Dis-moi quelle équipe tu soutiens, je te dirai qui tu es

Article garanti sans le mot « Footix » dedans

0

Comments

Add +
  • L'Uruguay

    Vous êtes né avec une malformation cardiaque, le cordon ombilical autour du cou et des problèmes respiratoires. Vous vous êtes accroché en couveuse pendant trois mois et maintenant vous mesurez 1m85 pour 75 kilos. Vous en avez gardé une affection pour les laborieux, tous ceux qui triment et qui cravachent. Quand vous faites du vélo, vous préférez les côtes à 15 % et vous regrettez qu’il y ait les descentes. Au boulot, vous avez obtenu une augmentation après avoir harcelé votre DRH pendant huit mois à raison d’un mail par semaine et de quelques coups d’épaule menaçants dans l’ascenseur. Il faut dire que vous la méritiez, dans le bureau vous êtes partout, vous envoyez le courrier, vous gérez les dossiers, vous répondez au téléphone, vous recrutez les stagiaires et vous auditez les incompétents. Attention, vous êtes un peu dragueur et vous mettez les mains, comme Luis Suarez en 2010. Vous ne lâchez jamais rien, d’ailleurs vous avez toujours dans la bouche un bout du doigt de ce type qui a voulu chourer votre téléphone dans le métro.

    L'Uruguay
  • Le Brésil

    Ah, le difficile cap des 30 ans… Jeune, vous aviez le feu dans les jambes. Rien ne vous arrêtait, pas même jouer au football dans un aéroport ou vous tondre le crâne en laissant un ridicule petit rectangle de cheveux surplomber vos sourcils comme Ronaldo en 2002. Aujourd’hui, malheureusement, votre gloire est derrière vous. Vous êtes rentré au pays comme Pato et croupissez depuis dans la chambre de vos parents où vous jouez à la console. La lose ? Bah ouais. Le seul truc qui vous rend encore fier commence à dater, à l’instar de Pelé et de ses 1 000 buts dont 300 marqués à l’entraînement. Vos plus grands atouts sont vos cheveux bouclés et deux dents parfaitement écartées d’un bon centimètre qui vous rendent aussi sexy que Dingo. Et pourtant, ça marche. Vous êtes aussi étoilé que la constellation de la croix du Sud et tout le monde vous adore.

    Le Brésil
  • L'Espagne

    © ZM / PanoramiC

    Quand on défend le double vainqueur de l'Euro et détenteur du trophée mondial, évidemment, on ne prend pas le risque d’être reconnu pour son courage. Non, vous êtes plutôt du genre à exercer un métier pour lequel vous vous levez à 10h, l’électro-stimulation est votre seule activité sportive connue, Télérama votre sortie culturelle hebdomadaire et vous enchaînez les victoires 1 à 0. Quelque part, votre manque d’éthique s’est changé en qualité, comme Busquets qui ne sait plus que jouer dans le dos de l’arbitre. Vous êtes par exemple écolo depuis que vous avez appris que les déchets canins fertilisaient les parcs parisiens. Tant pis pour les gosses des autres. Après tout, s’ils jouent avec leur caca, pourquoi ne pas étendre ça à celui des autres ? Quand il s’agit de vous moquer, qu’importe que vous ayez l’air d’avoir une photomatose comme Iniesta, vous vous moquez des plus faibles, des plus laids et des gens qui font la manche sans pieds et sans bras. Vous êtes un gagne-petit, mais au moins vous n’êtes pas un loser.

    L'Espagne
  • La Russie

    © Alex Livesey

    Depuis quelques mois, vos voisins d’à côté s’engueulent entre eux et vous les entendez certains soirs à travers les murs. Vous les connaissez bien, huit ans que vous habitez sur le même palier, alors vous avez décidé de sonner à leur porte. Comme ils sont sympas, ils vous ouvrent. Vous discutez avec eux, vous essayez de comprendre ce qui ne va pas dans leur couple, certains soirs vous passez beaucoup de temps à écouter Catherine, qui vous confie ses soucis avec son copain, Luc Raine. Elle aime bien discuter avec vous, parce que vous la comprenez. Si bien qu’au bout d’un moment, elle se rend compte qu’elle et vous, vous avez toujours été attirés l’un par l’autre d’une certaine manière. Elle finit par quitter Nicolas et emménage avec vous. Maintenant, c’est lui qui vous entend faire l’amour. Ah, au fait, vous habitez à la station de métro Crimée.

