composant avec Miles Davis le mythique album 'Tutu'. Un an après avoir rendu hommage à son mentor avec Herbie Hancock et Wayne Shorter, il présente en 2012 son nouvel album, 'Renaissance'.

Le bassiste et compositeur de jazz fusion y signe en effet sa « renaissance », un passage de témoin entre lui et la jeune génération, comme l’a fait vingt ans plus tôt Miles Davis avec le jeune homme qu’il était. Pour enregistrer cet opus, il s’est entouré de la nouvelle garde new-yorkaise qui n’a pas plus de 25 ans : Alex Han aux saxophones, Louis Cato à la batterie, Maurice Brown à la trompette et Kris Bowers aux claviers principalement. Avec son sens du groove incomparable, Marcus Miller excelle dans l’art de composer et jouer un jazz-funk très groovy, presque sans guitare. Son slapping impressionnant mais pas ostentatoire laisse place à la virtuosité et aux solos de chacun. Les huit compositions sont jalonnées de cinq reprises surprenantes, revisitées en profondeur.

Parmi les treize morceaux, les addictifs "Detroit" et "Redemption" sont écrits comme des dialogues énergiques entre les cuivres et la basse, ponctués par des solos incroyables de Miller. Sur le très funky "Slippin’ into Darkness" (de War), le beat imparable joué par la basse et les cuivres donne envie de danser tandis que "Setembro" (d’Ivan Lins) joue dans un registre latin jazz : Marcus Miller à la clarinette basse s’entoure ici de Gretchen Parlato et du chanteur de salsa Ruben Blades. Puis un "Jekyll & Hyde" plus électrique, un "Revelation" crescendo laissent place au calme "Gorée (Go-ray)". Les tonalités graves et feutrées de la clarinette basse de Miller contrastent avec les envolées claires du saxophone. "Tightrop", de Janelle Monae, est une reprise très rock’n’roll sur laquelle Miller (qui s’en donne à cœur-joie sur son solo) répond à Dr John, pianiste et chanteur de boogie woogie. Enfin, l’album fini par une surprenante reprise de Michael Jackson "I’ll Be There", une ballade blues à la basse, nue et épurée, très poétique. Des titres à retrouver probablement transcendés sur la scène de l’Olympia, le 27 juin 2013.

Nom du lieu Olympia
Contact
Adresse 28 boulevard des Capucines
9e
Paris

Transport Metro: Madeleine, Opéra
Prix 72 €
Site Web de l'événement http://www.olympiahall.com/programmation