Un spectacle pour Noël ?

Cette année, oubliez les pulls jacquard, offrez un spectacle

0

Commentaires

Ajouter +

Vous ne savez jamais quoi offrir à votre oncle Bertrand ou à votre nièce. Les pulls tiennent toujours trop chaud, les parfums sentent toujours les chiottes ? Et si vous sortiez des poncifs en achetant des places de théâtre ? Un cadeau à partager à deux ou à plusieurs, parce qu'il n'y a pas que les albums de Serge Lama qui plaisent à vos parents.

Du théâtre pour les petits

Hänsel et Gretel

Le célèbre conte des frères Grimm s’invite cet hiver sur la sublime scène du Palais Garnier. Un opéra jadis dirigé par Richard Strauss et dont les décors imaginés par Julia Hansen feront à coup sûr grimper votre taux de glycémie. Ce n'est pas grave, entrez dans la maison en pain d’épice… 

  1. Palais Garnier
  2. Du jeudi 20 novembre au jeudi 18 décembre

Stéréoptik

En fond de salle, un grand écran se hisse, gigantesque page blanche sur laquelle Jean-Baptiste Maillet et Romain Bermond vont, en musique et en dessins, raconter sous forme de courts tableaux des histoires poétiques et ludiques, qui sortent résolument de l’ordinaire. 

  1. Théâtre Paris-Villette
  2. Du mercredi 17 au mardi 30 décembre

Quidam

L’histoire d’une petite fille nommée Zoé qui s’ennuie ferme et décide de fuir le monde apathique des adultes pour la magie rocambolesque de son imagination. Des artistes internationaux triés sur le vole !

  1. Palais Omnisports Paris-Bercy
  2. Du mardi 2 au dimanche 7 décembre

Frankenstein

Frankestein, une gigantesque marionnette de deux mètres, manipulée à vue. Acteurs de chair et d’os l’entourent, dans un décor magnifiquement onirique. Accompagné par une partition musicale digne de Dany Elfman, ce petit objet théâtral transporte le spectateur au-delà du cadre de la fable.

  1. Théâtre Gérard Philipe
  2. Du mercredi 21 au samedi 24 janvier

Deux spectacles pour toute la famille

Slava's Snowshow

  • Note: 5/5

Slava Polunin est assurément magicien. De ceux qui, avec quelques bouts de ficelle, créent un univers merveilleux et font vivre les objets. Pour son ‘Snowshow’ (en tournée depuis quinze ans), il déploie toute l’étendue de son talent et nous offre une épopée grandiose où humour et poésie se rencontrent sous la neige. Il est bien difficile de mettre des mots sur un spectacle si époustouflant et pourtant en sortant du Casino de Paris... Lire la suite 

  1. Trianon 80 boulevard de Rochechouart, 18e
  2. Du mercredi 3 au samedi 20 décembre
Réservez

Le Bal des vampires

[En partenariat avec Stage entertainment] Lorsque Roman Polanski réalise 'Le Bal des vampires' en 1967, ce n'est pas tant pour terroriser des générations que pour tourner les buveurs de sang en dérision. En réalisant l'un des premiers pastiches de vampire (notamment en raillant la prétention sérieuse du ténébreux Dracula Muni à l'aide d'une mallette de gags et de nombreux bruitages), il ne renouvelle pas seulement le genre en détournant les codes des films de l'époque, mais il signe aussi un long métrage d'une grande qualité visuelle, plein de trouvailles. Lire la suite 

  1. Théâtre Mogador 25 rue Mogador, 9e
  2. Jusqu'au dimanche 5 juillet
Réservez

Et un show pour avoir le frisson

DR

Messmer, le fascinateur

  • Note: 5/5
  • notre sélection

Autant vous le dire sans détour ni fioritures : dimanche 16 décembre, j’ai été hypnotisée. Pendant près de deux heures sur la scène de Bobino et par celui que l’on appelle Messmer. Du rôle de simple spectatrice, je suis devenue une enveloppe charnelle vidée et un robot obéissant. Oui, j’ai chanté devant 700 personnes un air d’opéra munie d’un micro, marché à quatre pattes en imitant un nourrisson, cherché des mouches dans la tête de parfaits inconnus. Non, je ne l’aurais jamais fait en temps normal.

Pourtant, lorsque le show psychédélique a commencé, à grands renforts de lumières et de sons, mon scepticisme était à son apogée. « Si certains peuvent se faire hypnotiser dans cette ambiance de vaisseau spatial, ce ne sera pas mon cas », me disais-je. D’ailleurs l’hypnose en général laissait la cartésienne que je suis bien indifférente. Puis le premier test de « réceptivité » a commencé. Mains liées sur la tête, Messmer nous demande de serrer nos phalanges, de les lier les unes aux autres, de les souder entre elles. Et nous annonce à plusieurs reprises que nous ne pourrons pas les délier. Petit ricanement intérieur. Premier test. Impossible de bouger mes bras, d’ouvrir mes mains, de lâcher mes doigts. Je suis prisonnière de mon propre corps. Merde, je suis réceptive. Le doute s’installe, mais le refus d’y croire persiste.

Lire la suite 

  1. Bobino 14-20 rue de la Gaité, 75014
  2. Jusqu'au dimanche 18 janvier
Réservez

L’avis des utilisateurs

0 comments