    La Russie
  • L'Italie

    Le saviez-vous ? Vous êtes un râleur, du genre particulièrement énervant. Ça vous étonne peut-être encore, mais nous non. Votre mauvaise foi sans doute. On commence à être habitué à vos auto-crocs-en-jambe pour rentrer à la maison plus tôt, comme Ravanelli dans la surface du Parc des Princes un triste soir de 1997, à vos provocations materazzienne et à votre humeur digne d’Antonio Cassano. Vous prenez un PV, vous jurez sur la sainte madone que ce n’est pas de votre faute, la contestation, vous avez ça dans le sang. Vous pensez avoir tout inventé et Eros Ramazotti est pour vous le summum de la classe. En soirée, votre stéréo crache du Bad Boys Blue, du Mike Mareen et du Silver Pozzoli très fort, ce qui fait trembler votre verre de mauvais Spritz. Vous laissez toujours un peu de café au fond du bocal pour ne pas à avoir à le refaire. En réunion, vous la jouez catenaccio : Personne n’attaquera votre bilan comptable et vos RTT. Vous êtes clinquant, très pénible et pourtant extrêmement brillant, au moins autant que vos cheveux gominés.

    L'Italie
  • La France

    © Gwendoline Le Goff

    Dans les soirées, on vous reconnaît tout de suite. Vous êtes celui qui porte du cuir, seulement et toujours du cuir. La première fois que vous vous êtes rendu compte que vous aimiez souffrir, vous étiez encore en culottes courtes. Ce jour-là, un petit Allemand vous avait balancé sa pelle dans la tronche et vous étiez tombé dans le bac à sable, provoquant l’angoisse de votre père qui vous avait tenu la main jusqu’à l’hôpital. Pour vous, ce fut une révélation : le mal, ça fait du bien. Adolescent, c’est en mangeant un yaourt bulgare que vous aviez failli vous étouffer, ce qui avait déclenché votre premier véritable orgasme. Puis, jeune adulte, vous êtes devenu fonctionnaire, vous avez vu un psy, voyagé partout en Europe et appris à vous faire du bien, à vous épanouir. Mais la nature a fini par reprendre le dessus un jour de grève, quand un bus vous a roulé dessus. Six mois de rééducation, un traumatisme durable et quelques prostituées plus tard, vous en êtes maintenant certain : le sadomasochisme, c’est fait pour vous.

    La France
  • L'Allemagne

    La finesse ? Ça ne vous connaît pas. Votre religion, c’est la bratwurst, la bière, le ketchup Heinz et Michael Schumacher, même dans le coma. Vous êtes le Klose de la sustentation, toujours à prendre le plat de frites et le potage tomate sur les aires d’autoroute alors que vous filez droit vers les plages de Palavas, la classe. Vous savez repérer un kébab à 500 m et vous ne vous privez pas pour exploiter ce don de Dieu qui vous permet de survivre en toute circonstance. Certes, parfois, vous tentez des choses à l’image de Mezut Özil, mais vous les ratez toujours lors des grands événements et revenez de suite à la normale, alors vous compensez en roulant dans un gros 4x4 gris et un costard un peu cheap. Si « à poil » veut bien dire pour vous « en chaussettes », vous êtes bien un supporter de la Mannschaft.

    L'Allemagne
  • L'Algérie

    © Louafi Larbi

    Comme à chacune de vos apparitions aux grands évènements, on se demande souvent comment vous avez réussi à entrer. Mystère. Un coup de chance vous a posé au milieu de stars du showbiz avec quelques potes aussi perdus que vous comme le Costa Rica et l'Iran. Votre surnom, le fennec, vous prédestinait à vous faufiler dans les petits espaces à l'image de ce renard du désert. A défaut d’être élégant, ce sobriquet montre que oui, on y peut y arriver avec une volonté de fer. Certes, vous avez du génie mais malheureusement celui-ci travaille pour les autres. On ne va pas se mentir, Karim Ziani et Foued Kadir, ce ne sont plus des seconds couteaux mais bien des couverts en plastique. Vous connaissez tout de même quelques tours qui réussiront à séduire un invité plein aux as, voire à vous offrir une petite victoire en match de Coupe du monde, la première depuis 1982. Pensez bien à remercier votre prof d’anglais qui vous a permis de crier « One, two, three, viva l’Algérie ! ».

