Bye bye Blondie

Cinéma, Drame
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Bye bye Blondie
DR
Bye bye Blondie

Vedette d’une émission littéraire, Frances (Emmanuelle Béart), officiellement hétérosexuelle et mariée à un écrivain (Pascal Greggory), invite son amour d’enfance Gloria (Béatrice Dalle) à s’installer dans son appartement parisien. Dans ce nouveau décor, elles reprennent tant bien que mal leur histoire là où elle s’était arrêtée des années plus tôt. 

Œuvre militante s’il en est, l’adaptation cinématographique de son livre par Virginie Despentes restitue avec énergie et impétuosité les amours lesbiennes de deux punkettes de l’Est ; contre toute attente, puisque dans le roman originel, Frances, le personnage incarné par Emmanuelle Béart et Clara Ponsot (Frances à l'adolescence) était un homme. Une histoire sulfureuse dans laquelle on crie, on tape du pied, on écoute les Béru et on s’aime avec tendresse et empressement. Loin du trash controversé de son premier film ‘Baise-moi’, Virginie Despentes signe un long métrage qui parle d’amour plus que de violence. Combattif certes, mais avec douceur. Un brin fleur bleue même. Si la caméra de Despentes n’invente rien de nouveau, si les images, la mise en scène et les prises de vue restent somme toute assez classiques, on retrouve sa signature dans des dialogues affûtés, dans une narration qui se joue de la chronologie mais avec fluidité et souplesse. L’auteure de l’excellent ‘King Kong théorie’ peut se féliciter d’avoir réussi à composer un opus à la fois bagarreur et policé. La rencontre des deux monstres du cinéma français Béart (côté bourge) et Dalle (version prolo) répond entièrement aux attentes.

Par Elsa Pereira

Publié :

Détails de la sortie

Crédits