Bonsai

Cinéma, Drame
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Bonsai
Diego Noguera in Bonsai

‘Bonsai’ est un film d’un naturalisme rêveur, direct et doux, amicalement mélancolique. Le fait que son réalisateur, le Chilien Cristian Jiménez, 37 ans, cite Hal Ashby et Hong Sang-Soo parmi ses références le rend a priori sympathique.

Le film suit l’histoire de Julio, la trentaine, qui, pour se faire mousser auprès de Blanca, l’amie avec laquelle il couche parfois, lui annonce qu’il va travailler comme dactylo pour un grand auteur de romans. Seulement, l’affaire capote. Pour ne pas perdre la face, Julio imagine un subterfuge consistant à écrire, en cachette, un manuscrit qu’il prétendra être celui du romancier, racontant son histoire d’amour, huit ans plus tôt, avec Emilia, farouche et émouvante étudiante en littérature.

Ainsi, une grande partie de ‘Bonsai’ est constituée de flashbacks – procédé parfois discutable, mais qui fonctionne ici à merveille par la richesse de ses allers-retours, jouant simultanément sur plusieurs niveaux, entre passé et présent, imaginaire et expérience, écriture et vie quotidienne… Si bien que tout finit par se mêler : le désir et la nostalgie, l’idéalisation, les futurs possibles et le présent suspendu, le geste d’écrire (à la main !) et la littérature comme activité clandestine… Ou encore l’idée que l’unique « réalité » que nous percevons soit, au fond, celle des sensations et de la mémoire.

Du coup, Proust se trouve assez légitimement cité. Mais Julio évoque aussi, par sa nonchalance et son décalage, le personnage d’Antoine Doisnel chez François Truffaut. Jiménez fait d'ailleurs preuve d’un sens du cadre très appréciable, où plusieurs actions coexistent et se développent au sein d’un même plan. Aussi pardonne-t-on à son film un rythme parfois répétitif, qui lui donne au final un ton indécis, mélancolique et léger. Ce qui, certes, n’est pas totalement nouveau. Pourtant 'Bonsai' reste profondément honnête et sensiblement juste. Et de tels films ne courent pas forcément les rues.

Par A.P

Détails de la sortie

Durée 102 mins

Crédits

LiveReviews|0
1 person listening