I'm A Man

Notre sélection
1/7
2/7
3/7
4/7
5/7
6/7
7/7
© Paolo SC Campanella

Si l’on devait établir une typologie des cirques parisiens, le Cirque électrique de la porte des Lilas serait sûrement l’un des plus undergrounds. Ici point de costumes kitsch et de merchandising offensif mais des circassiens tatoués, du glam et quelques centimètres de cuir. Sous les guirlandes du Tiger Palace, la bière blonde coule à flot et l’on attend le début du spectacle ‘I’m A Man’ dans une ambiance détendue, presque familiale.

Pour la nouvelle création du Cirque électrique, le metteur en scène Hervé Vallee a fait appel à huit jeunes acrobates, dont quatre originaires de Dakar. Ensemble, vêtus de survêtements colorés, ils vont s’affronter sur la piste, apprivoiser le corps de l’autre, s’entraider, et mettre en danger leur propre équilibre. Si la construction du spectacle fait appel au vocabulaire classique du cirque (main à main, vélo acrobatique, jonglerie), elle dégage une énergie et un dynamisme bien plus proche du hip-hop. Popping, breakdance et human beatbox sont au rendez-vous dans un décor de container fluo et de bassines aux couleurs chatoyantes. Par deux, par six ou en solo, chacun à leur façon, les circassiens vont venir questionner leurs repères, rentrer en collision avec leur individualité et le collectif dans lequel ils évoluent. A force de pyramides humaines, de jonglerie, de triples sauts vertigineux, risquant à chaque instant de tomber, de perdre le contrôle et de rompre le lien qu’ils tissent entre eux. Peu à peu, la traduction visuelle de cette recherche d’identité donne des ailes aux spectateurs. Et pas seulement parce que le spectacle combine scénettes pleines d’humour et numéros périlleux avec dextérité et rythme, mais parce qu’il se dégage de leur entente une bonne humeur et une générosité devenues trop rares sur scène.

Site Web de l'événement http://www.cirque-electrique.com/
LiveReviews|0
0 people listening