Kiosques en musique

DR

Près d'une trentaine de kiosques sont investis durant le festival, dans presque tous les arrondissements. Musiques en tous genres s'y côtoient, et déploient leurs ailes à l'air libre. Mais pourquoi dans des kiosques ? La musique classique n'est-elle pas mieux confinée à l'ombre des dorures d'opéras ? La réponse est simple. Ceux qui croyaient les orchestres condamnés à l'acoustique parfaite des salles de concert n'ont qu'à bien se tenir. Souvent exclu des bars, des troquets, en somme des lieux « cools » où sortir, le répertoire des grands compositeurs trouve droit de cité dans cette programmation, entre chansons populaires, percus et musique électro. Au fil de l'été, vous pourrez écouter toutes sortes de chorales, musiques de chambre, orchestres de flûtes ou de cuivres.

Les kiosques parisiens retrouvent vie à cette occasion et renouent avec leur histoire. A l'origine en Inde et en Perse, puis dans les sociétés de cour occidentales, leur structure ouverte de tous côtés, permet d'admirer les jardins depuis le XIIIe siècle. Au XIXe, ils deviennent kiosques à musique. Et le concept ne cesse de séduire. Kiosques octogonaux traditionnels, kiosques Second Empire ou Art déco, la différence est bien toujours celle de l'absence de murs. La musique peut enfin aller chercher tous ceux qui ne faisaient que passer par là, ceux qui n'auraient jamais écouté, ceux dont les oreilles ont fusionné depuis longtemps avec les écouteurs de leur téléphone. Courageux musiciens de plein air ! Aussi, n'hésitez pas à aller applaudir nos artistes classiques, que la mairie de Paris a cruellement jetés en pâture au vent et aux cris des enfants.

La programmation est consultable ici.

LiveReviews|0
2 people listening