Le Pouvoir des folies théâtrales

  • Théâtre
  • Théâtre expérimental
© Wonge Bergmann

Jan Fabre revient au T2G pour fêter les 30 ans d’un spectacle qui l’a rendu célèbre : 'Le Pouvoir des folies théâtrales'. Une véritable performance chorégraphique, corporelle et visuelle dont les prémices ont vu le jour en 1984 à la Biennale de Venise et qui aspire à sonner le glas des vieilles traditions théâtrales. Résolument tournée vers l’avenir, cette forme se veut radicalement différente de ses aïeules et évolue au fil des années.

Elle s’apparenterait presque à une forme historique puisqu’elle relate, à travers des dates marquantes de l’histoire des spectacles, l’évolution des mœurs. Comme ce soir de 1876 où Wagner choisit d’éteindre les lumières de la salle et plonge le public de son 'Anneau du Nibelung' dans le noir. Par le spectre de Michel Foucault, il lance des clins d’œil à Georges Bizet, Peter Brook, Richard Strauss ou Maurice Béjart pour parler génies et révolutions formelles. Un détour par un petit conte d’Andersen lui permet de dévoiler hypocrisie, préciosité et jeux de pouvoir, sans se départir d’un humour cinglant. Les acteurs investissent radicalement leurs corps dans cette oraison funèbre de plus de 4 heures.  

Cette performance-fleuve, marquée du sceau violent et emporté des œuvres de Jan Fabre, nous entraîne, de gré ou de force, dans sa propre étymologie.

LiveReviews|0
1 person listening