Aglavaine et Sélysette

Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

C’est presque à un conte pour enfants que l'on s’attend lorsqu’on entend le titre 'Aglavaine et Sélysette'. Pourtant, cette pièce de Maeterlinck, d’une grande puissance dramatique, se termine bien en tragédie. Une tragédie symboliste, si on peut dire, écrite à la toute fin du XIXème siècle.

Mariés depuis quatre ans, Méléandre et Sélysette vivent dans un château au bord de la mer du Nord. Ils sont très heureux, très amoureux. Méléandre reçoit un jour une lettre d’Aglavaine, femme de son défunt frère, qui, dans une déclaration d’amour, lui demande l’hospitalité. Il y voit alors la possibilité de faire grandir l’amour qu’il a pour sa femme, tout en le partageant. Se constitue alors un étrange trio amoureux où les désirs sont multipliés, échangés. Mais l’équilibre précaire de cette relation triangulaire ne tiendra pas longtemps. Sentant son mari lui échapper, Sélysette, qui voit naître en elle le sentiment de jalousie, finira par se suicider pour céder sa place à la nouvelle venue.

L’écriture de cette pièce est naïve, presque enfantine, malgré la poésie qu’elle recèle. On embarque dans les déchirements de ces trois personnages à la sincérité désarmante mais qui courent allègrement vers leur perte. Célie Pauthe, artiste associée au Théâtre de la Colline depuis 2010, explore cette pièce originale et terriblement mélancolique dans l’œuvre de Maeterlinck.

Site Web de l'événement http://www.colline.fr/
LiveReviews|0
2 people listening