Ganesh versus The Third Reich

  • Théâtre
DR

Voilà une création australienne qui avait de quoi intriguer : dès son titre programmatique, ‘Ganesh versus The Third Reich’ fait le grand écart entre hindouisme et national-socialisme. Le dieu-animal contre la bête immonde. Le svastika contre la croix gammée ou comment Ganesh, fils de Shiva et Parvati, se voit chargé par son père de récupérer le symbole sacré à Berlin auprès d’Hitler, pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour faire vivre cette histoire, écrite en partie par des comédiens handicapés mentaux, le directeur artistique Bruce Gladwin a choisi de faire cohabiter deux temps de représentation. La pièce se présente en effet comme la superposition, d’une part d’un conte relatant la quête du dieu-éléphant, d’autre part d’une mise à nu du processus de création du spectacle. Ce qui sur le papier pourrait rebuter (ah, les joies du « méta-théâtre » !) n’est en fait jamais ennuyeux, et l’heure quarante passe relativement rapidement.

Les quatre comédiens en situation de handicap, emmenés par l’impeccable David Woods, parviennent à enchaîner avec un naturel saisissant les deux niveaux de représentation, jusqu’à ce que parfois les situations se rejoignent et se télescopent. Alors que le conte privilégie une approche presque poétique – faite de décors modulables simples, manipulés par les comédiens eux-mêmes – les coulisses de mise en scène donnent lieu à des moments explosifs ou burlesques qui questionnent la différence, le regard du public et les conditions d’existence du spectacle en train de se faire. Dès lors, tout apparaît fragile, souvent touchant, et l’on ne sait plus où se situe la part d’improvisation, de dérapage due à la situation particulière de la troupe – d’autant que certains des comédiens, en particulier Mark Deans, présentent un handicap plus lourd et contraignant sur scène.

Souvent drôle et très libre dans son propos sur le handicap, cette création de la compagnie Back to Back ne tourne pas pour autant à la « foire aux monstres » (phénomène d’ailleurs évoqué) : ici on se contente de confronter avec humour les jeux d’acteur, leur rapport au réel ou à la folie. Si dans la forme ce ‘Ganesh versus The Third Reich’ s’avère tout à fait réussi, le fond manque quelque peu de profondeur, notamment en regard des thèmes abordés : le parallèle fait entre le sort des juifs et celui des handicapés sous le IIIe Reich, par exemple, aurait mérité un traitement au moins égal à la qualité et l’intelligence de la mise en scène. Au lieu de ça, l’ensemble a des airs d’ébauche et un goût d’inachevé. « L’humour comme arme contre les fascismes », arguait le flyer ; à ce régime-là, les extrêmes ont de beaux jours devant eux.

Téléphone de l'événement 01.40.03.75.75
Site Web de l'événement http://www.theatrealavillette.com/
LiveReviews|0
2 people listening