Wax Tailor & the Dusty Rainbow Experience

Le magicien Wax Tailor revient avec un album-concept qui s’écoute comme un film, l’histoire d’un monde imaginaire dans lequel un jeune garçon part à la recherche d’un arc-en-ciel poussiéreux. Sur 'Wax Tailor & the Dusty Rainbow Experience’, il pousse encore plus loin son délire de trip-hop orchestral cinématographique, mêlant toujours hip-hop, électro et soul, et des samples de films omniprésents pour un opus mystérieux, assez sombre, envoûtant, nourri d’influences musicales multiples, d’interludes parlées, de changements de tempos... On ne s’ennuie jamais, tenu en haleine, comme dans un bon thriller.

Malgré les très nombreux featurings qui pourraient dénaturer l’album, il garde une cohésion dans son tissage musical, et fait la part belle aux voix féminines graves et sensuelles qu’il a l’air de particulièrement apprécier. On aime écouter la magnifique voix de Charlotte Savary sur "Dusty Rainbow", qui collabore avec lui depuis ses débuts. Mais aussi celles de Sara Genn sur "Down In Flames", d’Ali Harter sur "Only Once", Jennifer Charles sur "Heart Stop" et Shanna Halligan sur "No Regrets". L’album compte aussi d’autres featurings masculins, très orientés hip-hop avec les rappeurs Mattic et Elzhi & Akua sur plusieurs tracks, davantage soul avec Aloe Blacc sur "Time To Go".

Avec ses opus de qualité, Wax Tailor a placé la barre très haut, et gagné une reconnaissance internationale. Sacré parcours pour Jean-Christophe Le Saoût, qui a fait ses débuts comme animateur sur une radio locale de Mantes-la-Jolie ! Ce féru de hip-hop et breakbeats connaît le succès dès son premier maxi avec Charlotte Savary, qui le pousse à se lancer en solo. Avec la régularité d’un métronome, il a sorti les albums ‘Tales of the Forgotten Melodies’ en 2005 puis ‘Hope and Sorrow’ en 2007 et 'In the Mood for Life' en 2009, le dernier un peu moins original que les autres, mais tous en rupture avec une vague trip-hop essoufflée et linéaire, grâce à des éléments d’orchestration symphonique et un appétit insatiable pour les samples de films (Hitchcock, Woody Allen, Kubrick, Spielberg ou encore Chaplin).