Alex Lutz

Notre sélection
Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Alex Lutz est en latex. C’est en tout cas l’impression qu’il donne au bout d’une heure et demie de spectacle, durant laquelle il prend mille expressions et cent visages. Pas étonnant que certaines personnes aient du mal à en mettre un sur son nom. Pourtant, ce comédien de 34 ans est loin d’être un simple anonyme. Comme il le dit lui-même, il est « vaguement connu », et avec un peu de mémoire et de sens de l’observation, on se rappelle l’avoir adoré en fils de nazi devenu hippie dans 'OSS 117'. Mieux, depuis 2011 Alex Lutz interprète l’inénarrable Catherine de 'La Revue de presse de Catherine et Liliane' dans le "Petit Journal" sur Canal +. Réalisé avec l’aide de son excellent camarade Bruno Sanchez, cette vignette comique est un peu le pendant féminin des 'Cadres', une série diffusée sur Internet qui est sans doute ce que les deux acteurs ont fait de plus original et de plus drôle.

Pour un comique, le passage de la télévision au one-man show (ou son inverse, d’ailleurs) représente toujours un risque de gadin monumental. Pas de montage pour sauver une mauvaise vanne, pas de déguisements, pas d’acolyte pour rebondir, pas d’effets spéciaux ni de musique… Heureusement, Lutz est un comédien hors pair. Sa vive intelligence lui permet d’éviter tous les écueils et d’établir un vrai lien avec le public, hors des éternels jeux qui ont fait le succès des comiques troupiers. Ainsi, quand il fait réciter un texte à l’audience, c’est surtout pour mieux caser certaines digressions et dire combien il n’aime pas prendre les spectateurs pour des moutons juste bons à obéir aux ordres. Même le fameux « ça va ? » lancé à la cantonade au public sur toutes les scènes de France, il s’en moque et le tourne en dérision.

Certes, le spectacle contient son lot de sketches « traditionnels », comme celui sur la vendeuse ou l’acteur porno, mais on y décèle aussi des touches autobiographiques bienvenues, à l’image du passage où Lutz évoque son enfance. Surtout, le comédien démontre une aisance impressionnante dans l’art de portraiturer les gens. Indéniablement, il excelle pour saisir leurs tics, imiter leur langage et leurs intonations, imprimer leurs masques sociaux sur son propre visage. Du directeur de casting insupportable au vieillard cacochyme qui radote, en passant par le singe, l’adolescente et Karl Lagerfeld, sa galerie de personnages est hallucinante de réalisme. Sans oublier cette affiche géniale qui parodie le packaging Kinder, preuve encore une fois que Lutz peut tout faire sans maquillage ni artifices. Jusqu’au final surprenant, qu’on vous laisse le soin de découvrir par vous-mêmes.

Téléphone de l'événement 01 43 27 24 24
LiveReviews|0
1 person listening