L'Art de la fugue

© Maxime Cos

A l’origine, il y avait la partition musicale de Jean-Sébastien Bach. ‘L’Art de la fugue’, œuvre magistrale et inachevée cousue autour de l’idée du contrepoint (pour les mélomanes en devenir, le contrepoint est une sorte de superposition de lignes mélodiques distinctes). Chef-d’œuvre à partir duquel Yoann Bourgeois, circassien de génie et danseur émérite, a décidé d’élaborer son spectacle portant le même titre. Un subtil mélange entre cirque, danse, musique classique et philosophie.

Sur scène, un piano à queue partage l’espace avec un immense cube de bois, large bloc monolithique décortiqué tout au long du spectacle par le couple d’acrobates-danseurs. Quelques lattes de bois qui s’effondrent, un plancher qui coulisse pour libérer un trampoline, des chaises qui se détachent… Au milieu de ce décor vivant, les corps se parlent sans voix, s’envolent et se suspendent en l’air avant de retomber mollement sur le sol. De déséquilibres en rebonds, de disparitions en apparitions, la chorégraphie de Yoann Bourgeois se transforme à l’infini, s’amuse des variations, se joue de motifs. A mesure que le décor se déplie, l’écriture scénique se déploie, mécanique parfaitement huilée tout aussi polyphonique et polysémique que celle de Bach. Aérien et précis, ‘L’Art de la fugue’ de Yoann Bourgeois et Marie Fonte est saisissant de perfection. Et la voix de Gaston Bachelard en écho aux notes de piano, n’en est que plus magnétique. Un véritable hommage au phrasé contrapuntique du compositeur allemand et une déclaration d’amour à la chorégraphie acrobatique. Un spectacle bluffant et drôle, touché par la grâce.

Site Web de l'événement http://www.104.fr/
LiveReviews|0
0 people listening