Inventaires

© Brigitte Enguerand

On peut compter sur les doigts de la main les spectacles qui des dizaines d’années après, retrouvent le chemin des planches, qui plus est avec la même distribution. ‘Inventaires’ est de ceux-là. Créée au théâtre de la Bastille à la fin des années 1980, la pièce de Minyana reprend du poil de la bête sur la scène du théâtre de Poche fraîchement ré-ouvert (une double renaissance en somme). Séances supplémentaires pour ceux qui étaient trop jeunes pour souffrir du regard magnétique de Judith Magre, de la robe à fleurs de Florence Giorgetti et de la fragilité d’Edith Scob. Car si le texte de l’auteur bisontin fourmille de bons mots et de belles idées, c’est principalement le jeu des trois actrices qui émeut ici. Une partition sensible qui redonne au témoignage de ces femmes fraîcheur et maladresse. Venues à une émission de télévision présenter un objet de leur choix (une robe, une cuvette, un lampadaire), Angèle, Jacqueline et Barbara vont au fur et à mesure de leurs digressions remonter le fil de leur mémoire, accrochant ici et là des souvenirs enfouis, et autres anecdotes oubliées. Principalement articulée autour de monologues, la mise en scène pudique de Robert Cantarella manque parfois d’énergie. Mais que ne pardonnerait-on pas pour une seule heure en compagnie de la sublime Judith Magre ?

Téléphone de l'événement 01 45 44 50 21