Roy Ayers + Chlorine Free

DR

De Miles Davis à Fela Kuti, le vibraphoniste Roy Ayers a tout connu des musiques noires. Derrière son vibraphone ou son microphone, Roy Ayers a passé toutes ses vies musicales à brouiller les pistes, abattre les cloisons et élargir les esprits. Sans doute les effets du soleil de sa Californie natale où après avoir fait ses classes sur la scène purement jazz aux côtés de géants (Phineas Newborn,  Herbie Mann, Hampton Hawes), il s’est ouvertement tourné vers des sonorités plus groovy aux commandes notamment de son groupe Ubiquity. Créateur de l'acid jazz, les rappeurs (Puff Daddy, Guru, GangStarr...) le samplent plus que n'importe qui au monde. C’est dans ce sensuel no man’s land mêlant soul, jazz et funk que Roy Ayers continue à creuser son sillon si personnel, maintes fois copié (et même samplé !) mais jamais égalé. Une philosophie hédoniste résumée dans son tubesque 'Everybody Loves The Sunshine' de 1976.

Première partie : Chlorine Free. Septette de groove français, Chlorine Free a été repéré depuis mai dernier avec le single "D'fish" en rotation sur Radio Nova et qui fêtait la sortie de son premier album 'Start Fresh' le 7 novembre dernier. Ils distillent ensemble un jazz-funk résolument frais, flirtant avec les inspirations électroniques et drum'n'bass.