Main basse sur Marée basse

Rencontre avec Benjamin De Matteis, clown

0

Commentaires

Ajouter +

Benjamin De Matteis et Mickaël Le Guen de la compagnie de cirque Sacékripa seront bientôt à l'affiche du festival Hautes Tensions avec leur spectacle 'Marée basse'. Pour l'occasion, nous avons rencontré Benjamin à la sortie de son spectacle lors de son passage aux Furies à Châlons-en-Champagne. Interview en quatre questions.


Comment est né 'Marée basse' ?
Il y avait d'abord l'envie de faire un duo. De penser une création axée sur le jeu, en laissant derrière nous la formation circassienne, la technique du cirque. Avec Mickaël (Le Guen), nous voulions travailler la figure du clown de manière plus approfondie. Dans les différentes étapes de travail et d'improvisation, on a passé pas mal de temps à mettre nos personnages en situation, à les faire évoluer dans ce chapiteau.

Parlons-en de ce fameux chapiteau !
Il était essentiel pour nous de trouver un espace qui permette de préserver la proximité qui existe entre nous. Mika et moi, on travaille ensemble depuis onze ans, moi en tant que porteur, lui en tant que voltigeur. On voulait garder cette entente, cette complémentarité en la cadrant dans une structure relativement réduite. La jauge est donc limitée à 85 places. Ce qui permet à cette odeur de vin chaud d'envelopper les spectateurs pendant le spectacle, par exemple.


Comment l'avez-vous créé ?
C'est un constructeur (Guillaume Roudot) qui s'est occupé de l'architecture du lieu, et nous, on a tout fait à l'intérieur, les gradins, le plancher, les trappes... Il nous appartient de faire en plus. Puis lorsque l'on était en résidence, on a littéralement vécu dedans. Vivre les moments de doute, les moments de rien, cela nous a vraiment permis d'investir réellement le lieu. C'est ainsi que 'Marée basse' s'est construit.

Deux copains dans un chapiteau qu'ils connaissent comme leur poche... Une fable pourtant muette.
Pour nous, l'important ce n'était pas le dire, mais l'être. Mettre en scène, des vieux acrobates qui ne sont jamais sortis de leur chapiteau. Deux êtres qui se connaissent tellement qu'ils n'ont même plus besoin de se parler !

Crédits photo : Vincent d'Eaubonne

Notre critique de 'Marée basse'

Marée basse

  • Note: 4/5
  • notre sélection

Il y a foule devant le chapiteau blanc. Et dans la file d’attente, on se demande même si le lieu va pouvoir contenir tout ce petit monde. Le spectacle n’est pas encore commencé que déjà la magie opère. Bien installés sur des gradins en bois, les enfants bruyants aux premiers rangs, les adultes trop grands au fond. ‘Marée basse’ peut commencer, un duo de clowns-acrobates-manipulateurs d’objets. Ne vous attendez pas à voir fleurir au bout de leur nez une sphère rouge, ces clowns-là ont plutôt la mine renfrognée et le regard craintif lorsqu’ils se lancent dans un numéro. Lire la suite

  1. Espace Chapiteaux du parc de la Villette 211 avenue Jean-Jaurès, 75019
  2. Du mercredi 2 au dimanche 6 avril
Plus d'infos

Photographies © Vincent d'Eaubonne

L’avis des utilisateurs

0 comments