    L'Algérie
  • Le Costa Rica

    © Moises Castillo

    A 'Mario Kart', vous jetez toujours votre dévolu sur le petit Toad, à 'Street Fighter 2', vous choisissez le grand et maigre Dhalsim, à 'Fifa' vous vous obstinez à jouer avec Lens contre Barcelone. A Roland-Garros, vous soutenez forcément celui qui perd 6-0 face à Nadal, dans les séries TV en général vous adorez le personnage qui meurt au bout de vingt minutes, votre plus beau souvenir de Coupe de France de foot, c’est quand Calais est allé en finale. Bref, c’est plus fort que vous, il faut que vous défendiez les losers, les petits, les victimes et les faibles. Pour vous, il n’existe aucun mérite ni aucune noblesse à défendre ceux qui sont déjà les meilleurs, et vous savez que c’est dans l’adversité qu’on compte ses vrais amis. D’une certaine façon, vous n’avez pas tort, mais vous y mettez une affectation et un systématisme agaçant. Le jour où le Costa Rica sera racheté par le Qatar, on en reparlera.

    Le Costa Rica
  • La Belgique

    © Nico Vereecken

    Vous êtes un marrant doublé d’un alcoolique. Votre visage est rougeâtre, mais ce n’est pas la bière. Non, dû à votre amour pour les rouches ! Pendant des années, vous étiez un vrai cancre, mais la roue a tourné et vous êtes devenu aussi hype qu’un bob Ricard ou qu’une main PMU. L’incompréhension générale qui accompagne cela vous passe par-dessus la tête et par-dessus la pinte : tout ce qui compte, c’est que les diables rouges vont faire enfin se lever les stades pour une autre raison que la buvette. Enfin, ça ne changera pas vos bonnes vieilles habitudes. Pas de raison de laisser la bonne humeur au stade du pays de Charleroi. Le problème, c’est que de la Coupe du monde, vous ne verrez jamais un seul match, trop occupé à récupérer de la veille. C’est pas grave, personne ne s’est amusé autant que vous et vos petits diables rouges.

    La Belgique

L'Uruguay

Vous êtes né avec une malformation cardiaque, le cordon ombilical autour du cou et des problèmes respiratoires. Vous vous êtes accroché en couveuse pendant trois mois et maintenant vous mesurez 1m85 pour 75 kilos. Vous en avez gardé une affection pour les laborieux, tous ceux qui triment et qui cravachent. Quand vous faites du vélo, vous préférez les côtes à 15 % et vous regrettez qu’il y ait les descentes. Au boulot, vous avez obtenu une augmentation après avoir harcelé votre DRH pendant huit mois à raison d’un mail par semaine et de quelques coups d’épaule menaçants dans l’ascenseur. Il faut dire que vous la méritiez, dans le bureau vous êtes partout, vous envoyez le courrier, vous gérez les dossiers, vous répondez au téléphone, vous recrutez les stagiaires et vous auditez les incompétents. Attention, vous êtes un peu dragueur et vous mettez les mains, comme Luis Suarez en 2010. Vous ne lâchez jamais rien, d’ailleurs vous avez toujours dans la bouche un bout du doigt de ce type qui a voulu chourer votre téléphone dans le métro.


L’avis des utilisateurs

1 comments
Fouad B
Fouad B

je ne vois pas en quoi le fait que la meilleure équipe d'afrique se retrouve en coupe du monde soit "un coup de chance".

"Vous connaissez tout de même quelques tours qui réussiront à séduire un invité plein aux as", l'algérien n'est ni marocain, ni tunisien. Il ne cherche à séduire personne, encore moins "un invité plein aux as". 

Cordialement.